Le stress de la pandémie semble avoir laissé un impact durable sur nos personnalités | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Certains groupes d'âge ont-ils été plus sensibles aux changements de personnalité durant la pandémie de Covid-19 ?
Certains groupes d'âge ont-ils été plus sensibles aux changements de personnalité durant la pandémie de Covid-19 ?
©Oli SCARFF / AFP

Réalité du monde d'après

Le stress de la pandémie semble avoir laissé un impact durable sur nos personnalités

La pandémie de Covid-19 et ses conséquences ont généré des changements de personnalité, notamment chez les jeunes, selon une nouvelle étude de la Faculté de médecine de l'Université d'Etat de Floride.

Angelina Sutin

Angelina Sutin

Angelina R. Sutin est Professeure au Département des sciences du comportement et de la médecine sociale au sein Faculté de médecine de l'Université d'État de Floride.

Voir la bio »

Atlantico : Dans votre étude, vous constatez que pendant la pandémie, les personnalités ont évolué et qu'il y a eu de petites diminutions significatives de l'extraversion, de l'ouverture, de l'agréabilité et de la conscience. Dans quelle mesure ces changements sont-ils opérants ?

Angelina Sutin : Les changements dans ces traits suggèrent que les gens car moins sociables et extravertis (extraversion), plus conventionnels et moins créatifs (ouverture), moins confiants et plus sceptiques (agréabilité), et moins organisés et disciplinés (conscience). 

Quelles sont les pistes/hypothèses que vous pourriez avancer pour expliquer ces changements ?

Nous ne connaissons pas les raisons spécifiques de ces changements. Un modèle qui vaut la peine d'être noté est que pendant la première année de la pandémie, alors qu'on mettait davantage l'accent sur la communauté et le rassemblement pour combattre le virus, il n'y a eu que des changements modestes dans la personnalité et principalement dans une direction bénéfique, tandis que pendant la deuxième année de la pandémie, alors qu'il y avait moins de cohésion sociale et plus de contrecoup, il y a eu plus de changements dans la personnalité, et principalement dans la direction opposée. 

Vous expliquez ensuite que les changements de personnalité qui se sont produits pendant la pandémie étaient équivalents à ceux que l'on observe habituellement sur une décennie. Devrions-nous nous en inquiéter ?

Pour l'instant, il ne s'agit que d'une observation. Mais ces traits, en particulier le névrosisme et la conscience, sont associés à de nombreux résultats importants, notamment la réussite scolaire et professionnelle, les relations et la santé mentale et physique. Les changements étaient relativement faibles, mais l'impact cumulatif pourrait être significatif si les changements persistent. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour examiner les conséquences potentielles de ces changements, en particulier s'ils persistent.

À Lire Aussi

Ces pensées suicidaires qui assaillent tant de patients atteints de Covid long

Ces changements mesurés au niveau d'une seule personne peuvent-ils avoir un impact sur une société entière ?

C'est une bonne question qui n'a pas de réponse. Nous avons documenté les changements au niveau du groupe, ce qui signifie que le changement peut ou non s'appliquer à un individu en particulier. Mais, lorsqu'ils sont regroupés dans l'échantillon, les changements sont apparents. De même, nous ne savons pas encore si un changement de personnalité au niveau individuel peut avoir un impact sur la société.

Certains groupes d'âge ont-ils été plus sensibles à ces changements de personnalité ?

La personnalité des jeunes adultes a tendance à être plus malléable que celle des adultes plus âgés, et il y a donc plus de place pour le changement chez les jeunes adultes que plus tard dans la vie. Et, bien que la pandémie ait été stressante pour tout le monde, elle a perturbé les tâches normatives du jeune adulte, comme l'école et la transition vers la vie active, la sociabilité et le développement de relations. C'est spéculatif car nous n'avons pas mesuré les raisons de ce changement, mais cette perturbation peut avoir eu un impact plus important sur les jeunes adultes car ces tâches sont très importantes pour ce groupe d'âge. 

Dans quelle mesure ces changements, significatifs sur une courte période de temps (la pandémie), sont-ils encore perceptibles ? Peut-on imaginer qu'il y aura un réel impact à long terme ?

C'est une excellente question à laquelle nous ne connaissons pas encore la réponse. Il se peut que la perturbation soit temporaire et qu'elle rebondisse ou qu'elle soit durable. Plus le temps passe, plus nous devrons continuer à surveiller la personnalité pour déterminer si les changements observés sont temporaires ou durables.

À Lire Aussi

Covid blues : la déprime mondiale est toujours bien présente

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !