Salade de fruits, Joly, Joly… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Salade de fruits, Joly, Joly…
©

EDITORIAL

Salade de fruits, Joly, Joly…

Avec son français imparfait, son apparence rigide, Eva Joly fait figure de politicienne atypique. Pas étonnant, puisque la candidate d'EELV à la présidentielle a connu un parcours professionnel improbable ...

Yves Derai

Yves Derai

Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.

Voir la bio »

A l’heure des spins doctors et des éléments de langage rois, Eva Joly détonne, déroute et du coup, intéresse. Cette drôle de dame aux lunettes rouges ne s’exprime pas comme doit le faire une candidate à la présidence de la République. Les mauvaises langues estiment même qu’elle ne parle pas correctement le français. Il est vrai que mercredi matin, au micro de Jean-Michel Aphatie sur RTL, elle refusait d’être « instrumentée »…

La franco-norvégienne ne s’habille pas selon les canons de la mode de chez nous –les tailleurs pantalons de Christine Lagarde ou de Michèle Alliot-Marie sont autrement plus seyants que ses jupes et gilets dépareillés. Elle ne réagit pas non plus comme est censé le faire le représentant d’un parti politique mis au pied du mur. Lorsque ses amis écolos négociant avec le PS ont choisi de s’asseoir sur la sortie du nucléaire en échange d’un hypothétique groupe parlementaire au sein de la prochaine Assemblée Nationale, vexée qu’on néglige sa position, elle a juste disparu ! Avant de réapparaître pour tacler le candidat du PS, François Hollande, fait « du bois dont on fabrique les marionnettes » selon elle.

En même temps, faut-il s’étonner de tels comportements quand on connait son parcours improbable. Qui commença à Oslo où elle se fit élire deuxième dauphine lors du concours de Miss Norvège en 1961… Puis se poursuivit en France où elle épousa le cousin de l’humoriste Sylvie Joly avant de reprendre ses études de droit. En 1981, elle est nommée substitut du procureur à Orléans, entamant un parcours remarqué de magistrate sans pitié qui se termine en 2002 après l’affaire Elf.

Là, retour en Norvège afin d’échapper, dit-elle, à la vengeance des puissants qu’elle a terrorisés dans son bureau. Elle devient conseillère du gouvernement norvégien dans la lutte contre la corruption. Mais les responsables politiques de son pays d’origine se méfient d’elle. Ingérable, incontrôlable. Ni une, ni deux, Eva Joly se réinstalle en France en 2008 où elle se rapproche du Modem. Ingérable, incontrôlable… Elle n’arrive pas à s’entendre avec François Bayrou. « Il n’a pas de programme » lancera-t-elle alors pour justifier sa rupture avec le Béarnais. Que décide Gro Eva (son prénom complet) à ce moment-là ? D’accomplir une mission sur la criminalité financière en Islande tout en adhérant en France à Europe Ecologie-Les Verts. A Reykjavik, elle fait un tabac, la chanteuse Bjork la porte aux nues, toutes les opportunités lui sont offertes au paradis des volcans. Mais Eva Joly n’en a cure. Elle revient à Paris en 2009 pour la présidentielle française !

En clair, cette femme n’est jamais là où on l’attend et l’on risque de ne pas s’ennuyer à la suivre pendant cette campagne.

Rien ne dit cependant que cette prédisposition à casser les codes et à s’extraire des schémas préétablis dont raffolent les médias lui garantira un score honorable en avril 2012. Car l’équation gagnante requiert, certes, une aptitude à la transgression mais aussi un sens politique aigu. Lors des primaires d’EELV, elle avait semblé en posséder un peu plus que Nicolas Hulot. Mais la présidentielle, la vraie, face à des pros, c’est une autre affaire.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !