Mais pourquoi donc Sadiq Khan, le maire musulman de Londres, rend-il la France hystérique ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mais pourquoi donc Sadiq Khan, le maire musulman de Londres, rend-il la France hystérique ?
©Reuters

God save London

Mais pourquoi donc Sadiq Khan, le maire musulman de Londres, rend-il la France hystérique ?

Il n’y en a que pour lui. Il est beau, il est gentil. Il est le Messie que nous attendions depuis si longtemps.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Pas besoin d’avoir été dans les salles de rédaction pour savoir comment ça s’est passé. "Patron, les sondages donnent le travailliste en tête pour la mairie de Londres. J’ouvre avec ?" "Évidemment. Mais oublie qu’il est travailliste, mets musulman !” “Chef, la gauche va gagner la municipalité de Londres, on en fait quoi ?” “On fait énorme. Mais fais pas ch… avec la gauche. Écris qu’il est musulman !” “Ça y est, on a gagné ! Sadiq Khan a été élu !” “Génial, tu me fais la totale sur lui et tu insistes sur le fait qu’il est musulman, que sa femme est musulmane, que ses parents étaient musulmans.”

Ainsi, pendant plusieurs jours, un vent chaud et caressant venu d’outre-Manche a soufflé en tempête sur la France. Une bourrasque bienfaisante, régénératrice. Les médias, hystériques et hystérisés, avaient voté sans hésitation pour Sadiq Khan. Une façon de dire à la France, tellement abîmée par Finkielkraut et Houellebecq, qu’elle est raciste et xénophobe. Et que l’Angleterre nous ouvre le chemin de l'avenir et qu’elle peut et doit nous guider.

Peut-être que Sadiq Khan a des qualités. Peut-être qu’il est cultivé. Intelligent. Peut-être qu’il a un vrai programme pour rénover Londres. Pour vaincre la pauvreté qui règne dans certains quartiers de la capitale britannique. Mais de ça, on s’en tape royalement… Il est musulman et cela doit suffire à notre bonheur. Et “d’origine pakistanaise”, ça peut être bien aussi ? Non, ça brouille le message ! IL EST MUSULMAN !!

Cette vague amoureuse a été d’une telle puissance qu’elle a atteint même les rivages plutôt paisibles d’Atlantico. Nathanaël Uhl, spécialiste de la Grande-Bretagne (ce qui ne veut absolument pas dire qu’il le soit du Pakistan et de l’islam), a déploré dans une interview que la France ne soit “malheureusement pas prête à accepter des élus musulmans de premier plan”. Malheureusement ? Heureusement ? Ça fait des siècles que philosophes, prophètes, penseurs débattent sur ce qu’est le malheur ou le bonheur. La question n’est pas tranchée. Et modestement, nous n’avons pas l’ambition de le faire ici.

Nathanaël Uhl voit la France comme un pays tristement étriqué comparé à la Grande-Bretagne. La faute selon lui à la gauche, enfermée dans l’étroit carcan de la laïcité. Sa charge se fait plus précise dès lors qu’il est question de “diversité”. Il cite deux exemples - Rama Yade, Rachida Dati - et de façon méprisante les qualifie de “cautions”. Ah bon ? Et Fadela Amara, c’était aussi une caution ? Et Najat Vallaud-Belkacem, c’est quoi ? Et Malek Boutih et tant d’autres ? Des Arabes de service pour M. Uhl ?

Il y a en France des millions d’hommes et de femmes d’origines diverses (sans oublier les plus nombreux, “les Français de souche”). Arabes, Juifs, Africains, Italiens, Espagnols, Portugais… Pourquoi devrait-on les ramener à leur seule identité religieuse, à supposer qu’ils en aient une ? Car le mot “musulman”  n’est malheureusement (j’assume ce “malheureusement”) pas neutre. Il a aujourd’hui en France une connotation identitaire, agressive et inquiétante. Si M. Uhl et les médias français qui pensent comme lui n’en sont pas convaincus, qu’ils lisent l’enquête effectuée auprès des collégiens musulmans des Bouches-du-Rhône et publiée par Atlantico. C’est - je pèse mes mots - proprement terrifiant. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !