Gérard de Villiers, "l'homme le mieux renseigné de la planète" est décédé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Gérard de Villiers, "l'homme le mieux renseigné de la planète" est décédé
©DR

Disparition

Gérard de Villiers, "l'homme le mieux renseigné de la planète" est décédé

Le prolifique auteur des "SAS", et contributeur pour Atlantico, avait 83 ans. Il avait eu, en janvier dernier, les honneurs d'une Une du "New York Times", qui l'avait affublé de ce titre officieux.

Les aventures de Son Altesse Sérénissime le Prince Malko Linge, héros des romans SAS, ne connaîtront pas de suite. Son auteur, Gérard de Villiers, est décédé jeudi soit à Paris des suites d'une longue maladie qui l'affaiblissait depuis plusieurs mois. L'auteur, né le 8 décembre 1929 à Paris, avait publié cette année le 200ème tome de SAS : La Vengeance du Kremlin.

Son avocat, Me Eric Morain l'a annoncé ce vendredi matin, à 11h, sur Twitter. L'écrivain, né le 8 décembre 1929, est décédé des suites d'une longue maladie qui l'affaiblissait depuis plusieurs mois. Auteur prolifique, il avait démarré la série des SAS en 1965 et en publiait plusieurs par an. Cinq aventures de son héros ont notamment été publiées au cours de l'année 2013 (Le Beau Danube rouge, Les fantômes de Lockerbie, Sauve-qui-peut à Kaboul : 1, Sauve-qui-peut à Kaboul : 2, La Vengeance du Kremlin). Le succès de ses publications ne se démentait pas, chaque parution enregistrant entre 100 000 et 150 000 ventes.

Gérard de Villiers était un auteur reconnu dans le monde entier. Il a notamment eu les honneurs d'une Une du New York Times en janvier dernier. Le prestigieux journal l'avait même qualifié d'"homme le mieux renseigné de la planète", en référence à ses nombreuses amitiés dans les services secrets du monde entier. L’article américain s’est surtout intéressé au fond de ces "romans de gare" qui attirent l’attention des services de contre-espionnage du monde entier. Ainsi dans un livre publié en juin 2012, Le Chemin de Damas (le numéro 193 de la série), Gérard de Villiers "dépeint de manière très vivante Bachar al-Assad et son frère Maher, ainsi qu’un certain nombre de lieutenants et alliés peu connus des non-initiés. Le livre détaille [également] un coup d’Etat avorté qui était soutenu secrètement par les agences d’espionnages américaines et israéliennes. Et surtout, il décrit une attaque contre l’un des centres de commandements du régime syrien, situé près du palais présidentiel de Damas" explique le quotidien new yorkais. Une attaque qui aura effectivement lieu, un mois après la sortie du livre.

Et ce n’est pas la première fois que de Villiers prophétisait des événements de cet acabit. C’est que la série SAS, en plus de ses couvertures "érotiques" et ses scènes de sexe plus que torrides, contient également des informations sur des attaques terroristes, sur l’espionnage et des guerres qui n’ont jamais été publiées ailleurs auparavant. L’article du New York Times explique ainsi que Gérard De Villiers "a passé la plus grande partie de sa vie à cultiver ses relations avec les espions et les diplomates du monde entier, et qu'ils ont l’air d’apprécier apparaître, eux et leurs secrets", dans les livres de la série SAS (leur nom bien évidemment modifiés).

Gérard de Villiers était également un contributeur régulier d'Atlantico. Voici quelques uns de ces articles publiés par notre site :

Démission du patron de la CIA : les raisons cachées derrière le prétexte de l’affaire de l’adultère (novembre 2012)
Etats-Unis, Arabie Saoudite, Qatar, Turquie : cette étrange coalition qui veut la peau de Bachar el-Assad (juin 2012)

>> VOIR L'ENSEMBLE DE SES CONTRIBUTIONS

l’article américain s’est surtout intéressé au fond de ces "romans de gare" qui attirent l’attention des services de contre-espionnage du monde entier. Ainsi dans un livre publié en juin 2012, Le Chemin de Damas (le numéro 193 de la série), Gérard de Villiers "dépeint de manière très vivante Bachar al-Assad et son frère Maher, ainsi qu’un certain nombre de lieutenants et alliés peu connus des non-initiés. Le livre détaille [également] un coup d’Etat avorté qui était soutenu secrètement par les agences d’espionnages américaines et israéliennes. Et surtout, il décrit une attaque contre l’un des centres de commandements du régime syrien, situé près du palais présidentiel de Damas" explique le quotidien new yorkais. Une attaque qui aura effectivement lieu, un mois après la sortie du livre.

Et ce n’est pas la première fois que de Villiers prophétise des événements de cet acabit. C’est que la série SAS, en plus de ses couvertures "érotiques" et ses scènes de sexe plus que torrides, contient également des informations sur des attaques terroristes, sur l’espionnage et des guerres qui n’ont jamais été publiées ailleurs auparavant. L’article du New York Times explique ainsi que Gérard De Villiers "a passé la plus grande partie de sa vie à cultiver ses relations avec les espions et les diplomates du monde entier, et qu'ils ont l’air d’apprécier apparaître, eux et leurs secrets", dans les livres de la série SAS (leur nom bien évidemment modifiés). 


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/gerard-villiers-honneur-dans-new-york-times-cet-ecrivain-qui-en-savait-autant-qu-espion-626034.html#94RgHHBYYeaUI9z1.99

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !