Google en plein développement d’un bracelet détecteur de cancer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Google en plein développement d’un bracelet détecteur de cancer
©Reuters

Cancer ascendant Google

Google en plein développement d’un bracelet détecteur de cancer

Il est testé sur des bras artificiels composés d'un mélange de peau synthétique et réelle, prélevée sur des volontaires, dans l'intimité de Google X, le confidentiel laboratoire d'innovation du géant de l'internet. Ce bracelet, que vous porterez en permanence devrait avoir un but : vous avertir lorsque des cellules cancéreuses se multiplient dans votre organisme. Un futur gadget rassurant ou effrayant, au choix, mais pas forcément utile.

Roland Moreau

Roland Moreau

Roland Moreau est biophysicien et inspecteur général des Affaires sociales.

Il a notamment écrit L'immortalité est pour demain (Bourin Editeur, 2010). 

Voir la bio »

Atlantico : Google, à travers son laboratoire d'innovation "Google X", souhaite développer un bracelet qui permettrait d'avertir la personne qui le porte d'apparition de cellules cancéreuses dans son organisme. Comment cela fonctionne-t-il et est-ce vraiment réalisable ?

Dr Roland Moreau : Comme la plupart des projets médicaux de Google X , ce projet de bracelet relève à la fois du gadget et de la science fiction.
Son principe est , en apparence , très simple. Il s'agit d'utiliser des nanoparticules qui possèdent la propriété de s'accoler spécifiquement à des cellules cancéreuses. Lorsque ces nanoparticules sont ingérées, elles circulent dans la système sanguin et dès qu'elles rencontrent des cellules cancéreuses, elles "s'allument" et  émettent des signaux  qui sont détectés par un bracelet porté au poignet . Tout cela pourrait  être un jour réalisable , mais il faudrait auparavant franchir de nombreuses étapes.
La première concerne les marqueurs tumoraux qui sont des protéines produites principalement par des cellules cancéreuses et qui se retrouvent dans le sang circulant. La quantité de marqueurs présente dans la circulation reflète le nombre de cellules cancéreuses présentes dans la tumeur. Le dosage de ces marqueurs est utilisé depuis longtemps pour le dépistage de différents types de cancer, mais leur fiabilité est très variable. A titre d'exemple, l'alpha foeto protéine (AFP) est très utile pour la détection du cancer primitif du foie, mais le dosage de PSA pour la détection des cancers de la prostate est très controversé  ! A l'inverse des effets d'annonce tapageurs de Google X , il faut signaler les travaux de l'équipe de Paul Hofman, au CHU de Nice, qui a mis au point une détection précoce des cancers du poumon par la recherche de cellules tumorales circulantes dans un simple prélèvement sanguin.
La deuxième étape consiste à utiliser des nanopuces qui seraient capable d'attirer et de fixer les marqueurs tumoraux ou les cellules cancéreuses dans le sang.
Pour  la troisième étape, la détection des signaux de lumière émis par les nanoparticules à travers la peau , Google effectue des recherches préliminaires sur des bras artificiels recouverts de peau synthétique !
Bref, en l'état actuel de la recherche, ce projet n'est pas réalisable avant dix ou vingt ans  

On imagine que ce type de dépistage en amont permettrait des interventions dès que le cancer se manifeste. D'un point de vue pratique quel serait l'intérêt pour l'oncologie ? Le taux de survie aux cancers serait-il beaucoup plus élevé ?

Un grand nombre de cancers est détecté trop tard, lorsque la tumeur compte plusieurs millions de cellules cancéreuses. Mais les progrès extraordinaires réalisés par l'imagerie permettent dès à présent de détecter des cancer de très petite dimensions, ce qui entraine  des taux de survie  de plus en plus élevés .
Les recherches actuelles sur les nanopuces sont très prometteuses car elles permettraient de détecter des concentrations extrêmement faibles de marqueurs ou de cellules cancéreuses dans le sang. En revanche, l'intérêt du bracelet relève entièrement du gadget commercial puisque la détection de signaux à travers la peau serait beaucoup plus approximative qu'une analyse précise à partir d'un prélèvement sanguin . 

Selon Google ce bracelet pourrait également servir pour prévenir les attaques cardiaques et d'autres maladies. Quelles seraient les autres applications d'une telle technologie ?

La prévention des infarctus du myocarde ou des AVC par un simple  bracelet relève de l'utopie googlienne ! La surveillance continue par électrocardiogramme nécessite en effet  plusieurs électrodes et les différents dosages qui permettent d'évaluer les risques cardiovasculaires ne peuvent être réalisés de façon précises que par des prélèvements sanguins. L'intérêt d'un bracelet, ou d'une lentille cornéenne pour la surveillance de la glycémie chez les diabétiques serait en revanche d'une très grande utilité et de nombreux travaux de recherche sont très avancés dans ce domaine . 

D'inspiration transhumaniste, les projets développés par les laboratoires Google X souhaitent améliorer l'humanité en se tournant vers une médecine préventive et proactive. Mais l'idée d'un être humain à la santé sous surveillance permanente n'est-elle pas angoissante ?

Une surveillance continue de l'apparition d'un éventuel cancer entraînerait effectivement une véritable psychose cancérophobique chez les porteurs d'un tel bracelet !
Par ailleurs, ce dispositif, s'il était très sensible, déclencherait en permanence des fausses alertes. En effet, chaque jour, chez chacun d'entre nous,  certaines cellules deviennent cancéreuses et sont neutralisées par des systèmes de défense. Exceptionnellement, les systèmes en question sont submergés et un cancer se développe. Seul un médecin est en mesure d'interpréter ce type de dosages et d'en prescrire l'usage .

Enfin, il faut souligner que derrière ces projets de gadgets, Google cherche toujours à recueillir des données médicales de l'ensemble de la population. Avec Google, le diable n'est pas dans les détails, mais dans les grands projets Orwelliens à long terme.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !