Le retour de l'âge de Gatsby le Magnifique ? Les lieux de vacances chics des New-yorkais sur le point de vivre leur meilleur été depuis la crise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Le retour de l'âge de Gatsby le Magnifique ? Les lieux de vacances chics des New-yorkais sur le point de vivre leur meilleur été depuis la crise
©

Summer time

Le retour de l'âge de Gatsby le Magnifique ? Les lieux de vacances chics des New-yorkais sur le point de vivre leur meilleur été depuis la crise

A en juger par le nombre croissant de locations de villas à plus de 1 million de dollars pour l'été, la crise de 2008 est désormais derrière les Américains les plus nantis.

A en juger par le nombre croissant de demandes de gardes de chiens-chiens-de-luxe-à-sa-mémère et de Ferrari, les riches Américains vont passer leurs vacances dans un de leurs lieux de villégiatures favoris : le très chic district des Hamptons, sur la côte sud de Long Island. Situé à 30 minutes de Manhattan en hélicoptère, ce summer camp très VIP attire le tout New York chaque été, explique Le Figaro. Richard Gere a longtemps été un habitué. Madonna, Alec Baldwin, le maire de New York Michael Bloomberg ou encore Sarah Jessica Parker fréquentent régulièrement cette ville balnéaire, sans doute la plus huppée des Etats-Unis.

Grâce à la flambée du cours des actions, un marché immobilier en pleine convalescence et des faibles coûts d'emprunt, il y a un véritable regain de confiance Outre-Atlantique... mais uniquement chez les nantis, rapporte le site Business Insider. Le niveau de consommation de cette population n'est pas encore comparable à celle de l'ostentatoire Gatsby le Magnifique. Néanmoins, les riches Américains pourraient bien vivre dans les semaines à venir leur meilleur été depuis que la crise a éclaté en 2008.

De "l'argent frais" circule dans les tuyaux. Il est vrai que le "vieil argent" n'a jamais cessé de couler du porte-feuille des ultra-riches pour tout ce qui concerne par exemple les dépenses alimentaires ou le personnelde maison. Et si les dépenses discrétionnaires ont quant à elles diminué ces dernières années, elles repartent à la hausse depuis peu, comme le remarque Mark Humphrey, propriétaire depuis plus de 30 ans d'une galerie d'art sur l'avenue principale de Southampton (l'une des zones de villégiatures les plus prisées par l'élite américaine). "L'hiver a été bon, ce qui est exceptionnel. La plupart du temps nous sommes fermés [pendant cette période]", dit-il.

L'été dernier, les rares visiteurs de la galerie de Mark Humphrey se sont contentés de faire du lèche-vitrine. Mais depuis quelques temps, les personnes qui s'étaient montrées potentiellement intéressées déboursent des sommes importantes pour acquérir une peinture. Depuis décembre, le galeriste en a vendu dix, entre 5 000 et 10 000 dollars l'unité.

Depuis le début de l'année 2013, les dépenses de luxe sont fortement corrélées à l'évolution de la Bourse. Et toutes les études menées par l'American Affluence Research Center et l'American Express ont constaté une hausse des dépenses pour les maisons secondaires, les voyages, les vacances, les sorties au restaurant, les voitures de luxe etc.

Et en regardant le prix des locations à Hamptons, il est clair que les Américains les mieux nantis cherchent à suivre le train de vie de Gatsby le Magnifique. Selon le Daily Beast, une demi-douzaine de maisons et villas ont déjà été louées environ 1 million d'euros... juste pour l'été ! "Du jamais vu", assure H. Dolly Lenz, courtier à Manhattan. "La demande n'est pas seulement importante, elle est tout simplement incroyable", ajoute-t-il. Le prix de location à la journée s'élève en moyenne à 9 803 dollars, soit 408 dollars l'heure. Des chiffres qui n'incluent ni le prix de l'eau et de l’électricité, ni les charges, qui peuvent grimper à plusieurs dizaines de milliers de dollars.

La plupart du temps, il est impossible de trouver la liste de ces locations sur le Web. Elles ne sont pas non plus inscrites dans la base de données des courtiers : c'est un business qui se fait de bouche à oreille, de courtiers à super-riches.

Pour éviter de dépenser un million de dollars chaque été, Jennifer Lopez a trouvé une solution très simple, rapporte le New York Post : elle a tout simplement acheté une maison à Hamptons pour la coquette somme de 10 millions de dollars. Un investissement rentable à une échelle de 10 ans.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !