Jean-Dominique Giuliani - Fondation Robert Schuman : "La France, et non l'Allemagne, est le moteur politique du couple franco-allemand" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman
Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman
©BFM Business

Le Zap'Éco

Jean-Dominique Giuliani - Fondation Robert Schuman : "La France, et non l'Allemagne, est le moteur politique du couple franco-allemand"

Le Replay du jour 

Jean-Dominique Giuliani était l’invité de BFM Business ce matin. Le président de la Fondation Robert Schuman s’est exprimé sur la prochaine visite officielle mercredi à Paris de la chancelière allemande Angela Merkel, qui doit être réélue demain par le Bundestag. "La relation officielle et même réelle entre les  deux économies est très étroite. Mais au sommet, on a beaucoup pâti des échéances électorales" respectives, estime Jean-Dominique Giuliani. "On s’est lancé des anathèmes, maintenant il faut trouver des compromis". Mais pour rétablir la confiance entre les deux partenaires,  des efforts doivent être consentis, notamment du coté français : "Il faut remettre les comptes en ordre, il faut privilégier l’investissement et l’offre. Et on retrouvera peut-être une oreille du coté de l’Allemagne. Je le rappelle, la France est le moteur politique du couple franco-allemand, ce n’est pas l’Allemagne qui prend les initiatives". A.Merkel et F.Hollande "ont trois ans pour réagir, et l’Europe en a besoin". Il y a une "très forte attente", sans pourtant être certain "que mercredi soit le grand soir d’une nouvelle politique". A propos d’un éventuel "Airbus de l’énergie", le président de la fondation affirme qu’une politique d’énergies renouvelables est possible, mais que "sur le nucléaire, il n’y aura pas de compromis", si ce n’est sur des démantèlements partiels.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Qui a dit ?

"Je pense qu'il y a depuis plusieurs années une lente descente de l'attractivité en France. Il faut donner un coup de boost"


Réponse : Christophe de Maistre, ce matin sur Radio classique. Le président de Siemens France s'exprimait sur le tournant proprement économique de la politique de François Hollande, notamment sur la création d'un conseil stratégique de l'attractivité "Il faut bien comprendre que dans la logique d'un groupe industriel, comme le nôtre, nous sommes en permanence amener à comparer notre implantation, toutes les annonces positives sont très bien perçues".

Le tweet du jour 

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !