Bien pire que les frasques supposées de Trump, la longue liste des chefs d'Etat pris au piège de scandales sexuels | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Bien pire que les frasques supposées de Trump, la longue liste des chefs d'Etat pris au piège de scandales sexuels
©Reuters

THE DAILY BEAST

Bien pire que les frasques supposées de Trump, la longue liste des chefs d'Etat pris au piège de scandales sexuels

Golden shower, esclaves sexuelles, «bunga bunga», germaphobes : Trump n’est pas le seul des présidents et dictateurs à propos desquels on entend des rumeurs de comportement sexuel étrange.

The Daily Beast par Erin Gloria Ryan

La semaine dernière, BuzzFeed et CNN ont publié différentes versions d'un dossier au contenu non vérifié qui accuse de manière douteuse Donald Trump. Le dossier évoque une soit-disante vidéo montrant Trump appréciant l’urine de prostituées russes. Vidéo que Vladimir Poutine aurait utilisée pour influencer Trump.

L'existence de la vidéo n'a pas été vérifiée, mais les réactions à ces rumeurs n’ont pas tardé. Trump n’avait pas tenu une conférence de presse depuis juillet dernier, et il a jugé cette affaire assez importante pour l’aborder publiquement.

Il a affirmé le dossier était un tissu de « fausses informations », et il a ajouté qu’il n’avait jamais payé des prostituées pour uriner dans une chambre d'hôtel russe, parce qu'il est germaphobe.

Il pense, de plus, que dans les hôtels, il y a partout de minuscules caméras (une pensée inquiétante, surtout venant d'une personne qui est propriétaire de plusieurs hôtels). Trump a ensuite rabroué Jim Acosta, journaliste de CNN et a qualifié le site d’information BuzzFeed de « poubelle ». Il était furieux.

La ferme condamnation par Trump de ces rumeurs est particulièrement révélatrice quand on compare avec la manière timide dont son camp a réagi lorsque Trump a lui-même déclaré qu'il saisirait les organes génitaux des femmes sans leur consentement. Il n'y a pas eu de Pussygate après, en octobre, même lorsque plusieurs femmes l'ont accusé publiquement d'agression sexuelle. Il y a eu, cependant, un discours à Gettysburg, dans lequel le futur leader du monde libre a promis de poursuivre ses accusatrices. Tout cela, il a expliqué, à plusieurs reprises, n’était qu’une conversation de vestiaire.

Trump ne devrait pas être trop gêné par les rumeurs, car il est loin d'être le seul à en faire l’objet. En fait, on aurait du mal à trouver un chef d’Etat dans l'histoire, surtout un qui ait des tendances despotiques, sans un placard plein de mineurs ou de relations hors mariage ou de squelettes arrosés d’urine. Dictateurs et sexe déviant vont de pair comme la Russie et le chantage.

Il y a près d’un demi-siècle, un autre dirigeant qui menaçait tout le monde d'expulsion a vu ses pratiques sexuelles peu orthodoxes évoquées. Idi Amin, le dictateur ougandais, accusé d’être responsable de la mort de 400.000 personnes (dont certaines auraient été jetées aux crocodiles) au cours de son règne brutal, a également été responsable de l'expulsion de l'ensemble de la population asiatique de cette nation d’Afrique Equatoriale.

Les Asiatiques, selon Amin avaient trop d’influence sur l'économie de l'Ouganda. Alors qu'il était en train de faire tout cela, Amin a trouvé le temps d’être le père de 25 enfants avec ses cinq épouses. Il aurait également eu 33 maîtresses, et 34 enfants supplémentaires de ces relations extra-maritales. Amin exigeait d’ailleurs qu'on l’appelle « Big Daddy ».

Quelques décennies plus tard, plus au Nord, un autre célèbre milliardaire misogyne arrivé au pouvoir porté par une vague de populisme, a fait face à un scandale sexuel. Et c’était nettement plus crédible que les maigres rumeurs lancées contre Trump qui n’ont probablement pas de réalité.

L'ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi était connu pour avoir de l’appétit pour les prostituées. Ce qui en soi n’est sans doute pas idéal pour le leader d’un grand pays, l’Italie. La joie de vivre de Berlusconi allait à l'encontre de la loi quand il a été accusé d’avoir sollicité des relations sexuelles de la part d’une jeune prostituée marocaine et mineure, surnommée Ruby. Quand les enquêteurs ont commencé à fouiller dans le passé sexuel de Berlusconi, d’autres histoires ont été découvertes. Entre autres, Berlusconi et plusieurs personnalités italiennes auraient participé à des soirées avec des travailleuses sexuelles. Berlusconi, selon ces rapports, appelait ces soirées "bunga bunga". Le procès qui s’en est suivi a été l'un des 20 auxquels Berlusconi a été confronté au cours de son mandat à la tête du gouvernement italien. Ce qui est plutôt impressionnant pour un octogénaire.

En 2013, selon son valet de chambre, Mouammar Kadhafi l'ancien dictateur libyen était accro au Viagra et avait des relations sexuelles presque constamment. Il a en outre affirmé que certaines des femmes avec lesquelles Kadhafi avait eu des relations sexuelles avaient dû recevoir des soins médicaux après ces rencontres. Un livre sur le dictateur accuse Kadhafi d’avoir détenu des écolières comme esclaves sexuelles, d’avoir abusé sexuellement de jeunes garçons, et d’avoir voulu s’en prendre sexuellement à des épouses de dignitaires étrangers en visite. Bien sûr, Kadhafi n’est pas là pour se défendre ou pour engager des poursuites ; il a été capturé et tué par les révolutionnaires libyens en 2011.

Le président Mao était connu pour être un pédophile. Son penchant pour les très jeunes femmes a été évoqué au cours des années 2000, dans le roman L'Ours et le Dragon de Tom Clancy.

Le Coréen Kim Jong Il, qui a vécu une vie de luxe tandis que ses compatriotes mouraient de faim, aurait eu, selon des rumeurs, 2.000 femmes à sa disposition pour répondre à ses besoins sexuels.

Un film datant de 2004 à propos de Joseph Staline accrédite l'idée qu'il aurait assassiné sa deuxième femme. La version historiquement acceptée de l'histoire est qu'elle se tira une balle dans la tête après une dispute avec Staline lors d’un repas de fête. La version qui a été rendue publique après sa mort était qu'elle était morte de l'appendicite.

Hitler, un homme dont le parti nazi a été évoqué par Trump quand il a critiqué la publication de rumeurs sur son compte, avait lui aussi une étrange réputation en matière de sexe. Comme Trump, Hitler était un germaphobe. Contrairement à lui, il aurait évité les contacts sexuels de peur d'attraper quelque chose.

Mais ce ne sont pas les seules rumeurs qui ont couru à propos d’Hitler. Il aimait les dames, mais les dames... n’étaient pas aussi enthousiastes à son sujet. Sa principale partenaire Eva Braun se tua aux côtés de Hitler. Une autre des prétendues amoureuses de Hitler s’est aussi tuée. Deux autres de ses partenaires auraient aussi tenté de mettre fin à leurs jours.

Et n’oublions pas, enfin, Vladimir Poutine, dont la vie personnelle est enveloppée par le secret, mais aussi riche en rumeurs. Il avait une femme, avec qui il aurait eu deux enfants avant qu’elle ne disparaisse de la scène publique pendant des années.

Beaucoup ont pensé qu’elle était morte jusqu'à ce qu'elle réapparaisse le temps de divorcer d’avec Poutine. Pendant ce temps-là, on a dit que Poutine s’était épris d’une ancienne gymnaste, rencontrée quand elle était encore adolescente. Ils auraient eu trois enfants selon la rumeur. L'année dernière, le site people américain "Page Six" a prêté à Poutine une nouvelle petite amie, une plantureuse jeune fille de 23 ans, apparue dans un calendrier sexy dédié à l'anniversaire de Poutine quand elle terminait ses études. La gymnaste aurait alors été éjectée.

On pourrait dire que la différence entre un Poutine et un Amin par rapport à la rumeur concernant Trump est que les leaders précités ont fait face à des accusations qui ont renforcé leur image virile. La rumeur visant Trump, pas tellement. Même si le dossier Trump contient peu d'informations vérifiables, il est difficile d'éliminer l’odeur d’urine tachant un matelas ou une réputation. Mais cela pourrait être pire. Au moins personne ne spécule sur ce qui ne va pas avec son pénis. Enfin, pas encore.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !