Le CV, c’est maintenant : quand et comment s'organiser au mieux pour décrocher un job d’été | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Le CV, c’est maintenant : quand et comment s'organiser au mieux pour décrocher un job d’été
©www.flickr.com/photos/desiitaly/2304874364

Vitae

Le CV, c’est maintenant : quand et comment s'organiser au mieux pour décrocher un job d’été

Quelques conseils pour s'organiser au mieux afin d'être certain de décrocher un job d'été.

Françoise Briel

Françoise Briel

Françoise Briel a créé le cabinet Quartz en 2002 après une carrière réalisée dans l’industrie et le conseil au sein de groupes à vocation internationale. Elle allie une expérience d’entrepreneur, de consultant et de coach.

Spécialisée dans le recrutement de cadres, elle intervient également en qualité de coach auprès de dirigeants et de cadres soumis à des situations complexes, dont la résolution nécessite de prendre en compte les facteurs environnementaux, comportementaux et identitaires pour générer des solutions efficaces et innovantes.

Elève de Stephen Gilligan et de  Robert Dilts, Françoise Briel possède une spécialisation en coaching  génératif.

Elle est l'auteur d'un A-book paru en 2014 sur Atlantico éditions : Au chômage ? Conseils et stratégies pour traverser la tempête

 

 

Voir la bio »

Atlantico : Quand et comment s'organiser au mieux pour décrocher un job d’été ?

Françoise Briel : En termes d’organisation, il est important de s’y prendre le plus tôt possible, dès le début de l’année, surtout  si l’on n’a pas la chance de vivre dans une région où le bassin d’emploi  est important. Dans tous les cas, il sera nécessaire de mener une recherche active, soit adressant un cv directement aux entreprises,  aux sociétés d’intérim et à Pôle emploi. La recherche sera  facilitée pour celles et ceux qui peuvent se déplacer géographiquement  pour la période des vacances et trouver un emploi saisonnier en bord de mer où l’on recrute massivement pour cette période.

Bien évidement dans le cas où le demandeur a déjà eu une première expérience de job saisonnier réussie, il lui faudra en priorité recontacter l'entreprise dans laquelle il a travaillé et dont il connaît déjà les contraintes, les attentes et les équipes.

Dans tous les cas, une attitude proactive, de l’enthousiasme et la volonté de se retrousser les manches sera un atout de taille pour décrocher un job d’été. Tout employeur potentiel sera séduit par une personnalité dynamique qui apportera une valeur ajoutée au sein de l’équipe ou de l’entreprise même pour une courte durée.

Quels sont les critères sur lesquels devraient se fonder le choix d'un job d'été (ou l'on vit et qui on est)? Le quel prévaut sur l'autre ? 

Un job d'été, même s’il reste une expérience de courte durée, est toujours intéressant. S’il  est réalisé dans un secteur proche de celui au sein duquel évoluera l’étudiant une fois son cursus terminé,  cela lui donnera une vision claire et très concrète de son futur métier. Si ce n’est pas le cas, il aura l’occasion de connaître différents milieux professionnels, fera appel à sa débrouillardise à sa capacité d’adaptation et en retirera de toute façon des acquis précieux pour le futur.

Mais il ne faut pas oublier que le but premier d'un job d'été c'est avant tout de gagner un peu d'argent avant la rentrée afin d’améliorer le quotidien – voire plus. C’est la raison pour laquelle le salaire un critère majeur. 

La localisation est aussi très importante. Pour ceux qui ne sont pas saisonniers (à la mer ou à la montagne),  il faut pouvoir se rendre à son travail sans que cela n’occasionne trop de frais. Le domaine de compétence finalement n'est pas le plus important. 

Dans quelle mesure est-il préférable de travailler dans un domaine qui correspond à son domaine de compétence présent ou futur, ou au contraire, de se confronter à un environnement qu'on ne connaît pas forcément ? Pourquoi ?

Je serais tentée de vous dire qu'il vaut mieux se confronter à un environnement qu'on ne connait pas forcément. Un nouvel environnement est toujours enrichissant. Il ouvre des perspectives et cela oblige à l'adaptation, à l’apprentissage de nouveaux réflexes, de nouvelles attitudes, sort de la zone de confort, ce qui est quelque chose de positif. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !