L'étrange destin de Denis Cuspert, alias "Deso Dogg", le rappeur allemand tatoué devenu "pop star" de l'Etat islamique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'étrange destin de Denis Cuspert, alias "Deso Dogg", le rappeur allemand tatoué devenu "pop star" de l'Etat islamique
©

D'un monde à l'autre

L'étrange destin de Denis Cuspert, alias "Deso Dogg", le rappeur allemand tatoué devenu "pop star" de l'Etat islamique

Cet Allemand de 40 ans est devenu l'une des recrues occidentales les plus fameuses de l'EI depuis son départ en Syrie en 2013.

Les membres de l'Etat islamique présentent parfois de bien curieux (et sinistres) destins. Parmi les spécimens aux trajectoires les plus étonnantes, figure Denis Cuspert, plus connu sous son nom d'artiste "Deso Dogg" à Berlin. Cet Allemand de 40 ans est devenu l'une des recrues occidentales les plus fameuses de l'EI depuis son départ en Syrie en 2013. Il est apparu dans de nombreuses vidéos de propagande du groupe djihadiste et selon les responsables américains, dans l'une d'elle il tient une tête coupée.

Qui aurait pu prédire cette destinée pour l'ancien rappeur "bling bling" ? Denis Mamadou Gerhard Cuspert est né à Berlin le 18 octobre 1975 d'un père Ghanéen et d'une mère Allemande. Il est rapidement très intéressé par le milieu de la musique urbaine. A ses débuts, Cuspert était un pur produit du milieu hip-hop des années 90 : grosses chaînes en or et muscles saillants.

Mais quelques années avant de partir en Syrie, ses centres d'intérêt ont changé du tout au tout. En Allemagne, il a ainsi aidé à la création d'une organisation dédiée à la propagande djihadiste. Dans ses interviews médiatiques, il insistait sur la cause palestinienne, les attaques de drones au Pakistan et les pêchés de l'impérialisme américain. Il se présentait même en infidèle réformé, qui avait embrassé "la lumière". 

Il se serait radicalisé auprès d'une personnalité controversée en Allemagne, l'imam Pierre Vogel. Certaines de ses anciennes connaissances ont pourtant affirmé qu'il n'était pas du tout intéressé par la religion au début de sa carrière. "Il n'était pas tout le temps énervé, mais il recherchait quelque chose. Il voulait être quelque un avec du pouvoir" affirme l'une d'elle.

Mais bien qu'il ait quitté le monde du rap, il n'a pas abandonné la musique pour autant. Deso Doggo a commencé à chanter des chansons à la gloire du djihad, évoquant pêle-mêle les combattants terroristes et les explosions.

Après son départ en Syrie, il apparait dans de nombreuses vidéos de propagande. Son nouveau nom de combattant : Abu Talha al-Almani, "Abu Talha l'Allemand". Il serait l'une des rares personnes de couleur noire à ses battre dans les ranges de l'EI et l'un des principaux recruteurs de djihadistes allemands. Il est donc assez peu surprenant qu'en 2013, quelques mois après son arrivée suite à une blessure à la tête, les djihadistes aient pris tout particulièrement soin de lui. Comme le constate Isabelle Kalbitzer, une porte-parole des renseignements allemands, Custert est considéré comme "une pop-star du djihad".

Il y a peu, le Pentagone avait affirmé que le rappeur avait été tué au cours d'un bombardement aérien le 16 octobre, non loin de Raqa, le bastion de l'EI en Syrie. Mais il n'en serait rien... et "l'artiste" chanterait toujours.

Lu sur Fader

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !