Après Woerth, Laurent Blanc? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Après Woerth, Laurent Blanc?
©

Chasseurs

Après Woerth, Laurent Blanc?

Mediapart poursuit son offensive contre la Fédération française de foot accusée de pratiquer une discrimination sur la base de quotas ethniques. Les motivations du site d'info sont-elles uniquement journalistiques? Pas aux yeux d'Authueil...

 Authueil

Authueil

Authueil est un célèbre blogueur.

Soutier dans un grand paquebot de la république, il fréquente régulièrement les couloirs de l'Assemblée Nationale.

Voir la bio »

Le site d’information en ligne Médiapart vient de publier la retranscription de réunions de travail au sein de la fédération française de football. Il y est question du problème des joueurs bi-nationaux, formés par la France et qui partent, à maturité, jouer dans d’autres pays. Il y abordent aussi la question de l’équilibre à trouver entre joueurs « physiques » et joueurs « techniques », trouvant que les centres de formation recrutent trop de « physiques » et pas assez de « techniques ».

Il se trouve que l’essentiel des joueurs concernés sont des « blacks », c'est-à-dire d’origine africaine. Il n’en a pas fallu plus pour que Médiapart se lance dans une accusation terrible : la fédération française de football pratiquerait la discrimination raciale.

Dans le contexte français, c’est ni plus ni moins que du lynchage ! Surtout que les fameuses « preuves » sont bien minces. Daniel Schneidermann a très bien démonté cela, et pour une fois, je suis parfaitement en accord avec lui.

Médiapart est un site qui a beaucoup de qualités. Ses journalistes sont très bons dans l’investigation, la recherche d’éléments et les enquêtes. C’est d’ailleurs l’un des rares organes de presse à se donner les moyens de mener de véritables enquêtes.

Comme tous les sites de presse, il faut gagner de l’argent. Médiapart a choisi un modèle très particulier, qui repose sur l’abonnement. Il faut que l’abonné-lecteur en ait pour son argent. Médiapart a vu arriver un gros afflux d’abonnés lors de l’affaire Woerth Bettencourt, où ils sont sortis beaucoup d’informations pertinentes. Ces lecteurs sont venus pour les informations, très certainement, mais aussi sans doute pour le traitement qui en a été fait.

Sur cette affaire Woerth-Bettencourt, on sentait très clairement que Médiapart lançait une chasse et qu’ils voulaient absolument accrocher un trophée sur leur cheminée, la tête du ministre. Ils ont fini par l’avoir et il se pourrait que cela leur soit un peu monté à la tête. Une fois que l’on a gouté au sang, c’est dur de décrocher. D’autant plus que l’abonné en redemande, de préférence du gibier « de droite ». Pouvoir dénoncer un « scandale raciste », c’est du pain bénit pour Médiapart, la clientèle va adorer que l’on cloue ainsi au pilori d’affreux discriminateurs qui voudraient mettre en place des quotas de noirs et d’arabes.

Sauf que c’est sans doute aller beaucoup trop loin dans « l’analyse », ce qui nuit à la crédibilité de Médiapart. Un site de presse n’est pas le chevalier blanc de la démocratie, des valeurs et de la bienpensance. J’attends des informations présentées honnêtement, pas un réquisitoire de procureur. Mais je suis sans doute minoritaire, car le lecteur de presse veut avant tout que l’on conforte ses préjugés. A ce jeu là, Médiapart à de beaux jours devant lui, surtout si Nicolas Sarkozy, son meilleur VRP, est réélu.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !