Je ne suis pas lunatique, je suis cyclothymique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Je ne suis pas lunatique, je suis cyclothymique
©

Cyclo-quoi ?

Je ne suis pas lunatique, je suis cyclothymique

Basculant d'un extrême à l'autre sur la palette des humeurs, le cyclothymique passe pour le lunatique qu'il n'est pas. Heureusement, Prentiss Price apprend à ceux qui en souffrent à mieux connaître leur trouble et gérer les deux pôles grâce au "Manuel du cyclothymique". Extraits (1/2).

Prentiss Price

Prentiss Price

Prentiss Price est psychologue au Centre de conseil en développement de carrière à la Georgia Southern University.

Voir la bio »

Malade, mais de quoi ? La cyclothymie est un trouble de l’humeur. Un bref aperçu de la façon dont les professionnels de la santé mentale appréhendent les troubles psychiatriques vous permettra de mieux comprendre cette affection. Ces derniers utilisent le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (Association américaine de psychiatrie, 2000), ou « DSM » pour diagnostiquer les troubles mentaux. Le DSM dresse la liste d’une centaine de troubles, regroupés en une dizaine de catégories, sur la base de leurs similitudes. Parmi ces catégories, on trouve les troubles de l’anxiété, de l’alimentation, du sommeil et de la personnalité. Il y a aussi une catégorie « troubles de l’humeur ». Ceux-ci sont divisés en deux groupes : les troubles unipolaires et les troubles bipolaires.

Les troubles de l’humeur unipolaires

Les troubles unipolaires portent bien leur nom, car ils qualifient un seul pôle d’humeur : celui de la dépression. Les troubles unipolaires incluent les troubles dépressifs majeurs (qu’on appelle également la dépression clinique) et les troubles dysthymiques, aussi appelés dysthymie. C’est d’un trouble chronique de l’humeur, moins grave que la dépression, mais qui dure plus de deux ans. Les personnes atteintes de dysthymie peuvent donner l’impression qu’une légère dépression fait partie de leur personnalité.

Les troubles de l’humeur bipolaires

Les troubles bipolaires qualifient deux pôles d’humeur : la dépression — humeur basse, ralentie, déprimée — et la manie, ou l’hypomanie — humeur haute, dynamique, excitée. Il existe trois types de troubles bipolaires. Les troubles bipolaires I sont caractérisés par l’existence d’un ou de plusieurs épisodes maniaques, généralement accompagnés d’épisodes dépressifs. Les troubles bipolaires II sont caractérisés par l’existence d’un ou de plusieurs épisodes dépressifs et a minima d’un épisode hypomaniaque. Un épisode est un ensemble de symptômes (maniaques ou dépressifs) ressentis à peu près au même moment. 

Les troubles bipolaires I et II sont souvent invalidants et parfois dangereux. Les personnes souffrant d’un de ces troubles ont pour la plupart besoin de soins psychiatriques intensifs, voire d’une hospitalisation. Dans la phase maniaque du trouble bipolaire I, des symptômes psychotiques peuvent survenir : la personne entend des voix, croit voir des choses qui n’existent pas, perd le contact avec la réalité. Ceux qui sont atteints de ces maladies bipolaires graves ont besoin d’un traitement psychiatrique long et doivent prendre tous les jours des stabilisateurs d’humeur.

La cyclothymie, une forme légère de trouble bipolaire

La cyclothymie est le troisième type de trouble bipolaire. Le trouble cyclothymique est au trouble bipolaire ce que la dysthymie est au trouble unipolaire : c’est une forme plus légère de trouble bipolaire, qui inclut des changements d’humeur allant de la dépression (mais pas majeure) à l’hypomanie (moins intense que la manie des troubles I et II). La cyclothymie n’est pas aussi invalidante que les troubles bipolaires I et II, les personnes qui en sont atteintes n’ont pas de symptômes psychotiques et leur état ne requiert pas qu’elles soient hospitalisées. Bien que ce trouble génère un certain nombre de difficultés, beaucoup de personnes qui en sont atteintes n’ont jamais cherché à se faire diagnostiquer ou soigner.

Tandis que les troubles bipolaires plus graves nécessitent des médicaments pour stabiliser l’humeur, les cyclothymiques peuvent se passer de médicaments pour gérer leurs symptômes, surtout s’ils apprennent à maîtriser leurs humeurs, s’ils ont des proches qui les soutiennent et s’ils reconnaissent leurs symptômes tôt.La cyclothymie est une forme légère de trouble bipolaire, car, en général, les hauts et les bas ne sont pas aussi graves que chez les personnes atteintes de trouble bipolaire I et II. Les symptômes dépressifs sont moins sévères que ceux caractérisant un épisode dépressif d’après le DSM et les symptômes maniaques sont plus faibles que ceux d’un épisode maniaque (c’est pour cela que l’on parle d’hypomanie, plutôt que de manie, dans le cas de la cyclothymie).

_____________________________________

Extraits de Manuel du cyclothymiqueEyrolles (1 septembre 2011)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !