La fin de la trentaine, période de la vie la plus fructueuse en idées de génie ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
La fin de la trentaine, période de la vie la plus fructueuse en idées de génie ?
©Reuters

Brillantissime!

La fin de la trentaine, période de la vie la plus fructueuse en idées de génie ?

Et si la trentaine était la meilleure période de votre vie pour vous montrer innovant ? C'est ce que reconnaît une enquête du NBER (National Bureau of Economic Research). En cause : l'expérience accumulée et l'allongement de la durée des études.

Nicolas Bordas

Nicolas Bordas

Aujourd'hui Vice-Président de TBWA/Europe, l'un des plus grands groupes de communication en France, Nicolas Bordas consacre sa vie à la recherche de "l'idée qui tue" pour les plus grandes marques françaises et internationales. Il est aussi enseignant à l'Ecole de la Communication de Sciences Po. 

Nicolas Bordas est l'auteur de L'idée qui tue (Eyrolles), paru également sous la forme d'un chapitre au format numérique sur Atlantico éditions

 
Voir la bio »

Atlantico : Selon une enquête du NBER (National Bureau of Economic Research), les prix Nobel scientifiques et les grands inventeurs auraient révélé leur génie durant les dernières années de leur trentaine. Est-on vraiment plus créatif à certains moments de notre vie plutôt qu'à d'autres ? 

Nicolas Bordas : On peut avoir des idées qui tuent à tout âge : Mark Zuckerberg a créé Facebook à l'âge de 20 ans et Cézanne inspira le cubisme un peu avant de mourir à 67 ans. Mais il est vrai que beaucoup d'idées disruptives viennent "dans la force de l'âge", à un moment charnière où on a l'expérience et la culture de son environnement, et la volonté de l'impacter, de le transformer  ou de l'améliorer. 

Parce que de nombreuses idées peuvent émerger de votre esprit chaque jour, apprenez à déceler les plus innovantes et les plus marquantes grâce aux conseils de Nicolas Bordas dans son ouvrage paru sur Atlantico éditions

L'idée qui tue! Comment vendre une idée révolutionnaire

L'expérience accumulée au cours des trente premières années de vie d'un individu favorise-t-elle l'émergence d'idées révolutionnaires ? 

L'idée qui nait, si elle est vraiment novatrice, est aussi une idée qui tue une idée préexistante, qui remet en cause une idée reçue. On a donc plus de chance de trouver des idées puissantes si on dispose d'une matière première pour créer, ce que les Anglo-saxons désignent sous le nom de "Food for thought" (littéralement la "nourriture pour la pensée"). La connaissance et l'expérience comptent.

L'enquête avance pour explication également le cursus scolaire et universitaire qui a tendance à s'allonger, expliquant ainsi l'émergence d'idées de génie à la fin de la trentaine. Devrait-on repenser ses cursus en permettant davantage l'expression de l'innovation des jeunes ? Comment ?

Le temps d'études est souvent un temps d'imprégnation de l'existant, plus qu'un temps de création. Mais c'est un bon investissement pour être en mesure de créer plus tard en maitrisant les acquis transmis. A l'inverse, on peut regretter que l'on n'enseigne pas suffisamment l'innovation et la création dans le cursus scolaire pour développer les deux parties du cerveau et le sens de l'invention. Notons que l'enquête du NBER repose sur l'analyse historique des grands inventeurs et des prix Nobel avant l'ère Internet. On peut penser que la disponibilité et le partage des connaissances en temps réel permis par le Net est de nature à permettre aux chercheurs de trouver plus tôt, et aux créateurs de créer plus jeunes !

Les erreurs supposées être commises durant la jeunesse sont-elle un frein à la capacité d'innovation ? 

Au contraire, c'est en exerçant souvent sa capacité à créer que l'on trouve les idées les plus fortes.  De Spielberg à Dyson en passant par Branson, beaucoup de grands créateurs ont échoué avant de réussir. Comme le disait Thomas Edison : "Chaque tentative infructueuse qu'on laisse derrière soi est un nouveau pas vers la réussite". Les fondateurs d'Angry Birds ont échoué dans de nombreux jeux avant de réussir le jackpot !

Quel rôle peuvent alors jouer les jeunes (de la génération Y notamment) dans l'émergence d'idées particulièrement innovantes ? Et ceux qui ont plus de 40 ans ?

La génération Y a l'avantage de pouvoir accéder à toute la connaissance disponible en temps réel et développe un esprit collaboratif qui accélère la capacité à créer et tester ses idées. On peut penser que nos enfants "digitalisés" seront beaucoup plus inventifs que nous. 

A l'inverse, les plus seniors ont à la fois plus de recul pour créer "à bon escient" et plus d'expérience pour identifier les idées les plus porteuses et réussir le lancement de leurs idées. Et n'oublions pas que tant qu'il y a de la vie, ou plus précisément des cerveaux vivants,  il y a des idées !

Qu'est-ce qui caractérise une idée de génie ? Comment peut-elle perdurer dans le temps ?

Une idée de génie est une idée qui brille par sa capacité à remettre en cause un paradigme existant. A faire qu'on ne voit plus le monde comme avant. C'est le principe même de la disruption que de remettre en cause les conventions. Dick Fosburry , en 1968, a fait progresser le saut en hauteur en abordant la barre sur le dos, là où la convention consistait à aborder la barre de face.
Les idées qui perdurent sont celles qui réussissent durablement à construire une idéologie, c'est à dire un système de développement et de protection qui leur soit propre et qui soit réplicable dans le temps, au delà de la durée du vie du créateur. Comment les idées deviennent idéologies, est le sujet principal de mon livre L'idée qui tue! De l'importance du porte-parole (ou des disciples) à celles des preuves (les miracles), du rôle des mots ( "Aimez-vous les uns des autres") ou des symboles (la croix chrétienne par exemple) en passant par la force du livre (la Bible), il existe tout une palette de moyens pour permettre à son idée de devenir une idéologie durable. Que l'idée soit politique, religieuse, artistique ou tout simplement commerciale !
Et n'oubliez pas, l'ouvrage de Nicolas Bordas est désormais disponible sur Atlantico éditions

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

L’innovation ne se résume pas à la technologieCes innovations technologiques qui pourraient révolutionner l'économie mondialeCes innovations françaises qui auraient pu tout changer mais qui ont loupé le coche

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !