Ithaque de Christiane Jatahy : A la limite du ridicule | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Ithaque de Christiane Jatahy : A la limite du ridicule
©Pascal Victor/ArtComPress

Atlanti-culture

Ithaque de Christiane Jatahy : A la limite du ridicule

Christiane Jatahy nous avait déjà proposé, à la Comédie Française, une adaptation navrante du film de Jean Renoir, "La Règle du Jeu". Là, à l'Odéon, autre grande référence, elle nous "offre" une adaptation d'Homère, aussi prétentieuse que sans intérêt.

Louis-Bertrand Raffour pour Culture-Tops

Louis-Bertrand Raffour pour Culture-Tops

Louis-Bertrand Raffour est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

THEATRE

Ithaque
Un spectacle de Christiane Jatahy
Inspiré d’Homère

En français et portugais, surtitré en français.

Mise en scène: Christiane Jatahy

Avec Karim Bel Kacem, Julia Bernat, Cédric Eeckout, Stella Rabello, Matthieu Sampeur

Isabel Texeira

INFORMATIONS

Odéon – Théâtre de l’Europe

Ateliers Berthier

1 rue André Suarès - 75017 Paris

Jusqu'au 21 avril

Du mardi au samedi à 20h, dimanche à 15h,  relâche le lundi

Réservations : 01 44 85 40 40  - www.theatre-odeon.eu

RECOMMANDATION

BOF !

THEME

Pénélope est à Ithaque et attend le retour d’Ulysse. En son absence le pays est mal géré er les intrigants courtisent Pénélope pour prendre le pouvoir.

Ulysse est dans une ile où il vit depuis sept ans sous le charme de Calypso. Il voudrait rentrer à Ithaque et retrouver Pénélope. Il lui faudrait pour cela renoncer à l’envoûtante Calypso.

Ce thème c’est celui d’Homère.

Il arrive qu’on le perçoive au cours de la pièce, des pièces faut-il dire… Car il y en a trois… sur deux scènes différentes (« un espace bi-frontal ») : la première se déroule à Ithaque pour une moitié des spectateurs et, simultanément, dans l’île de Calypso pour l’autre moitié, la scène étant coupée en deux par un rideau quasi opaque. La seconde, après la migration croisée de tous les spectateurs, inverse les lieux et les scènes. Pour la troisième pièce les rideaux disparaissent et la scène devient le lieu unique, encadrée de spectateurs.

Cela vous semble compliqué ? Attendez la suite…

A Ithaque, il y a sur scène simultanément 3 Pénélopes – trois incarnations différentes – d’une même Pénélope. En face d’elles trois prétendants rivalisent pour les séduire ou les contraindre.

Dans l’île de Calypso, il y a symétriquement trois Ulysses – trois incarnations différentes – d’un même Ulysse. En face d’eux, Calypso est, elle aussi, incarnée par trois actrices.

Cela vous semble compliqué ? Ce n’est pas fini…

Comme il n’y a que 6 acteurs… Les trois Pénélopes sont aussi les trois Calypso et les trois Ulysse sont évidemment les trois prétendants au lit et au trône de Pénélope.

Si vous cherchez une clef… sachez que, de part et d’autre du rideau, on est plutôt déprimé, fatigué des fêtes passées et que, dans une lassitude lascive, on déplore n’ayant plus d’alcool  de devoir se saouler à la «flotte » en grignotant quelques chips ou cacahuètes (que l’on propose avec une grande régularité aux spectateurs… pour bien leur faire comprendre que toute barrière est définitivement abolie entre le théâtre et la réalité...).

Accessoirement, les Pénélopes/Calypso s’expriment souvent en portugais, pour introduire la difficulté d’être du migrant et, entre deux échanges désabusés, on évoque la corruption et la dictature.

Le final s’achève en naufrage, l’eau monte et atteint les spectateurs des premiers rangs. Tristes jeux aquatiques ou se noient d’ultimes pulsions de sexe, de violence et de mort  magnifiées par les vidéos que tournent entre eux les comédiens. Image d’une méditerranée contemporaine.

POINTS FORTS

- Les acteurs : quelle générosité, quel engagement au service d’un texte absent et d’une mise en scène complexe. Par leur empathie et la justesse de leur jeu, les trois actrices surtout, font naître une étrange sympathie.

- L’idée d’une double scène, recto verso rappelle « Cuisine et Dépendances ». C’est intrigant, efficace et techniquement bien conçu.

- La fusion théâtre/ vidéo. Une incontestable réussite rendue possible par la juxtaposition des deux scènes et des rideaux écrans qui les séparent.

POINTS FAIBLES

Le texte

EN DEUX MOTS 

Tant de talents, tant de moyens, tant d’idées qui tombent à l’eau.

Homère, reviens, ils sont devenus…

UN EXTRAIT

«il n’y a pas d’alcool mais on peut bien se saouler à l’eau, non ?»

L'AUTEUR

Née à Rio de Janeiro, Christiane Jatahy est à la fois auteur, metteuse en scène et cinéaste. Sa démarche consiste à confronter divers genres artistiques. Au théâtre, elle explore, dans un grand nombre de pièces,  les frontières entre réalité et fiction, acteur et personnage, théâtre et cinéma.

Une de ses pièces les plus connues, ‘Julia’, une adaptation de Mademoiselle Julie de Strinberg, où se mêlent théâtre et cinéma est actuellement en tournée. En 2017, elle crée pour la Comédie Française ‘La Règle du jeu’,  adaptation navrante du film de Jean Renoir.

Elle est artiste-associée à l’Odéon et au Centquatre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !