« Il faut créer des zones sans contrôles d'identité » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Claire Hédon, la nouvelle Défenseure des droits. Création de zones sans contrôles d'identité police forces de l'ordre
Claire Hédon, la nouvelle Défenseure des droits. Création de zones sans contrôles d'identité police forces de l'ordre
©JOEL SAGET / AFP

Une idée saugrenue de la Défenseure des droits

« Il faut créer des zones sans contrôles d'identité »

Car ils sont, bien sûr et selon elle, très gênants et stigmatisants.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Jusqu'à présent on connaissait les « zones de sécurité prioritaires ». Des quartiers surtout prioritaires en insécurité. La police n'y entrait qu'à reculons de crainte de prendre des coups et les pompiers fuyaient les jets de pierre.

Une situation insupportable aux yeux de Claire Hédon. Vous pensez peut-être qu'elle ne supporte pas qu'on agresse les policiers et les pompiers ? Pas du tout ! Elle s'indigne qu'on contrôle les « jeunes » qui, d’après elle, le vivent très mal.

C'est pourquoi elle propose que les  « zones de sécurité prioritaires » deviennent des « zones sans contrôles d'identité ». Cette suggestion offre des avantages précieux. Plus de contrôles, donc plus de flics dans les quartiers et donc plus de flics agressés. La police sera heureuse et les « jeunes », enfin débarrassés de cette contrainte, pourront s'épanouir paisiblement en volant, trafiquant et pillant.

La Défenseure des droits veille aux droits des « jeunes ». Mais le droit, le seul qui compte, elle n'en a rien à f... Notons qu'en creux, et sans utiliser le terme, elle dénonce les contrôles au faciès. S'agissant de ces derniers, il suffit de lire les statistiques sur les prisons pour savoir quels sont les faciès qu'on y trouve.

A ce propos, relevons que si la proposition de Claire Hédon est mise en œuvre, la mixité dans les prisons s'en trouvera grandement améliorée. En effet, les flics interdits des « zones sans contrôles d'identité » pourront se déployer à Neuilly, Auteuil et Passy. Là, ils contrôleront et arrêteront à tour de bras. Les prisons seront enfin « blanchies » et ce sera la fin d'un privilège blanc inacceptable.

Nous estimons toutefois que les projets de Claire Hédon sont un peu timorés. Pour que le calme revienne dans les « zones sans contrôles d'identité », il convient de passer à la vitesse supérieure et d'y appliquer la loi de la charia.

Elle sera enseignée par les imams et mise en œuvre par les caïds locaux. Le trafic de drogue y sera toléré à condition qu'une partie de ses bénéfices serve à financer des pèlerinages à La Mecque et la rénovation des mosquées. On coupera aussi les mains des voleurs. C'est un peu plus dissuasif que quelques mois à Fleury-Mérogis.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !