Gribouillis ou génie ? Comment repérer un enfant artiste-prodige | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Gribouillis ou génie ? Comment repérer un enfant artiste-prodige
©

Esquisse

Gribouillis ou génie ? Comment repérer un enfant artiste-prodige

Les surdoués dans les arts ne posséderaient pas nécessairement un QI aussi élevé que les surdoués en maths.

Monique de Kermadec

Monique de Kermadec

Monique de Kermadec

Psychologue clinicienne et psychanaliste, spécialiste de la précocité et la réussite chez l'enfant et l'adulte. Elle est l'auteur de Le petit surdoué de six mois à six ans et de Pour que mon enfant réussisse parus chez Albin Michel.

Voir la bio »

Atlantico : Pablo Picasso est probablement le plus célèbre des enfants prodiges dans le domaine artistique. Les surdoués dans les arts ne posséderaient néanmoins pas nécessairement un QI aussi élevé que les surdoués en maths. Comment se caractérise un enfant prodige dans le domaine artistique relativement aux autres ? A quoi les reconnait-on ?

Monique de Kermadec : Etre surdoué n’exclut pas la possibilité pour un enfant d’être précoce par ailleurs. J’ai eu le plaisir de recevoir en consultation des enfants qui manifestaient très tôt un intérêt pour un domaine artistique. Il est important alors que le parent réponde à ce goût et facilite l’éclosion du talent en sollicitant tout d’abord l’avis d’un exert dans le domaine retenu. En musique, en danse, nous avons des structures qui peuvent répondre aux demandes formulées par les familles. Pour le dessin et la sculpture la démarche peut être plus complexe et moins aisée. Une inscription à un atelier pourra ainsi être l’occasion de recueillir l’avis d’un enseignant. Ils pourront par ailleurs y recevoir l’enseignement technique dont leur talent a besoin pour aboutir.

Quel rapport ces enfants entretiennent-ils avec la discipline artistique dans laquelle ils excellent ?

Les petits génies de la peinture, de la musique, de la danse ont tout d’abord un rapport ludique avec leur discipline. Peindre, dessiner, danser, chanter c’est à la fois s’amuser et rêver à ce que l’on aimerait être plus tard. Le passage du jeu à l’apprentissage se fait dans un deuxième temps et en fonction des réactions de proches. Ceux qui vont s’engager dans un apprentissage plus formel alors acceptent généralement bien ce qui va les aider à mieux faire encore. Ils sont demandeurs et font très souvent preuve de grande discipline. Ils acceptent volontiers les heures de pratiques qui leur permettront d’atteindre un niveau supérieur au cours des ans. Le plaisir que leur procure leur activité permet, semble-t-il, de bien supporter les frustrations inévitables. Il est essentiel à ce point que le parent accompagnent, facilite sans contraindre.

Ces enfants prodiges en peinture ou encore en musique sont-ils animés par une envie irrépressible de peindre ou de jouer de la musique ?

Le plaisir est le mot clé. Ces enfants sont animés par une passion et heureux de consacrer du temps à la peinture, à la musique. La tentation peut être grande pour les adultes qui les entourent de vouloir “ pousser” mais il est important d’y résister. On risque là de démotiver l’enfant et celui-ci peut alors vouloir abandonner une formation engagée. Pour que leur passion reste un plaisir il est important dans les premières années que le parent préserve du temps pour les relations amicales, le jeu libre, pour vivre sa vie d’enfant. Si le talent a besoin de discipline pour aboutir, la créativité a besoin d’oxygène et de liberté.

Un enfant prodige est-il forcément précoce dans tous les domaines ?

Certains enfants semblent avoir des facilités dans de nombreux domaines, d’autres dans un domaine précis. Tout le monde n’est pas destiné à devenir un Léonard de Vinci ! Il n’est pas inhabituel de retrouver ainsi des musiciens qui sont de très bons mathématiciens ou des littéraires qui sont de très bons peintres. De nombreuses combinaisons de talents sont possibles. Ce qui importe c’est de s’épanouir dans la voie qui nous est propre, et non celle d’un autre quand bien même cet autre est un parent que l’on aime très fort.

Si vous avez noté des facilités particulières chez votre enfant, c’est un grand bonheur. N’hésitez pas à demander un ou plusieurs avis extérieurs. Soyez prêts à faciliter sa découverte de ce domaine, à l’encourager. Donnez-lui l’accompagnement dont il a besoin mais laissez-lui toujours la liberté de renoncer à cette voie si des signes de souffrance, si un désinvestissement profond apparaît un jour. Parlez-en, bien sûr, pour vous assurer qu’il ne s’agit pas d’une simple phase de découragement. La peinture, la musique, la danse, le chant peuvent rester dans sa vie comme sources de pur plaisir s’ils ne sont plus des vocations.

Propos recueillis par Carole Dieterich

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !