Game over ? 56% des Français estiment que la présidence de François Hollande est d'ores et déjà vouée à l'échec | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
65% des Français estiment que François Hollande n'a pas la compétence pour faire face à la situation.
65% des Français estiment que François Hollande n'a pas la compétence pour faire face à la situation.
©

Sondage

Game over ? 56% des Français estiment que la présidence de François Hollande est d'ores et déjà vouée à l'échec

Le grand oral de François Hollande est loin d'avoir réussi à redonner confiance aux Français puisque selon un sondage Mediaprism pour Atlantico, 60% des téléspectateurs n'ont pas trouvé le président convaincant. 65% des Français estiment par ailleurs que François Hollande n'a pas la compétence pour faire face à la situation.

Alain Renaudin

Alain Renaudin

Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.

Voir la bio »

Le président de la République est intervenu jeudi soir lors d’une émission spéciale de plus d’une heure à la télévision, interviewé par David Pujadas. Dès la fin de l’émission, Mediaprism a interrogé un échantillon national représentatif de Français pour recueillir leur avis sur la prestation et les messages délivrés par François Hollande.

L’émission abordé les bons sujets (63%), mais n’a pas apporté de réponses précises (66% des avis recueillis).

Un manque de leadership et de force de conviction :

-         Le Président n’a pas été convaincant pour 60% des téléspectateurs.

-         75% des Français sont méfiants lorsque le Président évoque l’action du Gouvernement.

-         Le Président n’a pour les Français ni la compétence (65% des avis exprimés), ni la personnalité (71%) pour faire face à la situation.

-         Pour 66% des Français, depuis le début de son mandat, François Hollande est un « mauvais » Président.

Un discours volontariste qui ne suscite pas l’adhésion :

-         70% des Français ne font pas confiance au Président de la République pour redresser la France.

-         56% estiment que la présidence de François Hollande est d’ores et déjà vouée à l’échec.

Jean-Marc Ayrault n’est pas remis en cause :

-         pour 64% des Français, nommer un nouveau Premier Ministre ne permettrait pas d’améliorer la situation (69% des électeurs de Nicolas Sarkozy partagent cette opinion, 61% des électeurs de François Hollande)

Une forte inquiétude sociale :

-         78% des Français estiment que le risque d’une crise politique majeure est important, 60% la redoutent.

Dans la conjoncture difficile que l’on connaît, à la fois du point de vue de la cote de popularité du Président auprès de l’opinion publique (autour de 30% d’opinions favorables), et du point de vue économique et social bien sur, 57% des Français interrogés ont regardé l’émission, dont un tiers en totalité. Cette audience n’est certes pas une grande audience (à l’égard d’un programme annoncé récemment, et souvent présenté à l’avance comme potentiellement déceptif), mais traduit donc le fort niveau d’attente des Français, pour être rassurés peut-être, informés surement.

Cette émission n’a pas inversée la courbe de défiance à l’égard du Président de la République, qui n’a pas été convaincant pour 60% des téléspectateurs, et même « pas du tout convaincant » pour 46% d’entre eux. Inversement, 38% l’ont trouvé convaincant, ce qui est comparativement moins bon que le score obtenu par Jean-Marc Ayrault lors de l’émission « des paroles et des actes » du 27 septembre 2012 (44%), et moins bon que le score obtenu par le candidat socialiste lors du duel à distance avec Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle (émission du 27 avril 2012), où François Hollande était convaincant à hauteur de 47%. Le Président actuel est donc aujourd’hui moins convaincant que le candidat socialiste qu’il était, un autre indicateur de la perte de confiance mesurée par ailleurs à l’égard de la tête de l’exécutif.

Si la performance du locataire de l’Elysée n’a pas été au rendez-vous et a été jugée sévèrement, c’est aussi bien entendu parce que les enjeux sont là, les attentes fortes. 57% des téléspectateurs interrogés ont jugé l’émission intéressante, et 63% estiment qu’elle a bien abordé les sujets qui les préoccupent … mais, de façon quasi symétrique, 66% estiment ne pas avoir obtenu des réponses précises à leurs interrogations, et 66% n’ont pas été rassurés sur l’action du Gouvernement. Ils sont même 75% à se dire « méfiants » lorsque le Président s’exprime sur l’action du Gouvernement: une émission qui posent les bonnes questions, mais un Président qui ne convainc pas et n’apporte pas les réponses attendues, ce qui conforte l’opinion dans sa frustration et sa déception.

Une frustration d’autant plus grande que les Français restent majoritairement convaincus, pour 66% d’entre eux, que l’action politique peut influencer l’état de la France. Il ne sont donc pas désabusés à l’égard de la politique en général, mais toujours en quête du leadership capable de mettre en place une politique efficace. Un élément important dans un contexte général de remise en cause des élites, car si la défiance s’exprime à l’égard des politiques, l’opinion publique reste en attente de capacité de la politique à agir sur le cours des choses.

Les Français se montrent radicaux à l’égard du Président, estimant qu’il n’a ni les compétences (65%) ni la personnalité (71%) pour faire face à la situation. Et ce jugement est très lié à la personne de François Hollande, il ne s’agit pas d’une remise en cause du Gouvernement ou du chef du Gouvernement : pour 64% des Français interrogés, la nomination du nouveau Premier Ministre ne changerait pas les choses. Jean-Marc Ayrault n’est pas le problème de François Hollande, l’enjeu est véritablement celui de la capacité à agir sur la conjoncture, à l’inverser comme s’invite à le faire le Président à propos de la courbe du chômage. Lorsque le propos est incantatoire (la courbe du chômage s’inversera, je veux créer la croissance …) et personnifié (large utilisation de la première personne hier soir), le Président de la République cherche à mettre en avant son autorité et son leadership, mais simultanément concentre sur sa personne l’ensemble des attentes et des critiques.

Surtout, l’opinion des Français sur François Hollande, homme politique qu’ils connaissent depuis longtemps, semble s’être figée : pour 61% des téléspectateurs, cette émission n’a pas changé leur opinion sur le Président de la République. Ce score d’inertie était identique lors de l’émission d’avril 2012. Mais là aussi, la lente dégradation suit son cours. En effet, lorsque l’émission a modifié l’opinion de l’interviewé, c’est en négatif : 16% ont une meilleure image de François Hollande à l’issue de l’émission, 23% une moins bonne, soit un solde négatif de 7 points.

Lorsque la conjoncture continue à se dégrader, et à toucher chacun (chômage, perte de pouvoir d’achat, insécurité, débats de société clivants …), lorsque la présidence de la république n’est pas ressentie en capacité à influer, le contexte devient non seulement morose mais anxiogène : 78% des Français estiment comme important le risque d’une crise politique majeure (manifestations, émeutes …), et 60% la redoutent.

Méthodologie :

Enquête réalisée on line dans la soirée du 28 mars à l'issue de l'intervention du président de la République.

Echantillon de 895 répondants, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas (genre, âge, catégorie socioprofessionnelle, taille d’agglomération et région)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !