La loi Macron à l'épreuve de l'Assemblée, la CGT cherche son leader et le taux du livret A maintenu à 1% : les 10 infos éco de la semaine qu'il ne fallait pas rater | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La loi Macron à l'épreuve de l'Assemblée, la CGT cherche son leader et le taux du livret A maintenu à 1% : les 10 infos éco de la semaine qu'il ne fallait pas rater
©Reuters

Tout ce qu'il faut retenir

La loi Macron à l'épreuve de l'Assemblée, la CGT cherche son leader et le taux du livret A maintenu à 1% : les 10 infos éco de la semaine qu'il ne fallait pas rater

Lundi

1. La loi Macron à l’épreuve de l'Assemblée. Ce lundi, le projet de loi pour "l’activité et la croissance" d’Emmanuel Macron débute son examen parlementaire. L’Assemblée Nationale a en effet mis en place une commission spéciale présidée par le socialiste François Brottes. Un rapporteur général, Richard Ferrand, sera secondé par huit rapporteurs spécifiques chargés chacun d'examiner l'un des grands volets du projet de loi. L’enjeu majeur de l’exécutif est de convaincre la majorité de l’utilité de ce texte, sous l’œil attentif de Bruxelles qui prête une attention toute spéciale aux efforts de la France en matière de réforme. Malgré la promesse de création de plusieurs dizaines de milliers d’emplois et d’un nouveau dynamisme de l’économie, seulement 33% des Français croient réellement en ce texte, d’après un sondage CSA publié par Les Echos. Le texte, ensuite amendée, fera son entrée dans l'hémicycle à partir du 26. Il devra, là encore, se heurter aux frondeurs socialistes et à la gauche de la gauche qui dénoncent en coeurs les aspects libértaires du texte. Lisez aussi : Tout ce que prévoit la loi Macron.

2. La LGV Poitiers-Limoges verra le jour. Après avoir été remise en cause par un rapport de rentabilité de la Cour des Comptes, la LGV Poitiers-Limoges de 115 km a été déclaré d’utilité publique par Manuel Valls, Ségolène Royal, ministre de l’écologie, et Alain Vidalies, le Secrétaire d’Etat chargé des Transports.

Mardi

3. Philippe Martinez favori pour succéder à Thierry Lepaon à la CGT. Le patron de la fédération métallurgie du syndicat a été proposé pour le poste de secrétaire général. Sa candidature a été approuvé par la Commission à 28 voix pour, 18 voix contre et 6 abstentions. Le Comité Confédéral National (CCN) de la CGT doit désormais approuver ou non à une majorité des deux-tiers Philippe Martinez et les 9 membres du bureau confédéral qui ont également été proposés. Cependant, l’issue reste bien incertaine pour ce proche du parti communiste car, contrairement à la Commission, le CNN ne compte pas que des alliés de Thierry Lepaon, qui a lui-même dirigé le groupe de travail proposant la nouvelle direction.

4. "Je suis Charlie" : déjà plus de 50 dépôts de marque à l’INPI. L’attentat contre Charlie Hebdo est source de business pour certains, qui auraient tenté d’exploiter le logo, d’après l’AFP. Un dépôt de marque coûte 200€ pour une demande en ligne.

Mercredi

5. L’Autorité de la concurrence va plus loin que Macron sur les professions réglementées. L’institution présidée par Bruno Lasserre a publié mardi un rapport sur les professions réglementés. Un document qui tombe en plein débat autour de la loi pour la croissance et l’activité d'Emmanuel Macron. L'Autorité se pronnonce notamment au sujet de la modernisation des professions juridiques. L’institution juge nécessaire de moderniser et d’ouvrir à la concurrence les professions de notaires, d'huissiers, de greffiers des tribunaux de commerce, d'administrateurs et mandataires judiciaires et formule 80 nouvelles propositions. Un rapport qui va donc dans le sens, voir au-delà, du projet de loi Macron examiné par la commission spéciale de l'Assemblée.

6. Blablacar part à la conquête de l’Inde. Le site de covoiturage présent dans 14 pays avait fait une levée de fond de 100 millions de dollars l’année dernière qui lui permet de continuer son développement. Sur BFM, Frédéric Mazella, le PDG, dit vouloir installer son entreprise "partout où il y a des routes et des téléphones portables », ce qui fait de l’Inde la cible parfaite.

Jeudi

7. Le patronat poursuit sa difficile négociation sur le dialogue social. La négociation sur le dialogue social, qui a commencé en octobre dernier, entame sa dernière phase jeudi et vendredi entre les représentants patronaux et les syndicats. Deux jours de négociations pour définir le rôle des représentants du personnel et des délégués syndicaux, ainsi que de l'organisation des négociations et des consultations. Principal point de désacard, l’éventuelle autorisation pour les entreprises de moins de 11 salariés à pouvoir bénéficier d’une représentation du personnel. Le Medef et l'UPA y sont favorables, la CGPME refuse catégoriquement. De son côté, le Medef poursuit sa demande en faveur d'une instance de représentation unique, pour les entreprises de 50 salariés, qui fusionnerait le comité d'entreprise (CE), le CHSCT et les délégués du personnel.

8. Apple travaillerait sur un modèle de caméra embarquée. L’action GoPro a chuté de plus de 12% à l’annonce d’un dépôt de brevet par Apple sur un modèle de caméra. Au-délà d’une simple caméra, le géant américain souhaiterait créer un véritable "écosystème" autour de son produit, en la reliant directement à l’Iphone et à l’Apple Watch.

Vendredi

9. Le taux du livret A restera finalement à 1%. Il devait baisser au 1er février pour tenir compte de la faiblesse de l’inflation mais Bercy en a décidé autrement. Le livret A restera rémunéré à 1% et ce, malgré les recommandations de la Banque de France, qui avait jugé "irresponsable" de maintenir le taux à 1%. L’institution proposait 0,75% jugé comme "un bon équilibre". Créé en 1818, ce produit d’épargne n’a jamais connu une rémunération inférieure à 1%. Avec un taux historiquement faible, le livret A attire de moins en moins les épargnants mais reste pourtant le placement préféré des Français.

10. L'internet français victime de nombreuses cyberattaques. Les cinq derniers jours, près de 19.000 sites ont été victimes de cyberattaques, menées majoritairement par des groupes de hackers pro-islamistes. Le groupe AnonGhost a notamment affirmé posséder une base de donnés de plus de 10.000 noms, après avoir déjà publié les coordonnées personnelles d’employés des ministères des Finances et de l’Intérieur.

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !