Le cœur et la vie d'un bébé de neuf mois ont été sauvés grâce à une imprimante 3D | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Le cœur et la vie d'un bébé de neuf mois ont été sauvés grâce à une imprimante 3D
©Capture d'écran

Science-faction

Le cœur et la vie d'un bébé de neuf mois ont été sauvés grâce à une imprimante 3D

Opération réussie pour cette intervention à haut risque. Le chirurgien chinois a repéré les malformations et a réparé avec succès le jeune organe défaillant

La science a rattrapé la fiction. Désormais les imprimantes 3D révolutionnent les pratiques chirurgicales à cœur ouvert. La plupart du temps, lors d'actes de chirurgie majeurs, les équipes travaillent à l'aveugle. Alors qu'un diagnostic semble à portée de main, le problème ne se révèle souvent qu'une fois le patient allongé sur la table d'opération et le scalpel ayant déjà fait son office.

Planifier rapidement l'opération

Les répliques des organes imprimées en 3D deviennent ainsi des outils très précieux pour les chirurgiens. Non seulement ces derniers sont en mesure de présenter visuellement l'organe mais ils peuvent discuter de la procédure chirurgicale avec le patient. Ils sont en outre capables de planifier très rapidement l'opération avec tous les scénarios et complications imaginables.

Une malformation cardiaque congénitale

C'est ainsi qu'une équipe chirurgicale chinoise a réussi avec succès une opération à cœur ouvert, extrêmement délicate, sur un bébé de neuf mois, un garçon de 5,9 kg, qui souffrait d'une malformation cardiaque congénitale, appelée « retour veineux pulmonaire anormal », relate le site Futurism. Il était gravement malade, souffrant d'insuffisance cardiaque et d'une pneumonie. Si son traitement avait été retardé, ce bébé n'avait que 80 % de chance de passer le cap de son premier anniversaire, explique l'Eastern Mirror.

L'équipe a donc utilisé une réplique imprimée d'un cœur en 3D pour commencer à planifier le traitement des veines pulmonaires malformées de l'enfant. Et c'est une première !

Le bébé récupère très bien

« Avec ce modèle, nous avons pu savoir exactement où et comment nous devions faire l'incision. Et nous avons passé seulement la moitié du temps prévu pour cette intervention », explique le chirurgien du bébé, le docteur Zhang Xueqin. L'enfant, quant à lui, a été placé en observation après l'opération mais le bébé récupère très bien, sans effets secondaires indésirables. Ce qui est de très bon augure pour l'avenir de la 3D dans la chirurgie.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !