Il est permis de brûler le drapeau français ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Il est permis de brûler le drapeau français !
©© Joel Le Gall

Des juges bienveillants ont tranché

Il est permis de brûler le drapeau français !

Pourtant cet outrage est puni par la loi

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

L’affaire est ancienne. Elle remonte à 2017 lors d’une manifestation contre la Loi Travail. Les choses se sont déroulées de la façon la plus simple qu’il soit. Un militant d’extrême gauche a arrosé d’essence un drapeau français qu’il avait emmené pour cette occasion et y a mis le feu. Une provocation assumée et délibérée. Un tribunal l’a, en conséquence, condamné à 200 euros d’amende. 

Mais quand on est militant d’c, pas question de laisser le dernier mot à la justice bourgeoise et capitaliste. S’en sont suivies de longues années de procédures. Les avocats du militant reprochaient au tribunal de : « vouloir criminaliser une manifestation syndicale ». 

Finalement, ils ont eu gain de cause. En appel, un tribunal a annulé la première condamnation. Avec toutefois une petite réserve : « le geste du manifestant n’était pas très élégant » ont déclaré les juges. 

C’est sûr qu’on fera appel à eux pour les défilés de mode. Car en élégance ils s’y connaissent. Et on se demande - c’est juste une formule de style - à quel syndicat appartiennent ces juges ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !