Fin du monde le 21 décembre 2012, J-2 : selon vous, Pascal Bruckner, pourquoi se prépare-t-on plus facilement à la fin du monde qu'à notre propre mort ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Fin du monde le 21 décembre 2012, J-2 : selon vous, Pascal Bruckner, pourquoi se prépare-t-on plus facilement à la fin du monde qu'à notre propre mort ?
©

J-2

Fin du monde le 21 décembre 2012, J-2 : selon vous, Pascal Bruckner, pourquoi se prépare-t-on plus facilement à la fin du monde qu'à notre propre mort ?

Le calendrier maya prévoit la fin du monde le 21 décembre 2012. A cette occasion, Atlantico a demandé à l'essayiste Pascal Bruckner pourquoi les humains se préparent plus facilement à la fin du monde qu'à leur propre mort.

Pascal Bruckner

Pascal Bruckner

Pascal Bruckner est un romancier et essayiste. Il est l’auteur, entre autres, de La tentation de l’innocence (prix Médicis de l’essai, 1995), Les voleurs de beauté (prix Renaudot, 1997), Misère de la prospérité (prix du Meilleur livre d’économie, prix Aujourd’hui, 2002), Le fanatisme de l’Apocalypse (prix Risques, 2011) et Un bon fils. Son œuvre est traduite dans une trentaine de pays.

Voir la bio »

Atlantico : Si l’on en croit le calendrier maya, le 21 décembre prochain adviendra la fin du monde. Comment expliquer que nous appréhendions une disparition collective avec plus de légèreté que notre propre mort ?

Pascal Bruckner : La fin du monde est tout de même beaucoup plus agréable que la mort individuelle, étant donné que quand on meurt les autres restent vivants et que dans ce cas-là nous allons tous mourir ensemble. Il est très consolateur de savoir que l’on n’est pas le seul à partir. Je ne sais pas si je dirais que cela relève de l’égoïsme. Je pense plutôt que cela correspond à de l’instinct de survie.

La mort, c’est comme la souffrance, c’est l’arbitraire total. Pourquoi est-ce que je suis frappé d’une maladie alors qu’autour de moi tout le monde se porte bien ? Pourquoi ai-je été heurté par une voiture alors qu’à côté de moi les gens sont en bonne santé ? La mort, et plus particulièrement la mort jeune, est une injustice suprême. On préférera toujours que cette injustice soit partagée par beaucoup d’autres.

Pourquoi la fin du monde fait fantasmer les gens ? C’est un peu comme dans les films d’horreur, l’effroi est tellement inconcevable qu’on aime bien se titiller avec. On se fait peur en se disant que c’est la fin du monde, même si c’est la 183e fin du monde depuis l’aube des temps…

Je trouve qu’il est dangereux de nier la finitude humaine, notre mortalité. Le Moyen-âge a toujours ri de la mort, à une époque où on mourrait très jeunes. Je crois qu’il faut rire des imbéciles qui transportent des idéologies mortifères, catastrophistes ou apocalyptiques.

Les idéologies de l’apocalypse fleurissent aujourd’hui non seulement à travers les sectes religieuses mais également via les sectes laïques dont l’écologie est un des représentants. Pour eux, la fin du monde est provoquée par nos propres péchés. L’humanité va disparaître à cause de notre orgueil, de notre vanité, c’est ce qu’ils nous répètent depuis des années.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !