Génération Émigration : les facteurs qui poussent les jeunes français à partir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Génération Émigration : les facteurs qui poussent les jeunes français à partir
©

Envie d'ailleurs

Génération Émigration : les facteurs qui poussent les jeunes français à partir

Plus d'un quart des jeunes Français envisagent de quitter le pays pour faire leur vie et se construire une carrière. Un chiffre qui a doublé en un an et qui illustre le malaise croissant des jeunes générations.

Jonas  Haddad et Michael Migueres

Jonas Haddad et Michael Migueres

Jonas Haddad est le secrétaire national de l'UMP en charge de l'entrepreneuriat des Jeunes.

Michael Migueres est secrétaire national de l'UMP.

Voir la bio »

Une récente étude a mis en exergue un phénomène que chacun observe depuis plusieurs mois : l'émigration des jeunes Français, et notamment les jeunes diplômés à l'étranger.

Ainsi, selon le sondage IFOP-Deloitte de 2013, 27%des jeunes interrogés envisagent de partir à l'étranger pour réussir leur vie. Ce chiffre n'était en 2012 que de 13%. En l'espace d'un an seulement, le nombre de jeune Français souhaitant émigrer hors de France a doublé ! Sans compter tous ceux qui ont quitté la France dans l'intervalle et ne sont par définition plus là pour répondre.

Fuir un système qui ne marche plus

27% c’est en parallèle aussi le taux de chômage actuel chez les jeunes Français et le rapprochement de ces deux chiffres identiques est tentant.

En effet, parmi les raisons qui poussent les jeunes à quitter la France, on trouve notamment : la plus grande facilité à trouver un emploi à l'étranger, des emplois mieux payés, des loyers moins chers, un encouragement à la création d'entreprise et à la création de valeur ajoutée, ainsi que la fuite des contraintes administratives et fiscales françaises trop importantes.

Les jeunes ne croient plus en la capacité de la France à leur offrir un avenir meilleur, ils ne l'estiment pas capable de sortir de la crise et à se redresser.

L'émigration est très préoccupante pour le pays car au-delà de tout ce qu'elle dénote de la situation d'abaissement du pays, n’oublions pas que ce sont les jeunes diplômés très qualifiés qui insufflent une dynamique, source importante pour la croissance du pays.

Le grand gâchis

Nous devons également dénoncer  un immense gâchis de nos filières d'enseignement d'excellence : la France a financé des formations très coûteuses à des jeunes Français qui contribuent finalement à la croissance d'autres pays. En effet, dans une économie de la connaissance ce sont les salariés les plus qualifiés qui contribuent le plus à la création de richesse dans un pays, cet exode des cerveaux a un impact désastreux sur la croissance et la productivité de notre économie. Tous les économistes s'accordent à dire que l'émigration constitue un manque à gagner économique énorme pour la France. Un manque à gagner en termes de création d'emplois, de création de richesses, de croissance et de rentrées fiscales.


C'est d'ailleurs un des effets pernicieux de la hausse de la fiscalité qui fait fuir ceux qui auraient le plus contribué aux impôts s'il leur avait été permis de créer de la richesse dans leur pays. Pendant des décennies, ses voisins, européens d'abord, du Maghreb et de l'Afrique noire ensuite venaient s'installer pour mieux vivre en France. Cette fois ce sont les Français qui quittent la France pour un ailleurs où ils pourront mieux vivre. La France ressemble ainsi plus à un pays émergent qu'à l'une des plus grandes puissances du monde.

Dans l'ivresse de ses discours de candidat, François Hollande s'était exclamé qu'il voulait ré-enchanter le rêve français. Or, les jeunes qui sont restés mais souhaitent s’envoler vers d’autres horizons a plus que doublé en seulement un an.

Un mouvement inexorable ?

Le gouvernement actuel a bien compris que ses solutions pour redonner confiance aux jeunes n’étaient pas suffisantes. Parce qu’il a constaté l’échec des emplois d’avenir qui sont tout sauf de l’avenir mais qui surtout ne trouvent pas preneurs. Parce qu’il sait que l’Allemagne a réussi à résorber le fléau du chômage des jeunes en misant sur la solution efficace de l’apprentissage.

Tardivement, le gouvernement actuel a décidé de s’engager avec l’Allemagne à un "New Deal européen" sur le chômage des jeunes. Cette initiative commune permettra certainement à la France d’ouvrir les yeux si elle ne veut pas atteindre taux de chômage des jeunes en Espagne (57%) ou à celui du Portugal (42%). Elle lui permettra peut-être de créer les conditions pour que ses jeunes ne quittent pas massivement le pays de leur naissance.

C’est à la droite et notamment à sa jeune génération de faire émerger dans l'opposition des propositions pour que tous les jeunes, et notamment les plus diplômés retrouvent en France les conditions d'un épanouissement personnel et professionnel dans notre pays. C’est à la droite d’inciter les jeunes à innover, entreprendre, créer les conditions de leur avenir. Sans cela, l’ambition collective sera anéantie et l’ambition individuelle décidera de prendre un billet d’avion.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !