In Bed with François Hollande : le mécanicien qui voulait qu’on l’aime | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande : le mécanicien qui voulait qu’on l’aime.
François Hollande : le mécanicien qui voulait qu’on l’aime.
©Reuters

Promesse de bonheur

In Bed with François Hollande : le mécanicien qui voulait qu’on l’aime

Le monde, i-Télé, BFM... François Hollande n'a eu de cesse de se médiatiser jusqu'à ouvrir en grand les portes de son bureau à l’Élysée. Malgré cela, sa cote de popularité n'a pas cessé de baisser. C'est peut être parce que les Français aspirent à de l'audace pour sauver et reconstruire le pays, plutôt qu'à une seule stratégie médiatique.

RDV Revue de presse : Brad Pitt volage et Hollande sur la plage...

Benoît de Valicourt

Benoît de Valicourt s’inscrit dans la tradition du verbe et de l'image. Il travaille sur le sens des mots et y associe l'image réelle ou virtuelle qui les illustre. Il accompagne les acteurs du monde économique et politique en travaillant leur stratégie et leur story-telling et en les invitant à engager leur probité et leurs valeurs sur tous les territoires. 
 
Observateur de la vie politique, non aligné et esprit libre, parfois provocateur mais profondément respectueux, il décrypte la singularité de la classe politique pour atlantico.fr et est éditorialiste à lyonmag.fr
Voir la bio »

Atlantico : François Hollande était jeudi 6 novembre l’invité de TF1 pour « Paroles de Français ». Lors du premier prime en tant que chef d’Etat le 28 mars 2013 sur France 2, il avait utilisé à plusieurs reprises le terme « outils » et avait repris à son compte l’expression de « boîte à outils » utilisée par David Pujadas. Pourquoi le « président mécano » a-t-il délaissé les aspects politiques au profit de la technique ? Comment expliquer la stratégie de ce « mécanicien » qui tente de colmater les brèches ?

Benoît de Valicourt : Je ne sais pas si le Président est un mécano ou un mégissier mais il n’a cessé en début d’émission de rappeler qu’il a le cuir tanné ! En tout cas, il se veut le humble artisan de la rue du Faubourg Saint-Honoré que l’on appelle pour du petit bricolage. Mais la maison France a besoin d’une profonde rénovation et la petite entreprise Hollande n’est pas qualifiée pour la tâche.

Le Président n’a pas de vision d’avenir pour la France, il ne peut pas entamer les travaux nécessaires qui rénoveront le pays ; avant de s’entretenir avec les quatre personnes choisies par la rédaction de la chaine, il a répété pratiquement mot pour mot les propos qu’il tenait lors de sa conférence de presse du 18 septembre. Et pourtant en 2 mois, il pouvait trouver les mots qui auraient réenchanter le rêve. Mais rien, pas une lueur d’espoir, parce qu’il n’y croit plus, il expédie les affaires courantes comme l’ont fait ses prédécesseurs depuis 2002. La France connait une période de stagnation toute brejnévienne.

François Hollande manque-t-il de vision politique à long terme ?

Le Président de la République a rappelé au début de l’interview avec Gilles Bouleau qu’il avait choisi d’être candidat, qu’il n’avait pas été tiré au sort et qu’il avait donc été élu pour un programme. C’est une déformation de l’histoire puisque, même si François Hollande n’a pas été tiré au sort, il a été désigné candidat du PS par élimination.

Devant le fait accompli, il a imaginé un programme qui n’a enchanté personne ; doit on rappeler qu’il n’a été élu qu’avec 48% des votes ? Nicolas Sarkozy a fini le boulot en s’éliminant pour toutes les raisons que l’on connait. Donc François Hollande en devenant candidat du PS n’avait pas de vision pour la France, tout juste une vision pour la Corrèze, département le plus endetté de France à cause de sa gestion. Il prouve ce soir son manque de vision en réservant les mêmes recettes qui ont conduit à la faillite de son département, avec par exemple l’annonce d’équiper tous les élèves de 5ème d’une tablette digitale, soit près de 800 000 tablettes par an ! Gageons que les redoublants garderont celle de leur première 5ème !

En laissant ouverte les portes de l’Elysée et en permettant à certains médias de le suivre dans sa fonction comme Le Monde, i-Télé et BFM, le président a récemment adopté une nouvelle stratégie médiatique. Cette tentative est-elle vaine ?

Le Président a ouvert les jardins de Brégançon, il a ouvert les portes de sa chambre et de sa salle de bain par l’intermédiaire de Valérie Trierweller, il ouvre maintenant les portes de son bureau à certains médias et sa côte de popularité continue de baisser. N’y-a-t-il pas dans cet élément factuel la réponse à la question ?

Toutes tentatives d’ordre médiatique est vaine car les Français attendent autre chose que l’intimité de l’inaction présidentielle. Les institutions de la France sont dépassées, la constitution imaginée il y près de 60 ans à une époque où les prouesses technologiques reposaient sur la Caravelle ne correspondent plus à la France de la fibre. La génération qui rejoint le marché du travail aujourd’hui n’a pas un pays à reconstruire, elle a un pays à sauver et pour cela il faut de l’audace et non une stratégie médiatique qui renforce la vacuité du fond par des éléments de forme qui ne trompent plus grand monde.

Le chef de l’Etat peut-il encore rassemblé et être aimé ? Il le désire au fond...

Le chef de l’Etat se veut rassembleur et d’une certaine façon il y parvient, 88% n’approuvent pas son action ! Pour être aimer, il faut aimer et si l’on en croit les propos de son ex-compagne ou les conversations des diners en ville, François Hollande n’aimerait pas tant les Français qu’il veut bien le dire, peut-être le ressentent-ils ?

Par ailleurs, pour être aimer, il faut enthousiasmer, il faut susciter chez l’autre, l’envie de suivre, de croire en la promesse du bonheur. Rien de tout cela ne se produit et pourtant, perdu pour perdu, le Président de la République pourrait réenchanter le rêve en offrant à la France le débat de son avenir, la réflexion de la réforme nécessaire de ses institutions et l’analyse de sa représentation démocratique. Alors, peut-être que les Français lui seront reconnaissants d’avoir régénérer et oxygéner le pays.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !