Les femmes, ça coûte cher : le maire (PS) de Bourg-en-Bresse en a eu pour 90 000 euros ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les femmes, ça coûte cher : le maire (PS) de Bourg-en-Bresse en a eu pour 90 000 euros !
©PHILIPPE DESMAZES / AFP

Attention second degré

Les femmes, ça coûte cher : le maire (PS) de Bourg-en-Bresse en a eu pour 90 000 euros !

Hélas, nous n’avons pas ses moyens. Pauvres de nous...

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Frères misogynes, amis chauvinistes mâles, réjouissez-vous ! On nous a fait taire pendant des années, on nous a bafoué, interdit de parole. Devenus des parias de la société, nous avons souffert en silence, ravalant notre peine. Cet insupportable Golgotha va prendre fin. En effet, nous apprend Le Monde, l'heure de la vengeance, de la revanche a sonné. Le maire (PS) de Bourg-en-Bresse, Jean-François Debat, vient d'être condamné à 90 000 euros d'amende pour avoir nommé trop de femmes à des postes de commandement dans sa commune. Alléluia ! Hosanna ! La loi prévoit un pourcentage obligé de 60 % / 40 % antre les deux sexes. 60 % d'hommes, 40 % de femmes. Ou 60 % de femmes et 40 % d'hommes.

Le misérable assume son forfait. Il se dit fier d'avoir nommé tant de femmes à des postes de responsabilité dans sa commune. Et il ose ceci : « Je m'attendais plutôt à recevoir des félicitations ». Honte à cet homme ! D'ailleurs cette lavette mérite-elle seulement le nom d'homme ? Les mésaventure de M. Debat ont l'immense avantage d'attirer l'attention sur les effets imbéciles des politiques de quotas, de parité et de discrimination positive. Nous, nous sommes naïvement de ceux qui pensons que seul doit prévaloir le principe universel de la compétence et du talent. Et puisque avec cette loi nous sommes dans le grotesque le plus absolu, allons plus loin.

Pourquoi des quotas uniquement réservés aux femmes ? Les Noirs, les Arabes n'y auraient-ils pas droit ? Et les Lesbiennes, les Gays, les Bisexuels, les Transgenres ? Mais pas les Juifs : ils s'arrangeront toujours pour crever les plafonds de leurs quotas. Pour revenir à l'essentiel, il faut quand même considérer que 90 000 euros pour quelques femmes, c'est pas donné. On peut en trouver pour beaucoup moins cher au Bois de Boulogne ou dans les salons de massage thaïlandais. Mais peut-être ont-elles d'autres compétences que les femmes du maire de Bourg-en-Bresse.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !