La Nuit Debout ou la résurgence des dieux païens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La Nuit Debout ou la résurgence des dieux païens
©

Rites

La Nuit Debout ou la résurgence des dieux païens

Au sein du mouvement Nuit Debout, la religion occupe une place plus importante qu'on ne le croit. A tel point que certaines curiosités rituelles ont fait leur réapparition...

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio »

Dans les différentes strates qui constituent l’expression de la Nuit Debout, certaines sont plus essentielles, plus porteuses que d’autres, même si elles sont moins apparentes ou moins facilement décodables. Il en va ainsi de la pensée religieuse, qui est profondément structurante, même si les observateurs journalistiques s’y intéressent seulement au titre des curiosités, des bizarreries, à leurs yeux beaucoup moins systémiques que les débats économiques.

La pensée religieuse se situe pourtant, beaucoup plus que l’économie ou que la politique, au coeur du mouvement Nuit Debout. Cette réalité est occultée parce qu’elle est difficile à comprendre pour les commentateurs formés à la rationalité économique néo-classique et à ses avatars. Elle est d’autant moins lisible que la religion de la Nuit Debout ne se donne pas facilement à lire ni à comprendre. Elle affleure pourtant partout, et spécialement dans l’anti-spécisme, qui nous rappelle la religion raciale des Aryens.

L’anti-spécisme au coeur de la Nuit Debout

L’anti-spécisme a pignon sur rue place de la République. Il possède son propre stand et sa commission qui intervient en Assemblée générale.

En quoi consiste la religion anti-spéciste? Dans la dénonciation de la suprématie exercée par l’espèce humaine sur les autres espèces. Pour les anti-spécistes, la domination humaine est une imposture contraire à des règles naturelles dont on sent qu’elles affleurent même si personne ne les nomme ou ne dévoile leur visage. L’anti-spéciste réclame le retour à des principes cosmologiques où l’Homme est une espèce animale parmi d’autres et où la Nature forme un grand tout.

Cette vision du monde est puissamment révélatrice: elle montre que l’idéologie sous-jacente à la Nuit Debout percute frontalement la tradition des Droits de l’Homme dont nous héritons depuis 1789. À de nombreux égards d’ailleurs, la religion de la Nuit Debout se rapproche beaucoup plus de l’Ancien Régime et de son ordre cosmologique de droit divin que de la tradition révolutionnaire. Elle consiste au fond à relativiser l’Humanité en l’Homme en l’intégrant à un tout naturel qui dévoile l’un des fondements de l’écologie contemporaine. Nous ne sommes plus en charge de la préservation d’un territoire donné, mais responsables de la "Planète", notre mère.

Dans l’anti-spécisme pointe donc forcément une critique polythéiste, voire panthéiste, du monde chrétien dont nous sommes tributaires.

Le Walhalla païen et les Vegans

Forcément, la religion anti-spéciste n’est pas très éloignée de l’orthopraxie végétarienne. La domination humaine sur le monde animal est une imposture, et manger des animaux est une violation des principes religieux.

On ne sera donc guère étonné de voir sous le même chapiteau, sur la place, la défense de l’anti-spécisme et la défense du végétarisme, voire du végétalisme. Le fond religieux est le même: l’Homme n’a pas le droit de sacrifier les autres espèces, qui sont toutes porteuses d’une dimension essentielle au sens philosophique du terme.

En grattant, on retrouvera donc, de façon assez intéressante, une rupture dans la chaîne de valeurs entre l’Occident post-marxiste (ou post-hégélien) dont le sens se construit autour de l’élévation de l’Homme. La Nuit Debout est plutôt héritière de la pensée aryenne dont le national-socialisme fut un avatar, qui replaçait l’Homme dans son ensemble naturel et lui accordait une valeur relative dans une cosmologie naturelle où le peuple de la forêt apparaissait comme l’une des espèces naturelles constitutives de la Nature.

Cette filiation discrète, mais puissante, mérite d’être méditée. La Nuit Debout n’est pas par hasard narcissique et ostraciste. Elle préconise inconsciemment, discrètement, le respect d’un ordre naturel et tribal qui est en orthogonie complète avec notre ordre démocratique sorti de 1789.

Cet article a été publié initialement sur le blog d'Eric Verhaeghe

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !