Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le président russe Vladimir Poutine serre la main du président américain Joe Biden avant le sommet américano-russe à Genève, le 16 juin 2021.
Le président russe Vladimir Poutine serre la main du président américain Joe Biden avant le sommet américano-russe à Genève, le 16 juin 2021.
©BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

Atlantico Business

La rencontre Biden-Poutine pourrait changer le monde si et seulement si les deux chefs d’Etat se parlaient vrai...

Que peut-on attendre d’une rencontre entre deux des chefs d’Etat les plus puissants de la planète et dont les rapports étaient jusqu'alors très tendus ?

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

Les rapports entre les États-Unis et la Russie nont jamais été aussi mauvais, alors le fait que cette rencontre ait pu avoir lieu à Genève, en terrain neutre est déjà un début de succès, mais il ne faudra pas en attendre des miracles.  Les rencontres internationales ont deux lectures possibles. Sur la forme, elles peuvent être exécrables ou amicales, tout dépend du message que chacun veut envoyer à son peuple. Parce que chacun, quel que soit le système politique dans lequel il sinscrit, sadresse dabord à son peuple. Machiavel avait bien expliqué cela. « Tout chef dÉtat ou de royaume ne doit jamais oublier qui la fait roi. »  Il défend donc ses intérêts et ceux de son pays. Mais cette posture a des limites, des lignes rouges quon évite de franchir. Par conséquent, les conflits militaires seraient tellement graves, destructeurs et insupportables aux yeux des opinions publiques, que peu de responsables politiques en prendront le risque. Cest Henry Kissinger, le machiavel de lAmérique moderne,  qui le premier, a écrit cette évidence en arrêtant la guerre du Vietnam. La guerre est impossible et cest la télévision qui la rendue impossible à assumer.

Quoi quon en pense, les chefs dEtat iront au bout du bout dune négociation pour éviter le conflit armé, notamment quand les deux pays sont des nations nucléaires. La crise rend intelligent même les chefs dEtat mais cest assez nouveau.

Les rapports entre la Russie et les États-Unis ont beaucoup évolué depuis larrivée de Donald Trump. Les deux hommes, Trump et Poutine, donnaient le sentiment de se comprendre, ils avaient la même Adn, ils se méfiaient tous les deux de leurs élites respectives. Mais sur le fond, leur administration défendait des intérêts difficilement conciliables.

Ce qui fait que cette entente cordiale au sommet na pas empêché Washington de surveiller les ambitions russes quand elles visent à retrouver des anciennes frontières de lempire soviétique, doù les problèmes à propos de lUkraine, de la Crimée, de la Géorgie ou même de la Biélorussie.

À Lire Aussi

Le national-capitalisme autoritaire : une menace pour la démocratie

Et cette surveillance pour Moscou était une ingérence inadmissible dans les affaires intérieures, surtout quand elle saccompagne de rappels à la liberté et au respect des droits de l’Homme. Avec à la clef des sanctions économiques sur les flux commerciaux. Moscou ne pouvait donc pas accepter cette communication et se retrouvait obligée de répondre.   

Du coup, lAmérique, de son côté, ne pouvait pas supporter ce que Washington a vécu comme des tentatives de déstabilisation de la démocratie américaine,  surtout que pour Washington, laugmentation des cyberattaques contre les équipements et les entreprises américaines ne pouvaient être que dorigine russe. Le président Trump na pas relayé ces soupçons mais il était bien le seul aux USA ce qui lui a valu des critiques acerbes de toute la classe politique, de ses services et de sa propre famille.

Les escalades de ce climat exécrable ont lourdement impacté les échanges commerciaux entre la Russie et les États-Unis. A tel point dailleurs que le volume des échanges a diminué et que la Russie ne pouvant plus garantir son commerce avec lOccident, sest tournée vers la Chine.

Sur le fond donc, la rencontre des deux hommes à Genève est plutôt un signal positif et indique que le changement va simposer.

À Lire Aussi

Nouveaux armements, cybercriminalité : l’OTAN est-elle dépassée ?

Joe Biden a certes conservé beaucoup de mesures quavait pris Trump et persiste, notamment dans la crainte dune surpuissance chinoise ... Mais Joe Biden a changé du tout au tout sa lecture des rapports géopolitiques.

Donald Trump tournait  le dos au multilatéralisme. Il boudait les G7 et les G20, il avait quitté lOMC et lorganisation de la santé, il snobait  lONU ou le FMI.  C’était "America first". Avec un discours protectionnisme à la clef. Il ne concevait les rapports internationaux que bilatéraux. 

A propos de l’Europe, Donald Trump ne sy intéressait pas. Quant à l’OTAN, il n’était pas loin de penser que cette organisation de défense ne servait plus à grand-chose. 

Joe Biden, lui,  revient au multilatéralisme parce quil considère que le monde est une grande communauté et quon a intérêt à parler avec tout le monde. Avec des organisations de régulation, dharmonisation ou de gouvernance type OMC. Et qu’en plus, cest bon pour les affaires et pour la paix. 

À Lire Aussi

La diagonale des tyrans

Alors il a rencontré Vladimir Poutine qui a lui aussi besoin de parler avec tout le monde, parce quil a besoin de faire du commerce. Pendant les années Trump, les marchés se sont fermés à la Russie, black listée et sous sanction, cest dans ces conditions que Moscou sest tournée vers la Chine.

Donc il existe des facteurs et des conjonctions dintérêt qui peuvent permettre d’avancer vers un dialogue plus constructif.

Le premier résultat de ce type d’entretien touchera évidemment le terrain économique. L’Amérique de Joe Biden en arrivera à lever les menaces de sanctions à l’encontre des entreprises qui travaillent avec un pays black listé.

La Russie est black listée dans certains secteurs dont le gaz, l’Iran l’est encore davantage. Mais cette question des sanctions gêne tellement de monde et pas seulement les entreprises russes ou l’économie russe mais aussi les industriels américains qui sont très nombreux à travailler en Russie et qui ne manquent pas de se plaindre des lourdeurs administratives que ce climat entretient.

À Lire Aussi

Comment reconstruire Gaza sans réarmer le Hamas ?

Une des questions, par exemple, qui inquiétait tout le monde c’était la menace américaine de bloquer toutes les transactions en dollars. A priori, après cet entretien, cette menace, qui était improbable, sera carrément hors sujet.  Poutine, la semaine dernière en prévision de cette réunion avec Biden, a fait un appel du pied aux Européens en disant qu’on pouvait très bien faire du commerce en euros. La goutte deau de trop !

Le climat des affaires, avec Biden,  va donc forcément changer pour faciliter les échanges (et sécuriser le dollar, larme fatale des américains). La Russie a besoin de vendre son gaz et elle a besoin dacheter de la technologie occidentale. Nous avons, nous, besoin des marchés russes. Plus de 200 millions de consommateurs. Ajoutons à cette cordialité nouvelle que lintérêt des américains nest pas de voir la Russie poursuivre sa relation avec la Chine.

Ce renouveau nempêchera pas les deux pays de le vendre à leur opinion publique. Il faudra donc lire entre les lignes les conclusions et remarquer que la Russie veillera comme à la prunelle de ses yeux à son indépendance et  à sa sécurité et que lAmérique veillera de son côté à ce que les canons de la démocratie ne soient pas trop abîmés.

Cest assez classique, personne nest dupe de ce politiquement correct qui sadresse à lopinion, ce sont des postures parce que tout le monde sait que les histoires et les cultures sont différentes

Il y a évidemment une deuxième barrière, cest lOtan. L’OTAN a été créé par les occidentaux pour se protéger des communistes. Le régime communiste sest effondré et on peut se demander à quoi sert lOtan. Notamment pour les Européens. Mais le problème, cest que les Européens ne sont pas daccord sur lavenir de lOtan. Et ce désaccord rend service à lAmérique,  comme à la Russie.

Le maillon faible dans cette géopolitique que Joe Biden veut peut-être reconstruire,  cest donc lEurope. Biden et Poutine ont choisi de se rencontrer sur le continent européen, mais pas dans un des pays de lunion. Ça nest évidemment pas par hasard. 

Lunion européenne est écartelée entre sa fidélité historique aux États-Unis et sa proximité  géographique, culturelle et même  religieuse avec la Russie. LAllemagne est très proche de la Russie parce qu’elle a besoin du gaz russe acheminé par le Nord Stream, ce gazoduc qui avait tellement agacé Donald Trump, lAllemagne a aussi besoin des marchés de la Russie... mais lAllemagne a évidemment besoin de lAmérique pour se protéger. La France nest pas sur cette ligne. Le général de Gaulle avait parlé dune Europe qui allait de latlantique à lOural. Emmanuel Macron a repris cette expression il y a 3 ans. Mais cest un sujet qui fâche alors personne nen parle plus. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !