François style : Hollande a-t-il compris qu'il ne suffisait pas de se comporter comme le pape pour être Président ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
François style : Hollande a-t-il compris qu'il ne suffisait pas de se comporter comme le pape pour être Président ?
©

Editorial

François style : Hollande a-t-il compris qu'il ne suffisait pas de se comporter comme le pape pour être Président ?

Si le pape François fonde son style sur sa simplicité, cela ne peut pas être suffisant pour un chef d'Etat comme François Hollande. Le président français ne peut en effet se contenter de quelques symboles mis en scène ou déclamés en début de mandat pour recueillir l’assentiment des Français. Non, il doit agir.

Yves Derai

Yves Derai

Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.

Voir la bio »

Que le nouveau pape multiplie les gestes symboliques depuis son accession au trône de Pierre, quoi de plus normal. Un pape doit incarner des valeurs, représenter une communauté, montrer l’exemple, une voie, un chemin. Le pape François se présente au monde comme un souverain pontife humble, charitable, parfois drôle et du coup, offre une image sympathique de l’Eglise. Son charisme, il le puise dans sa simplicité. Un style rare pour un homme occupant une telle charge. Réussira-t-il à rénover la gouvernance de son petit Etat, à « nettoyer la Curie d’Augias » ? A la limite, là n’est pas l’essentiel. S’il parvient à donner un second souffle à la chrétienté par cette aura exceptionnelle qui ne semble pas façonnée par les communicants, l’on considèrera que ce pape argentin a marqué son époque.

François Hollande, en revanche, ne peut se contenter de quelques symboles mis en scène ou déclamés en début de mandat pour recueillir l’assentiment des Français. Certes, la réduction de son salaire et de celui de ses ministres ou sa volonté ostentatoire de se déplacer en train a amusé quelques temps la galerie et les journalistes. Mais le président de la République n’est pas le pape. L’on n’attend du principal dirigeant d’un pays comme la France, plus que des symboles et de la com’, des actes. Réduire les déficits et la dette sans plomber la croissance, donc rééquilibrer nos comptes autrement que par l’impôt, dégraisser le « mammouth », proposer des outils performants aux entreprises pour relancer l’emploi, en finir avec l’ « administrite » aigue qui épuise les entrepreneurs et décourage ceux qui ambitionneraient de le devenir : autant de pistes qui pourraient inspirer un chef de l’Etat voué au redressement du pays.

Pour emprunter cette voie, encore faudrait-il que François Hollande se décide à assumer un authentique virage social-démocrate. Pourquoi pas en enterrant sans se tortiller, dès ce soir, le fameux taux de 75% d’impôt, arme tactique sans doute utile lors de la dernière campagne présidentielle pour freiner la progression de Jean-Luc Mélenchon, mais anachronique dans le monde tel qu’il va.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !