Le Chat du Rabbin : une fable d'une brûlante actualité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Dernière représentation le 15 mars
Dernière représentation le 15 mars
©Capture

Atlanti-culture

Le Chat du Rabbin : une fable d'une brûlante actualité

Attention, plus qu'une semaine pour découvrir cette fable profonde, savoureuse et très drôle.

Catherine Bonte de Cuniac pour Culture-Tops

Catherine Bonte de Cuniac pour Culture-Tops

Catherine Bonte de Cuniac est chroniqueuse pour le site Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

L'AUTEUR

C'est Johan Sfar l'auteur de la BD dont Sarah Marcuse a réalisé cette adaptation poétique et musicale pour le théâtre.

THEME

Le chat du rabbin, qui a avalé le perroquet de son maître, se met à parler et veut faire sa Bar-Mitsva. La question fondamentale : peut on apprendre la Torah à un chat, fut-il doué de parole?

Voilà une fable, un conte philosophique et humoristique qui aborde un sujet important : la liberté de remettre en question le point de vue de l’autre.

POINTS FORTS

- Un subtil mélange de judaïsme et d’Orient. Le décor aux lumières chaudes et dorées,  une musique orientale entraînante, nous sommes à Alger dans le quartier juif. Dés le départ on est plongé dans une atmosphère chaleureuse, musicale, pleine de gaité et de fantaisie où tout semble possible, même un chat qui parle.

- Une remarquable distribution; trois excellents  musiciens et quatre acteurs : le rabbin, la fille du rabbin, le rabbin du rabbin et le chat.  Celui-ci mène la danse avec drôlerie et impertinence. Il est merveilleusement interprété, avec une souplesse tout à fait  féline et des mimiques criantes de vérité.

- Une mise en scène qui restitue la fraîcheur du texte, tout en le transformant en un  conte musical traitant avec originalité et facétie, grâce au brio des interprètes, de nos questionnements sur les dogmatismes et les problèmes métaphysiques !

- Trois musiciens polyvalents, tels des saltimbanques, soulignent, rythment et illustrent  parfaitement le déroulement de cette fable avec des sonorités chaudes, entraînantes ou nostalgiques.

- L’histoire, fidèle à la BD,  est menée avec délicatesse, par petites touches, et défend, avec beaucoup de tact, de sensibilité et d’humour,  la liberté d’être et de penser.  Amusante et instructive leçon de tolérance, de générosité et de bienveillance, tout pouvant être remis en question.

POINTS FAIBLES

Je n’en n’ai  pas trouvé. 

Si : il ne manquerait que le parfum, les odeurs  de l’Orient !

EN DEUX MOTS...

Dans le contexte actuel, cette savoureuse fable, en demi-teinte, toute en subtilité et humour, qui agit à plusieurs niveaux et avec beaucoup d’intelligence  et de finesse, arrive à point nommé. Quand des choses très graves sont aussi joliment dites...

UNE PHRASE

« Ca fait tellement longtemps que les juifs se font mordre, courir après ou aboyer dessus, que finalement ils préfèrent les chats »...

RECOMMANDATION

EN PRIORITE En priorité

En raison du contexte

THEATRE

LE CHAT DU RABBIN

Adaptation théatrale de Sarah Marcuse.

avec Xavier Loïra, Jacques Maeder, Pascal Berney  et Rachel Gordy ou Mounya Boudiaf.

INFORMATIONS

THEATRE DES MATHURINS

36, rue des Mathurins

75008 Paris

Réservation: 01 42 65 90 00 - www.theatredesmathurins.com

ATTENTION : dernière représentation, le 15 Mars

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !