Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Le Zap'Éco

Michel Barnier : "Jean-Claude Juncker doit être le formateur de la majorité européenne"

Le Replay

Michel Barnier était l’invité de France Inter ce matin. Le commissaire européen au marché intérieur revenait sur la victoire du FN aux élections européennes tenues hier en France. "J’ai un sentiment de colère parce qu’on a raté la campagne ". Les Français ont voté "contre tous les partis qui ont été incapables de parler de ce débat et des questions européennes". "Quand on parle si peu de l’Europe, c’est le silence qui gagne", expliquant notamment cela par le fait que "les votes se cristallisent au dernier moment". Il en appelle à une consultation nationale : "Il faut écouter ceux qui se sont exprimés sur une Europe qui n’aurait ni limite ni frontière. C’est le moment de fixer la feuille de route pour les cinq ou dix ans qui viennent". Car d’après lui, l’action de l’UE est efficace, prenant sa propre expérience en exemple : "J’ai fait voter 41 lois pour réguler la finance". Pour lui, pour être "libre et souverain", il faut travailler ensemble en Europe pour "l’énergie, l’industrie, la défense, l’immigration". Et pour la présidence de la commission ? Michel Barnier trouve "logique qu’elle soit attribuée au parti majoritaire", entendu le PPE. "Jean-Claude Juncker doit être chargé d’être le formateur de cette majorité européenne", candidat du PPE. 


"On a raté cette campagne après 30 ans de... par franceinter

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

 

 

 

Qui a dit ? 

"La lucidité économique aujourd’hui n’est pas de ce coté du Rhin"

Réponse : Alain Minc ce matin sur Radio classique. L’économiste revenait sur le discernement des électeurs et la compréhension du vote suite aux résultats des élections européennes d’hier. "Qui dit aux agriculteurs de l’Aisne qui votent à 40% pour le FN que sans l’Europe, ils seraient en faillite ?" s’indigne-t-il.  Malgré toutes les critiques, "l’Europe reste un pole de stabilité". Alain Minc est catégorique, "il ne faut quand même pas penser que la France est unanimement anti-européenne". Et pour prouver ceci, "il y a une petite addition à faire. L’ensemble des partis pro-européens représentent plus de 55% des voix" dans ces résultats. 

 

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.