Gratte-ciels ou gratte-vanités ? 44 des 72 plus hautes tours du monde trichent sur leur taille | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Burj Khalifa, à Dubaï, culmine à 828 mètres d'altitude
La Burj Khalifa, à Dubaï, culmine à 828 mètres d'altitude
©Reuters

Tour de Babel

Gratte-ciels ou gratte-vanités ? 44 des 72 plus hautes tours du monde trichent sur leur taille

Une ONG internationale dénonce les "astuces" employées pour augmenter toujours plus la taille des gratte-ciels.

Une bonne partie des gratte-ciels érigés dans le monde trichent pour paraître plus grand. C'est le constat auquel est arrivé le Conseil sur les grands immeubles et l'habitat urbain, une organisation non gouvernementale internationale spécialisée depuis 1969 dans les grands immeubles et leur impact sur la ville, après s'être penchée sur l'architecture des 72 plus grands buildings de la planète.

L'ONG dénonce dans un article la tendance à les équiper systématiquement d'extensions en forme de pointe ou d'antennes, insistant sur le fait que la hauteur utilisable – où peuvent être logés bureaux, appartements ou commerces – est souvent bien en dessous de la hauteur totale du bâtiment.

Pas vraiment une surprise, remarqueront certains, et à juste titre. Depuis le début des années 1990, on assiste à une véritable course au pays qui construira le gratte-ciel le plus haut, le plus beau, le plus "vert". Compétition dans laquelle flèches, pics et autres antennes pointés vers le ciel, qu'ils soient installés sur le toit ou intégrées à la structure, permettent de gagner de quelques dizaines à plusieurs centaines de mètres.

La Burj Khalifa de Dubaï, plus grande structure érigée par l'homme, ne présente que 585 mètres de hauteur utilisable pour ses 828 mètres de haut. Soit 244 mètres (29 %) non utilisés par rapport à la hauteur annoncée. Du côté de sa voisine, la Burj Al Arab, ce taux grimpe même à 39 % ! Sur les 321 mètres qu'atteint le building, 124 mètres sont inocuppés.

Les Américains ne sont pas en reste : la tour du New York Times n'utilise que 220 des 319 m de sa hauteur officielle. La Bank of America Tower, aussi à New York, atteint 36 % de hauteur non utilisée. Plus d'un tiers !

Des gratte-ciels de New York aux Etats-Unis. Crédit : Reuters

Source : Conseil sur les grands immeubles et l'habitat urbain

Le Conseil sur les grands immeubles et l'habitat urbain relève que sans doute ces extensions "de vanité", 44 des 72 plus grands gratte-ciels au monde ne dépasserait pas 300 mètres, perdant ainsi leur statut officiel de "supertall" (géants).

L'ONG publie aussi des statistiques par pays. Avec un taux de non-occupation de 19 % en moyenne sur 19 bâtiments géants, les Émirats Arabes unis seraient les plus "vaniteux", suivis de la Chine (14 %) et des Etats-Unis (13 %). Les structures les plus souvent concernées sont celles affichant une hauteur totale comprise entre 350 et 400 mètres. 

Source : Conseil sur les grands immeubles et l'habitat urbain

Malgré tous les efforts déployés, la Burj Khalifa ne devrait plus longtemps conserver son titre de plus haute tour du monde. La Sky City, de 838 mètres de haut, devrait être achevée en 2014 à Changsha, en Chine. Elle sera alors deux fois et demi plus grande que la tour Eiffel, et seulement 10 mètres plus haute son homologue de Dubaï. Qui a dit que le mythe de la tour de Babel était mort ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !