Le Dindon, une pièce de théâtre hilarante à ne surtout pas manquer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Mise en scène : Anthony Magnier Avec Anthony Magnier et la compagnie Viva
Mise en scène : Anthony Magnier  Avec Anthony Magnier et la compagnie Viva
©

Atlanti Culture

Le Dindon, une pièce de théâtre hilarante à ne surtout pas manquer

Le Dindon

De Georges Feydeau

Mise en scène : Anthony Magnier

Avec Anthony Magnier et la compagnie Viva

INFORMATIONS

Théâtre Dejazet
41 boulevard du Temp 75003
Tél. : 01 48 87 52 55
http://www.dejazet.com
A partir du 4 décembre, du lundi au samedi 20h30, le samedi représ. suppl.. à 16h45

RECOMMANDATION

Excellent

THEME

Le notaire Vatelin, dont la femme Lucienne est suivie dans la rue par son ami le coureur de jupons Pontagnac, s’est juré de mettre fin à sa liaison avec un béguin britannique aussi fugace qu’hystérique, pendant que le célibataire Raidillon se pâme d’amour pour madame Vatelin, laquelle lui a promis ses faveurs si elle apprenait le moindre écart de son mari...  Pontagnac, à l’affût du moindre faux-pas de ces messieurs, se lance dans la « pêche au grelot », sans savoir que sa propre femme le piste et se donnera à Raidillon si ses soupçons venaient à être confirmés...

Qui donc sera le dindon de cette farce ?

POINTS FORTS


• On ne peut qu’admirer le rythme, la fantaisie et la virtuosité des dialogues de Feydeau, qui, à partir d’un motif ô combien éculé de la comédie (mari, femme, amants et maîtresse), parvient à construire une trame aussi désopilante que serrée, mettre en scène des cascades de malentendus, de double-entendre, de situations cocasses, le tout sans perdre ni jamais lasser son spectateur. 

• La pièce est menée à un train d’enfer par la compagnie Viva, décidément survitaminée depuis Le fil à la patte.

POINTS FAIBLES


• Quelle tristesse de voir cette salle, qui a connu des jours meilleurs, aux 4/5eme vide en raison des grèves... Feydeau et la compagnie Viva, qui le sert avec une énergie qui fait plaisir à voir méritent une salle comble.

EN DEUX MOTS ...


Tromper n’est pas venger : telle est la leçon que Feydeau administre aux hommes par femmes interposées.

UN EXTRAIT


Vatelin (dépité) : « Songez qu’on a une femme légitime... et que c’est celle-là qui vous trompe ! »

Raidillon à Vatelin : «  C’est là le jeu d’une femme outragée, et non d’une épouse coupable »

L'AUTEUR


• On ne présente plus Georges Feydeau (1862-1921), comédien raté mais enfant prodige du vaudeville, qui rencontra son premier succès dès l’âge de 19 ans, avec Par la fenêtre (1882). 

• On sait la proximité que Feydeau entretenait avec l’adultère, un des thèmes majeurs du vaudeville au XIXe siècle, puisque sa fort galante mère, était convaincue que Georges avait pour père Napoléon III, ou son demi-frère, Morny. Dix ans après Le Didon, Feydeau quitta le domicile conjugal après avoir appris que sa femme avait pris un amant...

• Pour en revenir au Dindon (1896), il se situe dans la période faste de sa production - entre L’hôtel du libre-échange (1894) et La Dame de chez Maxim (1899) - qui lui vaut la réputation méritée de « roi du vaudeville. »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !