Les enfants uniques sont-ils tous des sales gosses ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Les mères d’enfant unique supportent de sévères jugements, des sarcasmes, elles sont qualifiées de mères dénaturées, soupçonnées d’égocentrisme, de manque d’instinct maternel parce quelles n’ont pas envie d’en avoir davantage… "
"Les mères d’enfant unique supportent de sévères jugements, des sarcasmes, elles sont qualifiées de mères dénaturées, soupçonnées d’égocentrisme, de manque d’instinct maternel parce quelles n’ont pas envie d’en avoir davantage… "
©

Bonnes feuilles

Les enfants uniques sont-ils tous des sales gosses ?

La famille, un cocon rassurant et chaleureux, vraiment ? Dominique Devedeux redonne la parole aux enfants et révèle ce qui se cache derrière le fantasme d’égalité, de partage et d’harmonie... Extrait de "La famille, une sacrée illusion !" (2/2).

Dominique  Devedeux

Dominique Devedeux

Dominique Devedeux est psychanalyste.
Voir la bio »

L’enfant unique est un bienheureux. Il échappe à toutes les frustrations, les colères, la jalousie, les mauvaisetés des aînés, des cadets, et des benjamins. Il grandit et s'épanouit tranquillement, sans conflits.

Et pour lui, merci Papa, merci Maman, il est, unique, il va le rester ! Comme lui, les autres étaient nés pour être uniques… mais malheureusement, pour eux le vent a tourné du mauvais côté, et la vie leur a collé une tribu de frères, de soeurs, qu’il faut subir tous les jours.

Que d’idées toutes faites au sujet de l’enfant unique ! Pourtant, elles sont toutes fausses ! Depuis fort longtemps, les parents d’un seul enfant sont suspects, « les gens » se posent des questions sur ce couple : impuissance ? Abstinence ? Stérilité ? Ou pire : « Ils n’en veulent pas d’autre ? Oh là là ! » Et hop les voilà classés dans la case « égoïstes parents qui privent leur enfant d’un compagnon de jeu » ! ou dans la catégorie « égoïstes parents qui veulent se la couler douce » !

Quant aux mères d’enfant unique, elles supportent de sévères jugements, des sarcasmes, elles sont qualifiées de mères dénaturées, soupçonnées d’égocentrisme, de manque d’instinct maternel parce quelles n’ont pas envie d’en avoir davantage… Toutes les vieilles salades rabâchées elles aussi depuis la nuit des temps, et surtout depuis que la contraception sous toutes ses formes est à la portée de toutes les mains, et toutes les bourses ! Ces mères là sont louches ! Eh bien oui, n’avoir qu’un enfant peut être un choix. Et il rétablit la balance avec les pondeuses à la chaîne des familles nombreuses. Celles qui ne sentent bien que lorsqu’elles sont « pleines ». C’est terminé, les enfants uniques n’ont plus rien à voir avec les clichés d’enfants gâtés, pourris, arrogants, imbus d’eux même… Bien au contraire, ils ont en main tous les atouts pour devenir des adultes équilibrés, ouverts, généreux, bien dans leurs baskets ! Il se pourrait même qu’ils s’avèrent plus sociables, moins tyranniques que le Chouchou ! Peu m’importe, les enfants privés de soeurs et frères sont des privilégiés. Ils ont été tellement stigmatisés, « Ah, c’est un enfant unique… » lourd de sous-entendus, caricaturés, considérés comme des parias. Mais souvent secrètement enviés.

Depuis belle lurette, leurs parents sont des adultes éduqués, informés, vigilants, malins, conscients de l’utilité de ne pas tout focaliser sur leur cher petit, de le laisser s’autonomiser à son rythme, de l’encourager à faire des expériences, de ne pas laisser peser sur lui des problèmes d'adultes (cela devrait valoir aussi pour les autres parents !!), ils savent ce qu’il est bon de faire pour éviter à leur enfant d’éprouver un éventuel, et réputé sentiment de solitude, grâce à l’entourage familial, les amis, l’école.

Plus personne ne vit isolé dans une grotte au milieu du Larzac ! La vie actuelle permet, si on le souhaite, de n’être jamais seul, peut-être un peu trop d’ailleurs, d’apprendre, de partager, d’échanger, de se frotter à autrui. Les enfants uniques ont de bonnes raisons d’être moins stressés, plus ouverts aux apprentissages, à aller vers les autres, et à construire des liens amicaux solides et durables.

Extrait de "La famille, une sacrée illusion !", Dominique Devedeux, (Michalon éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !