Foire aux vins : les 4 clés pour repérer les vraies bonnes affaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Les meilleurs vins ne se présentent jamais aux concours .
Les meilleurs vins ne se présentent jamais aux concours .
©Reuters

Caractères olfacto-gustatifs

Foire aux vins : les 4 clés pour repérer les vraies bonnes affaires

Jusqu'à la mi-octobre, c'est la saison des foires aux vins. Voici quelques données et astuces à connaître pour bien les choisir.

Olivier Magny.

Olivier Magny.

Olivier Magny est diplômé de l’Essec, ancien sommelier du Crillon, entrepreneur, intervenant à Sciences-Po, à l’INSEAD et auteur du livre "Dessine-moi un Parisien".

Il est également le fondateur de O Château et l'auteur de Into Wine: une invitation au plaisir paru en 2013 aux Editions 10/18.

Voir la bio »

Atlantico : Quelles sont les régions et les millésimes à privilégier cette année ?

Olivier Magny : En termes de région, tout dépend de ce que l'on va rechercher et du style que l'on aime. Si on aime le vin rouge, il faudra privilégier des vins du Sud-Ouest, du Languedoc, du Jura ou encore du Beaujolais. Concernant les vins blancs, il faudra plutôt se tourner vers l'Alsace, la Provence et la Vallée de la Loire.

Quant aux millésimes, il s'agit de quelque chose qui est propre à chaque région et qui est donc difficile à déterminer. C’est pourquoi il est très important de ne pas se laisser happer par le côté anxiogène de cette donnée mais de s’intéresser dans un premier temps aux régions. Une fois qu’on a identifié la région qui nous intéresse, il faudra choisir le millésime qui correspond. Par exemple, si l’on aime le Sancerre et que l’on recherche de la fraîcheur, il faudra préférer un millésime jeune. Pour un Madiran par contre, il sera préférable qu'il ait cinq ou dix ans d'âge pour révéler son charme.

Et aussi simple que cela puisse paraître, il n’y a pas mieux que Google pour renseigner sur les bons millésimes d’une région.

Les médailles sont-elles vraiment révélatrices d'un bon vin ? Si oui, quelles sont celles qui sont dignes d'intérêt ?

Les médailles ne veulent en effet pas toujours dire quelque chose. Il faut savoir d’abord que les meilleurs vins ne se présentent jamais aux concours : ils n’en ont pas besoin et ont presque tout à perdre en termes de réputation à s’y présenter.

De plus, une médaille n’est en rien une garantie, mais peut être un indice. Un petit vin de propriété qui aura une médaille sera tout de même digne d’attirer l’attention. Un petit vin qui en cumulera plusieurs, d’autant plus. Le tout finalement est d’enquêter sur le vin, de repérer ce type de détails et de comptabiliser les indices positifs, sans forcément s’y attacher particulièrement non plus.

On peut cependant faire confiance à certaines médailles comme celle du Concours Général Agricole ou encore celle du Concours Mondial de Bruxelles.

Comment choisir son vin en fonction de l'étiquette ? Comment bien lire l'étiquette d'une bouteille de vin ?

Là encore, on va être sur un travail de détective étant donné que l’étiquette nous donne en effet quelques petits indices. En l’occurrence, elle va nous renseigner sur le prestige de la bouteille, à savoir la région de provenance, l’appellation ou encore le producteur.

Un autre indice est important à prendre en compte : la contre-étiquette et ce qu’elle nous raconte. Certaines contre-étiquettes donnent des informations très habituelles et très lambda, des descriptions un peu neutres comme "Arôme de fruits rouges, à boire avec un barbecue". Finalement, tout cela ne veut pas dire grand-chose. Il sera préférable de se tourner vers des étiquettes qui nous racontent la façon dont le producteur s’est occupé de la vigne et nous transmet une certaine passion.

Le prix reflète-t-il la qualité d'un vin ? Au-delà de quel prix prend-on un risque ?

Le prix reflète généralement assez bien la qualité à l’intérieur d’une région donnée. C’est-à-dire qu’il ne sert à rien de comparer le prix d’un vin d’une région par rapport à celui d’une autre, étant donné que certaines régions sont plus chères que d’autres du fait de leur réputation. Le Bourgogne par exemple a une réputation mondiale à défendre et cela passe par le prix également.

Pour donner un ordre d’idée, un Bourgogne rouge à 25 € ne sera pas nécessairement bon, alors que pour le même prix, un Vallée de la Loire sera probablement magnifique. L’idée aussi est de se laisser tenter lors de ces foires aux vins, d’une part parce que l’on tombera sûrement sur des perles qui finalement seront délicieuses, et d’autre part parce que les vignerons souffrent de cette habitude française à chercher les prix bas. Il ne faut donc pas hésiter à mettre le prix juste de leurs efforts et de la qualité de leur vin.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !