Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Eric Zemmour pose lors d'une séance photo à Paris le 22 avril 2021.
Eric Zemmour pose lors d'une séance photo à Paris le 22 avril 2021.
©JOEL SAGET / AFP

Eric Zemmour combien de chars ?

Le Front républicain c’est comme la ligne Maginot…

Il a été très simple de la contourner.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Elle était réputée inexpugnable. Grâce à elle les Boches ne passeraient pas. Les Boches empruntèrent un autre chemin. Les chars de Guderian s’enfoncèrent en Belgique. Et la France subit en 1940 une défaite humiliante.

Nous sommes en 2021 et pas en 1940. Mais il y a entre ces deux années quelques similitudes. On les trouve dans une enquête réalisée par Fondapol et publiée par Le Figaro. Cette enquête est passionnante car elle interroge les Français non pas sur leur vote mais sur les motivations de leur vote.

78% des sondés disent qu’ils sont prêts à apporter leurs suffrages à un parti protestataire (de l’extrême gauche à l’extrême droite) ou à s’abstenir ou à voter blanc ! Et un nombre croissant d’entre eux ne se contentent pas de l’offre Macron - Le Pen. Ça porte un nom : le dégagisme.

Tout cela bien sûr ne préjuge en rien des résultats de l’élection de 2022. Mais ça montre qu’il y a une demande d’autre chose. Quoi ? Tous les autres sondages soulignent le désir majoritaire des Français pour plus de sécurité et moins d’immigration.

À Lire Aussi

Un nouveau diable est né : il s'appelle Robert Ménard…

Et contre ça, il n’y a aucune ligne Maginot qui tienne. Avec cette demande de plus de sécurité et de moins d’immigration et portée par le vent du dégagisme avance la petite barque d’Eric Zemmour.

Il ne se fait sans doute aucune illusion sur ses chances d’accéder à l’Elysée. Ce qu’il veut, selon toute apparence, c’est casser la baraque. Et sur les décombres du Rassemblement National et des Républicains faire naître une nouvelle droite, plus jeune, plus vigoureuse que celle de Marine Le Pen, devenue un peu molle car soucieuse de respectabilité. Reste à savoir si les chars de Zemmour seront aussi nombreux et efficaces que ceux de Guderian.

Un sondage Ifop sur la région Auvergne-Rhône-Alpes va dans le sens de ce qui précède : il donne Laurent Wauquiez victorieux dans tous les cas de figure. Il devance largement son rival le plus menaçant, le candidat du Rassemblement National.

Wauquiez a fait campagne sur les mêmes thèmes que lui : sécurité, immigration. On se souvient que Jean-Marie Le Pen disait que les Français préfèreront toujours l’original à la copie. Mais il arrive - voyez Marine Le Pen et Zemmour - que la copie soit plus nette que l’original.

À Lire Aussi

Le Front national est une « petite chose »...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !