Lisa et moi : Vous ne la regarderez plus comme avant (la Joconde)... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Lisa et moi : Vous ne la regarderez plus comme avant (la Joconde)...
©DR

Atlanti-culture

Lisa et moi : Vous ne la regarderez plus comme avant (la Joconde)...

Danielle Mathieu-Bouillon pour Culture-Tops

Danielle Mathieu-Bouillon pour Culture-Tops

Danielle Mathieu-Bouillon est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

THEATRE

LISA ET MOI

Une pièce de et par Laurent Brouazin

Avec la collaboration artistique de Marie Sauvaneix

INFORMATIONS

Théâtre Essaïon

6, rue Pierre au Lard 75004 Paris

Jusqu'au 12 janvier 

Jeudi à 19h45, vendredi et samedi à 21h30

Durée 1h 05

Réservations : 01 42 78 46 42

                         www.essaion.com

RECOMMANDATION 

           BON

THEME 

L’auteur-interprète, Laurent Brouazin, a été guide conférencier pendant quinze ans. Il raconte au public, avec chaleur et enthousiasme, son engouement pour le plus célèbre tableau du monde, la Joconde, de Léonard de Vinci. Il n’hésite pas à se mettre à sa place pour narrer sa véritable histoire, ses pérégrinations puis, son observation des visiteurs, parfois dans toutes les langues.

POINTS FORTS 

1 – Les jolis murs de pierre du théâtre se prêtent bien à son décor minimaliste : une sorte de fauteuil de metteur en scène, illustré par l’image des mains croisées de la Joconde, puis un châssis roulant qui nous présente la toile dans ses dimensions réelles. Il y a un trou à la place du visage. Laurent Brouazin l’occupera souvent. La musique d’illustration de la soirée est très bien choisie. A la fin, l'oeuvre retrouve son vrai visage.

2 – L’entreprise est sympathique, l’acteur-auteur a du charme, de l’aisance. Il en joue peut-être un peu trop parfois en allant souvent communiquer avec le public, mais ce dernier semble enchanté. Son attitude, assis sur le fauteuil, avec les jambes de côté et les mains croisées, façon Mona Lisa, m’a particulièrement amusée.

3 – Son propos, qui est de nous faire entendre, par sa bouche, les confessions de l’héroïne, est intéressant. Il nous fait découvrir plusieurs anecdotes touchant la florentine  Mona Lisa del Giocondo, ainsi que quelques notions sur le Maître Léonard. C’est ce que l’on peut appeler de la bonne vulgarisation culturelle.

4 – Il y a dans sa démarche un souci de convivialité qui peut sincèrement inciter les gens à retourner au musée et à contempler ce tableau, avec un nouveau regard.

POINTS FAIBLES 

J’ai trouvé dommage qu’il y ait des répétitions un peu anecdotiques dans le texte, lesquelles auraient pu profiter à des compléments d’informations, parfois plus intéressants, notamment en ce qui concerne la technique si particulière de la peinture à cette époque.

EN DEUX MOTS 

Charmante soirée divertissante, en compagnie de Mona Lisa. En dépit de ma réserve sur certains manques, Laurent Brouazin, tente, avec humour, de convier le spectateur dans l’intimité de ce chef d’œuvre.

UN EXTRAIT

« Plus jamais vous ne la regarderez comme avant ! »

L’AUTEUR 

Laurent Brouazin, ancien guide-conférencier, a joué en Angleterre « Ubu Roi » d’Alfred Jarry et « Measure for measure » de Shakespeare. Puis dans deux créations : « Cractomonia »,  de Victoria Argeles, en Espagne; et en France, dans « Les Parapluies de Cherbourg », de Nicole Leprat ; ce qui justifie sans doute, sa diction parfaitement polyglotte.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !