Exposition "Mondrian figuratif" au Musée Marmottan Monet : un "autre" Mondrian ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Exposition "Mondrian figuratif" au Musée Marmottan Monet : un "autre" Mondrian !
©

Atlanti Culture

Exposition "Mondrian figuratif" au Musée Marmottan Monet : un "autre" Mondrian !

L'exposition "Mondrian Figuratif" est à découvrir au Musée Marmottan Monet.

"Mondrian figuratif" 

Commissariat : Marianne Mathieu, directeur scientifique du musée Marmottan Monet.

 

INFOS & RÉSERVATION
Musée Marmottan Monet
2, rue Louis Boilly
75016 Paris
Tél. : 01 44 96 50 33
http://www.marmottan.fr
Jusqu'au 26 janvier 2020

 

RECOMMANDATION
Excellent


THÈME
Piet Mondrian (1872-1944), considéré par les historiens de l'art comme un des grands fondateurs de l'art abstrait, resta longtemps fidèle à l'art figuratif. On parle parfois de sa « coexistence pacifique » entre figuration et abstraction. (voir ci-dessous son superbe Autoportrait, 1918, où, tel un manifeste, son portrait peint d'une patte cézannienne se découpe sur l'un de ses tableaux cubiques).

Cette exposition présente les quarante premières années de son itinéraire figuratif (1891-1920), ainsi que quelques exemples de son œuvre abstraite.

Il s'agit, ici, de 70 tableaux choisis parmi les 180 œuvres de Mondrian réunies dans la Collection Salomon Slijper du Kunstmuseum de La Haye. 

L'objet de l'exposition de Marmottan est de montrer le cheminement de Mondrian vers l'abstraction mené en parallèle avec la figuration.

Peintre de la tradition hollandaise « grise » qui l'a formé, Mondrian glisse progressivement vers la modernité : le luminisme (couleurs primaires), le cubisme (simplification des formes et couleurs atténuées), le néoplasticisme (damiers en épaisses lignes noires et plans rouges, jaunes, bleus ou blancs). 

Ses moulins à vent, phares, clochers, fermes, et autres paysages et portraits, illustrent son évolution artistique jusqu'au début des années 1920.

 

POINTS FORTS
 - L'hommage au mécène Salomon Slijper (1884-1971) dont la collection constitue le premier fonds mondial de l'oeuvre de Mondrian.

 - Le parcours chronologique classique et les salles successives qui approfondissent les thèmes picturaux nous révèlent  bien le travail de tissage de ce peintre protéiforme entre figuration et abstraction.

- La découverte d'un Mondrian théosophe et de son sentiment de l'universel et de l'immuable. Il expliquait :  « les conceptions changent, elles sont à l'extérieur, mais l'esprit, qui est à l'intérieur, reste toujours le même ».

 

POINTS FAIBLES
- Les couleurs vives, jaunes, violettes ou rouges des  murs étouffent un peu, me semble-t-il, quelques œuvres d'art dans les petites salles du musée.

- Pourquoi ne pas laisser les couleurs magnifiques de certains tableaux éclater seules et pleinement sur un mur blanc ?

 

EN DEUX MOTS 
 Une rétrospective passionnante qui permet de saisir la relation intime de Mondrian entre figuration et abstraction. Une relation dense, complexe, nourrie de spiritualité car il cherche la vérité, « l'essence des choses ».

Je pense à la fleur qu'il aimait peindre tous les matins et dont il disait : « je trouve aussi la fleur belle par son apparence, mais une beauté plus profonde se cache en elle. » (voir ci-dessous)

 

UNE ILLUSTRATION

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !