Michel Sapin, Alexandre Bompard, Nicolas de Tavernost... Le best-of du Zap'Éco | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Michel Sapin, Alexandre Bompard, Nicolas de Tavernost... Le best-of du Zap'Éco
©Capture écran

Best-of

Michel Sapin, Alexandre Bompard, Nicolas de Tavernost... Le best-of du Zap'Éco

Michel Sapin sur i>TÉLÉ : "Nous entrons dans le temps des résultats"

Michel Sapin était l’invité d’i>TELE le 7 octobre. Le ministre du Travail avait indiqué que la "politique de soutien à l’activité économique" va commencer à porter ses fruits en fin d’année ou en début d’année prochaine. Michel Sapin a assuré que nous entrions "dans le temps des résultats" et que ces derniers étaient "à portée de mains". Le ministre fut ensuite interrogé sur le travail du dimanche. Ce dernier estime qu’il ne faut pas rester "inflexible", dit "oui aux exceptions", mais que « dans l’organisation d’une société il y a quelques principes. Si on les perd, on perd tout ses repères on voit ce que ça donne à Brignoles" (faisant référence à la montée du FN). "Le repos dominical est un repère de la société" lance alors Michel Sapin.

 Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

 

Jean-Michel Naulot, AMF sur France Info : "Le gouvernement tient un double discours sur le monde de la finance"

Jean-Michel Naulot, ancien banquier et membre de l’Autorité des marchés financiers, était l’invité de France Info le 4 octobre. Interrogé sur son livre qui aborde la question des dérives de la finance, l’ancien banquier estime que le gouvernement tient « un double discours ». « Le pouvoir politique écoute de plus en plus les lobbies financiers » estime-t-il. « On a vu le Président de la République prendre un engagement (Ndlr : « Mon ennemi c’est le monde la Finance », dans le discours du Bourget) et l’on voit ce qui se passe en 2013 : La loi bancaire est une coquille vide (…) et sur la taxe sur les transactions financières au niveau européen, on apprend au printemps dernier que les négociateurs français demandent une division par 10 de la taxe ! » lance Jean-Michel Naulot.

 

 

Nicolas de Tavernost, Girondins de Bordeaux sur Europe 1 : "La taxe à 75% nous coûterait 6 millions d’euros"

Le Président du club de football de Bordeaux, Nicolas de Tavernost, était l’invité d’Europe 1 le 25 octobre. Celui qui dirige aussi le groupe M6, à qui appartient le club de foot, était interrogé sur la taxe à 75% et la "grève" des matchs annoncée pour le 30 novembre. "Comme n’importe quel chef d’entreprise, je dirige un club qui a des difficultés" lance Nicolas de Tavernost. "Nous avons fait les calculs et sur les deux ans, la surtaxation nous coûterait près de 6 millions d’euros". Le président des Girondins de Bordeaux indique agir "en tant que chef d’entreprise. Je ne demande pas que le football soit traité de manière particulière, c’est peut-être l’occasion de se rendre compte que cette taxe à 75% n’est pas supportable pour l’ensemble des entreprises". Selon lui, les clubs français sont déjà "désavantagés sur les charges sociales, désavantagés sur les impôts" par rapport à leur confrères européens. Nicolas de Tavernost prévient : en cas d’application de la taxe, "nous serons amené à nous désengager du football".

 

 Alexandre Bompard, FNAC sur BFM Business : "Je suis convaincu qu’il faut développer l’offre de proximité"

Alexandre Bompard était l’invité de BFM Business le 30 octobre. Le PDG de la FNAC était interrogé sur le nouveau modèle que l’enseigne est en train d’adopter. L’objectif du PDG, "préserver la rentabilité" de l’entreprise. Pour cela ce dernier a procédé à une "transformation complète du modèle commercial et du modèle économique". "On a identifié quatre nouvelles familles de produit : la papeterie, l’univers des enfants, les objets connectés, et les appareils de maison design, qui sont plutôt des objets plaisirs. Ces produits vont nous permettre de compenser la décroissance structurelle de l’audio et de la vidéo" indique le PDG de la FNAC. Enfin, l’autre clé du succès pour Alexandre Bompard, c’est l’ouverture de magasins "de proximité " sur de petites surfaces ainsi que des franchises en gares et aéroports. "Nous en avons ouvert une vingtaine dans les gares et les aéroports et ça marche très bien. Je suis convaincu qu’il faut développer la proximité, c’est fini le temps où l’on faisait 45 minutes de voiture pour aller à la FNAC".



 

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !