Le dernier Rouart : un vrai bonheur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le dernier Rouart : un vrai bonheur
©REUTERS/Tony Gentile

Atlanti-culture

Le dernier Rouart : un vrai bonheur

Dans son dernier roman, Jean-Marie Rouart déroule avec sincérité, humour et élégance le fil de sa vie et réussit à faire de son lecteur un complice heureux.

Françoise  Cazalis pour Culture-Tops

Françoise Cazalis pour Culture-Tops

Françoise Cazalis est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.
Voir la bio »

L'auteur

Jean-Marie Rouart est né en 1943. Issu d'une famille de peintres et de collectionneurs, il choisit la voie de l'écriture après des études de philosophie. Journaliste, romancier, essayiste, chroniqueur, il entre à l'Académie Française après quatre tentatives. Son premier ouvrage, en 1962, est refusé treize fois, mais à partir de 1974, il devient un auteur prolifique et récompensé. On se souvient, par ailleurs, de son combat pour la réhabilitation d'Omar Raddad et de ses prises de position contre la prostitution.

Thème

Finalement, qu'est ce que la vie? A partir d'un évènement ou d'un certain âge, écrire c'est faire l'inventaire, ordonner l'apparente confusion de sa vie. Il y a quelques mois, Jean-Marie Rouart, à la suite d'un examen médical, comprend que lui l'immortel en habit vert n'est qu'un simple mortel qui sent le sapin. Jean d'Ormesson, l'ami de toujours, lui envoie une carte postale l'enjoignant de ne pas partir avant lui. Il choisit de lui obéir et de se rétablir. Commence alors une ethnologie de lui-même . De rencontres en amours, il nous déroule une galerie de portraits incisive: François Nourrissier, un type pas facile tous les jours, Jacques Vergés qui aime autant le luxe que les causes désespérées, le brumeux Franz- Olivier Gisbert, qualifié par Rouart "d'Alain Duhamel qui aurait pris du LSD" ou encore des comtesses et autres pécheurs de Noirmoutier. Entre les chapitres, il déroule le fil de ses conquêtes, sans se donner le beau rôle. Lui qui, dit-il, faisait figure pour les filles de placement désastreux. Le "petit monde" de Jean-Marie Rouart lui ressemble, drôle et grave, éclectique, joyeux mais jamais futile.

Points forts

- L'écriture alerte, pleine de grâce et de charme.

- Jean-Marie Rouart semble toujours assis au bord de sa vie qu'il observe avec des yeux d'entomologiste plein de compassion, de tact et de gentillesse.

- Une ballade narquoise et personnelle sur la jeunesse qui s'enfuit.

- Le verbe d'un académicien pas si académique que ça.

Points faibles

- Le filtre volontaire de sa mémoire laisse le lecteur sur des points de suspension...

En deux mots...

A la lecture, et bien qu'il s'en défende, ce marivaudage intellectuel est fait pour rendre le lecteur heureux. Et donner espoir aux recalés du bac puisqu'on peut finir quand même à l'Académie !

Recommandation

Excellent.Excellent

Informations

"Ne pars pas avant moi" de Jean-Marie Rouart. Roman autobiographique, Gallimard, 234 pages.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !