Mitraillés comme les autres : ce que l’Etat Islamique pense vraiment des Français musulmans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les membres de l'Etat islamique porte plusieurs types de regards sur les musulmans français et occidentaux qui peuvent paraitre contradictoire.
Les membres de l'Etat islamique porte plusieurs types de regards sur les musulmans français et occidentaux qui peuvent paraitre contradictoire.
©Reuters

Étrangers ici et là-bas

Mitraillés comme les autres : ce que l’Etat Islamique pense vraiment des Français musulmans

Parmi les 129 victimes des attentats de Paris le 13 novembre se trouvaient plusieurs Français musulmans, assassinés indistinctement par les tueurs de l'Etat islamique. Ces derniers considèrent souvent leurs coreligionnaires occidentaux comme "tièdes", voire comme des "traîtres".

Samir Amghar

Samir Amghar

Samir Amghar est diplômé de l'EHESS et chercheur à l’Observatoire sur le Moyen-Orient et sur l’Afrique du Nord à l’université du Québec à Montréal

Il est l'auteur de "l'Islam militant en Europe" (Infolio, 2013) et "Les islamistes au défi du pouvoir" (Michalon, 2012)

Voir la bio »

Atlantico : Parmi les victimes des terribles attentats de Paris, on comptait des victimes musulmanes. Comment les musulmans occidentaux sont-ils perçus par Daech ? Sont-ils vus comme des Apostats ?

Samir Amghar : Les membres de l'Etat islamique portent plusieurs types de regards sur les musulmans français et occidentaux qui peuvent paraitre contradictoires.

Dans un premier temps, les musulmans français sont considérés comme des musulmans superficiellement islamisés et égarés. Ces derniers ne répondent pas au véritable islam selon EI. Ils ne sont pas de 'bons" musulmans.

Dans le même temps, il y a une perception presque "paternelle", qui voit ces musulmans tièdes et pas assez intégristes, mais qui les comprend voire les excuse, au regard du mauvais traitement qu'ils peuvent subir en France.

On note aussi un regard qu'on pourrait qualifier de "complaisance" dans le sens où l'EI va estimer qu'il ne faut pas forcément trop les critiquer parce qu'ils vont servir à un moment donné, car les musulmans occidentaux représentent un bassin de recrutement relativement important. Partant de ce principe, l'EI ne se place pas dans une logique totale d'excommunication parce que les musulmans français composent une part relativement importante de l'effectif de l'EI.

Les musulmans français ne sont pas suffisamment islamisés selon les règles de l'EI. De plus ils sont complices d'un gouvernement qui a décidé depuis quelques semaines de bombarder le territoire de Daech. La communauté musulmane française ne s'est pas opposée à cela et par conséquent elle est complice, et doit payer au même prix qu'un non musulman français.

Existe-t-il une hiérarchie dans l'idéologie de Daech ? Les "mauvais musulmans" sont-ils pires que les chrétiens, les juifs, les laïcs ou les athées ?

Si vous êtes chrétiens ou laïcs et nés en occident, l'idéologie de Daech peut trouver  des circonstances atténuantes : comme vous n'êtes pas croyant donc sans être excusé vous n'êtes pas des leurs.

En revanche, le degré d'exigence est plus grand lorsqu'on parle de personnes de culture musulmane. L'idéologie de l'Etat islamique ne comprend pas que ces derniers ne pratiquent pas de façon intégrale l'Islam. L'EI est plus exigeant avec eux et par conséquent la sentence est plus grande.

Par exemple, dans la théologie de l'EI, il serait accepté qu'un chrétien ou qu'un juif vive sur leur territoire à condition qu'il s'acquitte de l'impôt. Mais un musulman ou une personne de culture musulmane, identifié comme tel doit pratiquer l'islam tel que l'EI l'a décidé. L'EI est en charge de surveiller les bons comportements des musulmans : les prières, le respect du ramadan, l'assiduité à la mosquée…

Comment les chefs de Daech préparent leurs membres à tuer des musulmans ? Quel est leur discours ?  

Le sang de ces musulmans est licite parce ceux là ne cautionnent pas le dessein ou le projet de l'EI. Par conséquent on les excommunie et le sang de ces apostats est tout à fait licite. Il est expliqué que ces morts font partie des dommages collatéraux d'une guerre.

Comment les musulmans français, convertis ou "de culture musulmane", sont-ils considérés par Daech quand ils rejoignent ses rangs ?

Faire venir des musulmans des pays occidentaux qui n'ont rien à voir avec les enjeux géopolitiques de la région et encore plus des convertis à l'islam est une preuve pour Daech qu'ils sont sur la bonne voie et qu'ils détiennent la vérité sur le vrai islam, ca conforte les individus dans leur idéologie.

Les musulmans français sont considérés comme faisant partie de l'équipe mais il restera une forme de méfiance. Même si on donne à ces français des postes à responsabilités, ce sont des postes à responsabilités subalternes. La structuration du pouvoir au sein d'EI, même s'ils se revendiquent d'un universalisme musulman, reste très portée sur les origines. La structure administrative du pouvoir revient en grande majorité aux irakiens. Il y a effectivement, 10 Français qui auraient des postes à responsabilités au sein de l'EI, ce qui est peu.

Le mode de fonctionnement en interne est méritocratique. A partir du moment où un membre de l'organisation se distingue par une forme d'allégeance totale il peut monter dans la hiérarchie. Mais la structuration profonde reste liée aux irakiens. On le comprend car ces personnes décisionnaires se sont pour la plupart connues en prison, elles ont le même passé, le même bagage, et sont peut être des frères d'armes depuis des années. De ce fait, ils ont plus confiance en leurs frères d'armes qu'en des individus qui viendraient de l'étranger. Les brigades sont souvent composées par nationalité, si un Français part rejoindre l'EI il sera mis avec une brigade franco-belge par exemple.  

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !