Les réflexes à adopter quand on se retrouve nez-à-nez avec une bête sauvage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Les serpents, comme les ours, fuient l’homme.
Les serpents, comme les ours, fuient l’homme.
©REUTERS/Juan Carlos Ulate

Grrrrr...

Les réflexes à adopter quand on se retrouve nez-à-nez avec une bête sauvage

Voyageurs, vous n'êtes jamais à l'abri de rencontres hasardeuses. Face à un ours, un chien errant ou un singe, suivez les conseils du guide !

Fabrice Dubesset

Fabrice Dubesset

Blogueur voyage professionnel, auteur, Fabrice Dubesset est l’éditeur du blog Instinct Voyageur. Il y partage ses récits et ses conseils pour voyager plus.

Voir la bio »

Atlantico : Fait rarissime dans nos pays modernes, un randonneur a été tué au mois de septembre par un ours, à seulement 65 km de New York. Face à un ours, quelle est la posture à adopter ? Y a-t-il des différences selon le contexte géographique et l'espèce ? 

Fabrice Dubesset : Les zones concernées sont celles où une population importante d’ours évoluent : Etats-Unis, Canada, Russie et certains pays de l’Est. La Roumanie possède une importante population d’ours en Transylvanie. Ainsi, à Brasov, les ours descendent des montagnes pour chercher de la nourriture dans les poubelles ! Chaque année, des randonneurs sont attaqués dans cette région.

Lire sur ce sujet : New-Jersey : pour la première fois depuis 1852, un ours tue un randonneur

Un ours est rarement agressif face à un homme. Il les évite. S’il y a attaque, c’est que l’ours a été contraint de se défendre. Une femelle peut être dans ce cas pour défendre ses petits.

La base pour éviter toute rencontre avec un ours, c’est de faire du bruit, tout simplement. En marchant, parlez fort, chantez ou attachez une petite clochette à votre sac ou à votre bâton de marche. Si vous campez dans la nature, suspendez votre nourriture à un arbre. Ne laissez pas trainer des victuailles prés de votre tente.

Si malgré tout, vous faites face à un ours :

  • pas de cris, ni de mouvements brusques
  • laissez-lui de l’espace pour qu’il prenne le large
  • éloignez-vous de lui tout doucement dans la direction opposée, sans lui tourner le dos. Ne le regardez pas dans les yeux. Certains recommandent de lui parler doucement.

La chose est quand même rare. Encore un fois, les ours évitent les êtes humains.

Dans des contrées plus chaudes, les singes, a priori moins dangereux que les ours, peuvent-ils tout de même constituer une menace ? Desquels faut-il se méfier, et sont-ce toujours les plus gros les plus dangereux ?

Le problème avec les singes, c’est surtout le vol. En effet, ce sont de redoutables chapardeurs. De plus, certains guides ou autres les entrainent à cela afin ensuite d’aider les touristes à récupérer leur bien contre un billet. Malin… Cela dit, ils peuvent être agressifs et leurs morsures peuvent être dangereuses en raison d’infections qu’elles peuvent causer.

De mon expérience, c’est en Asie que j’ai vu les singes les plus agressifs. Ils sont nombreux, surtout en Inde où ils sont perçus comme des dieux.

La règle de base est de ne surtout pas les regarder dans les yeux. Ne vous approchez pas d’eux. Pour le reste, surveillez vos affaires !

Plus proches de chez nous, les chiens errants. Que faut-il faire face à eux, et certaines régions sont-elles à éviter ?

A mon sens, les chiens errants sont le problème le plus fréquent qu’un voyageur peut rencontrer. Toutes les régions sont plus ou moins concernées. Cela dit, l’Europe de l’Est est connue pour cela. La spécificité ici, c’est que de véritables bandes de chiens errants y évoluent.

Je connais des lecteurs qui ont voyagé à vélo dans ces contrées. Ils m’on rapporté combien les chiens étaient un véritable problème sur leur route.

Se retrouver face à une bande de chiens errants agressifs peut être vraiment dangereux. De plus, ils peuvent être porteurs de la rage. C’est pour cela qu’il est conseillé de se faire vacciner si vous allez séjourner dans des zones rurales.

Si jamais vous êtes dans cette situation, il convient de reculer lentement sans tourner le dos à l’animal. Ne courez pas, essayer de ne pas montrer votre peur. Prenez un objet pour vous défendre si vous le pouvez. En cas d’attaque, protégez votre cou et votre visage.

Qu'en est-il des serpents, scorpions ou grosses araignées ?

Les serpents, comme les ours, fuient l’homme. A votre approche, ils partiront. Le problème se pose en cas de rencontre fortuite. Dans ce cas, il convient de reculer lentement en essayant de prendre un objet (pierre, bâton) pour vous défendre.

Il existe très peu d’espèces d’araignées présentant un danger pour l’être humain. Il en est de même pour les scorpions. Les espèces dont la piqure est mortelle sont extrêmement rares. Dans tous les cas, il s’agit d’accidents en raison de leur petite taille.

Que ce soit pour les serpents, les scorpions ou les araignées, il convient de vérifier vos chaussures au petit matin si vous dormez en zone rurale. Et regardez où vous posez vos pieds ou vos mains…

D’une manière générale, le danger représenté par les animaux sauvages est souvent surestimé. En définitive, l’espèce la plus problématique ici est celle qui est la plus proche de nous : le chien.

Pour compléter, je vous recommande la lecture d'un article de mon blog.

Je suis aussi l’auteur de la méthode a.t.i.p.ic., un guide sur la sécurité en voyage.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !