Sonorisons les bureaux de vote avec Skyrock : les jeunes adorent ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Sonorisons les bureaux de vote avec Skyrock : les jeunes adorent !
©

Zone franche

Sonorisons les bureaux de vote avec Skyrock : les jeunes adorent !

Le Tout-Paris politique, droite et gauche confondues, vole au secours du patron de Skyrock. Depuis que Martine Aubry est fan de Kool Shen, le rap est hype chez les énarques.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

J e n'ai pas compris tout de suite pourquoi le rachat de Skyrock (une radio de rap) par Axa Private Equity (un fonds d’investissement) mobilisait à ce point les responsables politiques.

A leur place, et à la recherche d'une actu économique sur laquelle m'indigner dans les médias entre deux arrestations de dictateurs, je me serais plutôt rabattu sur la grève de l'usine normande qui fabrique le Nutella.

Le rap est populaire, bien sûr, mais je subodore qu'on recense bien plus d’amateurs de cette délicieuse mixture au chocolat que de fans de Nate Dogg ou de NTM. La perspective d’une pénurie de pâte à tartiner devrait donc davantage alarmer nos élus que ce banal ballet d’actionnaires. Surtout quand on sait que l’usine Nutella en difficulté fabrique également les Kinder Bueno !

François Hollande, Malek Boutih, Jack Lang, Benoît Hamon, Rama Yade, Jean-Luc Mélenchon, et, last but not least, Benjamin Lancar, se sont pourtant tous déclarés scandalisés par l'éviction du patron-fondateur de la station, Pierre Bellanger par le nouveau propriétaire. Et le clivage droite-gauche, au moins dans ce domaine, semble être devenu totalement inopérant.

Remarquez, depuis que Martine Aubry cite Kool Shen dans ses meetings (Jaurès, c'est trop sarkozyste), tout est possible. Mais tout de même, entendre Jack Lang en appeler aux mânes de François Mitterrand et des « radios libres » pour défendre le boss d’une station commerciale menacée par « des capitalistes », ça n’est pas banal...

Participer à un gala de soutien à Radio Libertaire, qui risque de mettre la clé sous la porte à chaque nouvelle facture EDF, on pourrait comprendre. Mais Skyrock ? Pourquoi pas RTL ou TF1 ?

Le truc, en fait, c’est que Skyrock est une radio de jeunes et que les jeunes, on ne les voit plus beaucoup dans les bureaux de vote. Alors on a beau être chauve, fréquemment habillé d’un costume-cravate et diplômé de l’ENA (non, je ne parle pas de Rama Yade, qui a fait Sciences Po), si on a l'occasion de clamer comme François Hollande au micro de Difool qu'une « radio n'appartient pas simplement à ses actionnaires mais à ses auditeurs et n'a pas que des objectifs de rendement », pourquoi s'en priver...

«Je considère qu'ici, c'est la radio de toutes les musiques, des musiques de jeunes », a-t-il d'ailleurs ajouté tout en concédant qu'il n'était pas exactement « spécialiste » de genre de choses ― ce que les auditeurs avaient dû remarquer.

De fait, toute cette agitation reste difficile à cerner. D’abord parce qu’on voit mal pourquoi une station qui ne passe que du rap, même avec de nouveaux actionnaires, se saborderait en programmant du musette, mais aussi parce que le patron débarqué n'a pas vraiment dit son dernier mot. La presse financière bruisse en effet de tractations complexes où il est plus question d’EBITDA, d’injection de capital et de ROE que d'Eminem  ou de Booba ―des trucs « chelous » avec lesquels on ne va tout de même pas gonfler les gentils petits auditeurs.

Hum, quitte à donner un coup de main à un requin dans sa négociation avec un autre requin par pure démagogie jeuniste, j'aurais vraiment choisi le Nutella. Mieux : avec la pâte au chocolat, j'aurais même pu prendre la défense des salariés...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !