Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
©Andy Buchanan / AFP

Pour faire comme les autres

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

Sinon nous boycotterons les magasins Ikea et cesserons de boire de la Carlsberg.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Ils sont arrivés cruels et sanguinaires sur leurs drakkars. Ils ont pillé, massacré, saccagé et violé. Même qu’ils ont remonté la Seine jusqu’à Paris

Que pouvions-nous faire ? Certes nous étions plus civilisés qu’eux. Mais ces barbares étaient les plus forts. Notre Dieu, Jésus Christ, était doux et pacifique. Tout le contraire du leur, Odin, qui était cruel et sauvage. Jésus n’était pas de taille. Tout comme nos rois timorés et craintifs avant de devenir bientôt fainéants.

A la tête des Vikings il y avait Rollon tout aussi féroce et brutal qu’Odin. C’est pourquoi nous avons baissé la tête. Une partie du royaume de Neustrie leur fut cédé. Comme ils venaient du Nord ils l’appelèrent Normandie. Ils y firent souche et prirent de force les malheureuses femmes autochtones. Ce fut terrible.

Un des descendants de Rollon, Guillaume le Conquérant, s’embarqua avec ses drakkars à la conquête des îles britanniques. Victorieux à Hastings, il massacra les Saxons. Les survivants furent réduits en esclavage. Là aussi ce fut terrible.

Pourtant, la soif de conquête de ces colonisateurs impérialistes était sans limite. Ils retraversèrent la Manche pour se ruer sur le royaume de France : les Vikings devenus Normands et appelés Anglais étaient habités par la rage. Encore plus, toujours plus. Jamais rassasiés.

Une frêle jeune fille se dressa contre eux. Elle ne voulait pas que la France devienne leur colonie. La malheureuse fut faite prisonnière. On la traîna à Rouen, ville normande. Là elle fut jugée avec l’aide d’un traître local, l’évêque Cauchon, et périt sur le bûcher. En pensant à elle, notre cœur se serre.

Les atrocités des descendants des Vikings ne s’arrêtèrent pas là. Ils laissèrent l’empereur Napoléon mourir à Sainte-Hélène. Puis longtemps après, ils humilièrent le capitaine Marchand à Fachoda. Et, plus tard, détruisirent notre flotte à Mers el-Kébir. Comble d’arrogance certains de leurs descendants osent acheter des maisons dans le Périgord qui, espérons-le, ne tardera pas à se révolter contre cette présence étrangère.

Qu’on nous comprenne bien. Nous ne souhaitons pas faire la guerre au Danemark, à la Norvège, à la Suède et à l’Islande. Pour ce qui nous concerne, ils peuvent continuer à se bourrer la gueule à l’Aquavit et à bouffer des harengs ou des steaks de renne. C’est dégueulasse mais quand on est issu de barbares, on mange barbare… Nous attendons simplement d’eux, comme d’autres l’attendent de nous, des excuses. Nous ne voulons pourtant pas d’argent : notre souffrance n’a pas de prix. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !