Loi santé : un nouvel évitement des véritables problèmes qui plombent l’assurance maladie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marisol Touraine a présenté dans les grandes lignes sa loi santé.
Marisol Touraine a présenté dans les grandes lignes sa loi santé.
©Reuters

Chirurgie plastique

Loi santé : un nouvel évitement des véritables problèmes qui plombent l’assurance maladie

Ce jeudi 19 juin, Marisol Touraine a présenté dans les grandes lignes sa loi santé. Et à part les mesures que nous connaissions déjà, qu'elles soient appliquées ou annoncées depuis des mois, tout cela ressemble surtout à un lifting de surface.

Laurent Gerbaud

Laurent Gerbaud

Laurent Gerbaud est chef de service au CHU Hôtel Dieu de Clermont Ferrand. Il enseigne également l’Economie de la Santé.

Voir la bio »

Le docteur Laurent Gerbaud, spécialiste en santé publique, nous apporte un regard critique sur les mesures annoncées dans la loi de Santé de Marisol Touraine.

Le tiers payant universel

Je dirige un centre de santé qui le pratique déjà. Selon mon expérience, il faudrait quand même se poser la question des contraintes administratives supplémentaires, ce que ça va donner en terme de contraintes administratives pour les cabinets médicaux, car le manque de personnel ambulatoire pourrait aggraver la masse 

Et notamment permettre aux gens de trouver un médecin à n'importe quelle heure. Il n'y a aucune piste de réflexion sur l'offre de soin en ville, alors que les professionnels comme les sages-femmes, les médecins, les kinésithérapeutes sont en train de se structurer de manière autonome en pôles locaux de santé. On pourrait attendre d'un texte du ministère qu'il s'y intéresse, et qu'il accompagne ces démarches ! Le gouvernement a la chance extraordinaire de pouvoir accompagner ces praticiens, sans être dans des régulations administratives et injonctives, mais elle passe à côté et au détriment des patients.

Un numéro d'urgence, afin d'avoir un médecin au bout du fil à n'importe quelle heure

C'est une excellente idée, mais elle existe déjà ! Nous signifions depuis longtemps aux patients d'appeler le 15, qui après quelques questions évalue la demande et propose soit de leur envoyer un médecin de garde, les pompiers, ou qui rassure et établit que le cas peut attendre le lendemain matin. Alors peut-être que l'on pourrait effectivement renforcer cette régulation médicale, mais c'est quelque chose qui fonctionne. C'est assez incroyable de constater la méconnaissance du ministère là dessus, je n'arrive pas à trouver de raison autre qu'un simple effet d'annonce.

Généralisation du carnet de parcours santé

Concernant le Dossier médical personnalisé (DMP), qui depuis 10 ans est un échec total et qui nous a coûté 500 millions d'euros pour seulement un peu plus de 400 000 dossiersn outre le prix considérable qu'il nous a coûté, il a toujours posé des problème de validité des informations sur les patients. L'informatique a évolué et nous sommes passés de l'informatique centralisé, c'est à dire de la centralisation des données en un seul endroit et qui présentait des risques pour le secret médical, à l'informatique distribué, c'est à dire où les dossiers sont consultables à partir du serveur d'un hopital, d'un laboratoire médical, mais sur demande. Le fait de s'accrocher à ce modèle du DMP d'une dizaine d'années est assez effrayant et montre un manque de vision, en tout cas une incapacité d'innovation en profondeur et sérieuse de la part du gouvernement.

Prévention dans les écoles, et médecin traitant pour les moins de 16 ans

Accentuer les efforts sur le corps et la santé, et non sur la maladie est une très bonne chose, je suis d'accord. En revanche pour le médecin traitant je ne suis pas du tout d'accord. Premièrement, il y a deux catégories de populations qui sont pénalisées du fait de ne pas avoir de médecin traitant et sur lesquelles l'Etat applique des pénalités (car elles sont considérées comme en dehors du parcours de soin) : ce sont les populations précaires, et les 18-25 ans. Rien n'est évoqué non plus pour les personnes en rupture de couverture maladie, et ça c'est choquant de la part d'un gouvernement socialiste. Il n'est pas difficile de comprendre qu'un patient qui cherche du travail n'a pas forcément le temps d'aller voir le médecin traitant qu'il a déclaré plutôt que celui qui est le plus proche de chez lui. Deuxièmement, le problème est qu'à aucun moment, nous n'entendons parler de santé scolaire. Or, dans les écoles, vous avez des médecins, des infirmières, en somme un personnel médical. Si on veut résoudre l'entrée dans le parcours de soin, il faudrait commencer par inciter les médecins à occuper les 30% de postes manquants dans le milieu scolaire, ainsi que de leur donner le droit de prescrire ! S'ils voient un enfant malade, pourquoi se borneraient-ils à agir en intermédiaire et à orienter les parents vers un médecin traitant au lieu de le soigner ? C'est une solution qui n'aurait pas alourdi la gestion administrative et qui aurait été beaucoup plus efficace pour les patients.

Rénover l'hôpital

Si on veut que les dirigeants des hôpitaux gèrent bien leurs budgets, il faut leur en donner les moyens ! Il vaut mieux les associer au processus. Or là, on est dans une perte d'indépendance, une caporalisation du système. Je ne vois aucune "rupture" comme l'a annoncé fièrement Madame la ministre.

Mesures de lutte contre le tabac

On se demande pourquoi la loi se concentre sur le tabac, qui n'est que le troisième problème toxicologique chez les jeunes derrière l'alcool et le cannabis ! C'est d'ailleurs paradoxal car Marisol Touraine parle énormément du problème de l'alcoolisme chez les jeunes, et nous ne trouvons rien dessus !

Extension de la couverture maladie

Le vrai problème en France réside dans le fait qu'au passage du statut d'étudiant au salariat, c'est aux individus d'effectuer le changement de leurs dossiers, et de trouver tout seul la couverture maladie. Ce qu'il est nécessaire de faire, c'est que ce changement de couverture maladie soit à la charge des organismes d'assurance maladie, qui eux, chercheront toujours à récupérer l'assuré ! Comment voulez-vous que les gens comprennent quelque chose au code de la sécurité sociale ?

Class Action

Outre le fait que cette mesure, permettant à un grand nombre de patients de regrouper leurs actions en justice en une seule procédure, est insuffisante parce qu'elle ne prévoit pas une action en justice de l'administration de santé, c'est une mesure nécessaire. 

Je me demande comment la France, qui possède une élite aussi magnifique, puisse présenter un texte aussi plat et où il y a de nombreuses ignorances de la réalité de terrain. Le constat ne dépasse même pas celui d'un étudiant en première année de médecine, il et purement factuel et descriptif et en aucun cas analytique. Il y a de nombreuses incohérences, dans le fond comme dans la forme.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !