Etouffés dans leur vomi, abattus dans la rue ou décédés dans leur lit : petit guide des morts les plus courantes par univers musical | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Les homicides représentent 6% des décès prématurés sur l'ensemble de l'étude.
Les homicides représentent 6% des décès prématurés sur l'ensemble de l'étude.
©

Et toi tu choisis quel instrument ?

Etouffés dans leur vomi, abattus dans la rue ou décédés dans leur lit : petit guide des morts les plus courantes par univers musical

L'espérance de vie des musiciens de R&B est légèrement inférieure à la moyenne, et celle des musiciens de rock, de techno, de punk, de métal, de rap ou de hip hop est significativement plus réduite. C'est ce qui ressort d'une étude qui fera réfléchir plus d'un parent...

Du jazz au rap, en passant par la musique Folk, les causes de décès des artistes peuvent varier radicalement, mais non sans une certaine cohérence. D'après une récente étude, celles-ci ne sont pas tant liées à l'âge ou au sexe d'un artiste, mais plutôt au genre musical dans lequel il se réalise, le style de musique pratiqué ayant souvent une très forte influence sur les choix à long terme et l'hygiène de vie. 

Professeur de psychologie et de musique à l'université de Sydney en Australie, Dianna Theadora Kenny a mené une étude statistique sur les causes de décès prématurés de nombreux musiciens du 20e siècle.

Selon ses conclusions, les artistes pratiquant des genres musicaux déjà considérés comme anciens, tels que le blues, le jazz, la country et le gospel, ont des parcours de vie comparables à ceux des citoyens américains du même âge, et succombent à une mort plutôt naturelle.

A l'inverse, l'espérance de vie des musiciens de R&B est légèrement inférieure à la moyenne, et celle des musiciens de rock, de techno, de punk, de métal, de rap ou de hip hop est significativement plus réduite. Toutes ces informations corrélées ont été représentées par le biais d'un tableau.

De manière assez peu surprenante, Kenny affirme que les accidents (dont les accidents de voiture et les overdoses) constituent la cause principale de décès prématuré chez de nombreux musiciens. Ils représentent en effet 20% des décès, tous genres musicaux confondus. Toutefois, les accidents semblent frapper particulièrement les musiciens de Rock, de métal et de Punk. 

Cette observation prend tout son sens à l'évocation du tristement célèbre "club des 27", qui a regroupé malgré eux plusieurs musiciens de rock et de pop au cours du 20e sicèle, dont le point commun est d'avoir trouvé la mort à 27 ans. Brian Jones, guitariste et fondateur des Rolling Stones, est mort accidentellement dans la piscine de sa villa en 1969, dans des circonstances qui restent encore floues aujourd'hui. Jimi Hendrix est mort au même âge, un an plus tard, en s'étouffant dans son vomi à la suite d'une overdose de médicaments et de drogue.

Idem pour Jim Morrison, chanteur emblématique des Doors, décédé d'une crise cardiaque à Paris dans des circonstances tout aussi troubles. Plus récemment, le suicide de Kurt Cobain (Nirvana) en 1994, et la mort de la sulfureuse Amy Winehouse en 2011 après une overdose ne font qu'accréditer les conclusions du professeur Kenny.

Enfin, les musiciens de punk et de métal semblent surtout sujets au suicide, alors que les chanteurs de gospel (certainement animés par une foi et une espérance à toute épreuve) comptent le plus bas taux de suicide de tout le tableau. Les homicides représentent 6% des décès prématurés sur l'ensemble de l'étude, mais causent clairement des ravages chez les artistes de rap et de hip hop (50%).

De manière générale, plus de 17% des musiciens sont décédés pour des raisons cardiaques, et cette cause de mortalité atteint 28% pour les musiciens de blues. De la même façon, environ 23% des musiciens recensés dans cette étude ont succombé à un cancer, mais celui-ci frappe surtout les musiciens de folk (32,3%) et de jazz (30,6%).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !