Les sites de rencontres en ligne ont-ils tué la peur du célibat (et les couples par la même occasion) ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le couple, un contrat à durée limitée sous l'incitation de ce vaste marché en ligne de l'offre et le demande ?
Le couple, un contrat à durée limitée sous l'incitation de ce vaste marché en ligne de l'offre et le demande ?
©DR

Numériquement vôtre

Les sites de rencontres en ligne ont-ils tué la peur du célibat (et les couples par la même occasion) ?

Le succès croissant des sites de rencontres est indiscutable. Le couple n'est-il plus qu'un contrat à durée limitée sous l'incitation de ce vaste marché en ligne de l'offre et le demande ?

Catherine Lejealle

Catherine Lejealle

Catherine Lejealle est docteur en sociologie et ingénieur télécom (ENST Bretagne). Elle est professeur à l'ISC Paris et co-fondatrice de la Chaire Digital BusinessSes domaines de recherche couvrent les usages des TIC (téléphone portable, Internet, médias sociaux…)

Elle a publié La télévision mobile personnelle : usages, contenus et nomadisme,  Les usages du jeu sur le téléphone portable : une mobilisation dynamique des formes de sociabilité  aux Editions L'Harmattan et J'arrête d'être hyperconnecté ! : 21 jours pour réussir sa détox digitale chez Eyrolles.

Voir la bio »

Un usage numérique s’inscrit toujours à la rencontre d’un dispositif et d’une disposition. Les sites de rencontres l’illustrent parfaitement. Gratuits ou pas, leur nombre explosent tout comme celui de leurs abonnés. Cette démocratisation des usages aboutit d’ailleurs à l’apparition de sites de niches, liés à une appartenance religieuse, à un centre d’intérêt (animaux, sport) ou encore un défaut physique (surpoids). Certains comme gleeden sont clairement orientés vers le libertinage et ne menacent pas davantage le couple qu’un classique cinq à sept. D’autres, permettent d’avancer masquer et de jouer les célibataires.

Il est alors légitime de se demander si les sites de rencontre en ligne font exploser le couple. Que certaines personnes aient une tendance au libertinage et que d’autres aient la fibre de la fidélité n’est pas nouveau. La nouveauté qu’apportent les sites est de passer de rencontres à l’échelle artisanale à des rencontres à l’échelle industrielle. En effet, sans outils numériques (internet et le mobile), il est difficile d’amorcer dans une journée IRL plus de deux nouveaux contacts par jour. Avec internet, on chatte (parfois simultanément) avec dix personnes lors d’une seule soirée et on envoie une vingtaine de mails… ce qui multiplié par 365 jours donne tout de même un large éventail de tentations ! Ceci d’autant plus que les critères de matching assurent que ces personnes vous correspondent à 95%, véritable miroir aux alouettes. Comment un pauvre conjoint plongé dans les contraintes d’une vie citadine stressante peut-il être compétitif ?

Mais il ne faudrait pas accuser les sites de tous les maux et l'on peut prendre l'exemple du téléphone portable pour expliquer pourquoi.  Le mobile facilite aujourd'hui l’organisation pratique des rendez-vous et la communication et permet de construire un territoire de communications personnelles. Alors que les téléphones filaires étaient autrefois collectifs et familiaux, cet outil personnel permet aujourd'hui de développer une sphère privée parfaitement étanche de la vie de couple. Pourtant cette "privatisation" peut paradoxalement servir la longévité des couples lorsque les SMS érotiques d’inconnu(e)s permettent d’entretenir des fantasmes d’adultère et de rester purement virtuels. Tromper par mail est-il tromper ?

Ajoutons pour finir que ces nouveaux outils s’inscrivent dans une société qui valorise le jetable, la nouveauté, le plaisir immédiat, le zapping, l’immédiateté… autant de valeurs hédonistes qui militent peu dans l’effort et la construction d’un couple sur le long terme. Comme il revient moins cher d’acheter un nouvel appareil électronique que de le faire réparer, on changerait de conjoint dès que la nouveauté ou l’attrait de l’inconnu, de l’inédit, de la découverte forcément plus attirante pointe le nez ? D’un simple clic, vous remplacez votre ancienne partenaire par une centaine bien plus attractives sur le papier. Car photos retouchées et description flatteuses sont de mise. Vous pouvez alors comme sur photoshop concevoir le partenaire idéal en choisissant ces caractéristiques. Le couple comme reflet métonymique de notre société où les appareils électroniques ont une durée de vie limitée par construction et où les pièces de rechange coûtent plus cher que du neuf.

Le couple, un contrat à durée limitée sous l’incitation de ce vaste marché en ligne de l’offre et le demande ? Le partenaire comme jouet commandé sur catalogue en ligne selon des critères précis et qu’on négocie finalement bien moins que dans la vie hors du clavier où la magie de la rencontre fait redéfinir les critères ? On comprend alors que les sites ne génère que peu de mixité et d’hétérogamie, finalement guère plus que les bals des villages.

Attention, les outils numériques sont effectivement problématique pour le couple : ils laissent des traces qui peuvent servir de preuve pour obtenir un divorce et dans ce cas, peuvent faire exploser l'union consacrée. Le droit à l’oubli numérique reste en quelque sorte à inventer.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !