Impôts et Macronie : la vérité sort de la bouche de Darmanin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Impôts et Macronie : la vérité sort de la bouche de Darmanin
©Capture d'écran France 3

Gabegie

Impôts et Macronie : la vérité sort de la bouche de Darmanin

Quand on veut comprendre le sens caché de la Macronie, il faut écouter Darmanin. La vérité sort de sa bouche comme de celle des enfants. Par exemple dans l'affaire Neymar, où le ministre de l'Action et des Comptes Publics a exprimé les vérités profondes de la politique au pouvoir.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio »

L'avantage de Darmanin est de dire tout haut ce que les macroniens pensent tout bas. Il est l'enfant terrible du gouvernement. Terrible de naïveté s'entend.

On sait depuis un bout de temps que le Président fulmine comme la diffusion des informations concernant la baisse des APL, tout droit sortie de Bercy, ou contre l'interview de Darmanin où il avait annoncé des coupes sombres dans les budgets. Il est comme ça Darmanin: il ne refoule rien, il dit tout à la presse.

Son passage sur France Inter hier n'a pas échappé à la règle. Interrogé sur le transfert de Neymar, un footballeur manifestement très connu dont le rachat équivaut à 15 ans de rémunération de Carlos Ghosn, Darmanin a encore exprimé très librement la pensée macronienne. Pour Gérald, c'est "whaou! il va payer plein d'impôts!"

Darmanin et le veau d'or fiscal

Naïvement, on pouvait imaginer qu'un ministre de droite, intégré à une majorité qui veut renouveler le pays, avait une perception "dynamique" de l'économie française. Il pourrait par exemple souhaiter que le pays renoue avec la prospérité, parce que celle-ci sert l'intérêt général. Dans cette optique angélique, le ministre en question pourrait considérer que la fiscalité est un élément qui sert à financer des externalités positives utiles au développement collectif. 

Bref, on pourrait attendre du ministre du Budget qu'il considère la fiscalité comme un moyen de développer l'économie nationale et non comme une fin en soi. 

Eh bien pas du tout! pour Darmanin, le Français est une vache à lait: il est là pour payer des impôts. Et plus il y a de contribuables riches, mieux l'impôt rend. 

Le suicide par l'impôt sur le revenu

Ce faisant, Darmanin a donné le fond du problème. Le même jour, les Échos révélaient que 2% des contribuables acquittaient 40% de l'impôt sur le revenu. On connaît les raisons de cette folie déséquilibrée: assiette étroite (on se souvient d'Ayrault soucieux d'en exonérer plein de nouveaux Français) et taux élevés font que peu de Français paient l'impôt, mais quand ils le payent, ils douillent. 

Darmanin en a l'air très heureux. Manifestement, il n'a pas la moindre intention de toucher à cette règle du jeu effrayante où une minorité minuscule paie pour une majorité majuscule. Sous les quolibets de la foule d'ailleurs. 

Tous ces contribuables seront heureux d'apprendre qu'ils sont des vaches à lait. Le ministre qui ordonne les prélèvements ne se soucie pas le moins du monde de l'utilité des impôts, ni de l'apport des contribuables à l'économie nationale. Il se réjouit seulement de voir l'argent rentrer. 

On croyait relever la France, on finance juste la gabegie publique. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !