Etats généraux et salon de l’Agriculture dominés par l'addition des mécontents | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les professionnels agricoles sont de plus en plus nombreux à être mécontents.
Les professionnels agricoles sont de plus en plus nombreux à être mécontents.
©

Foire aux mécontents

Etats généraux et salon de l’Agriculture dominés par l'addition des mécontents

Si le Salon de l'agriculture restera visiblement la grande fête offerte aux urbains par les agriculteurs, les professionnels agricoles seront nombreux à être mécontents, pour des raisons très diverses. Et à vouloir le manifester à travers cette formidable vitrine médiatique.

 WikiAgri

WikiAgri

WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les articles partagés sur Atlantico sont accessibles au grand public, d'autres informations plus spécialisées figurent sur wikiagri.fr

Voir la bio »

Les mécontents de la nouvelle Pac et/ou de ses arbitrages

Nous sommes en 2014, la nouvelle Politique agricole commune est lancée. Avec un budget en baisse de plus de 15 % pour l'exercice 2014-2020 par rapport à 2007-2013, et une redistribution des cartes. De fait, les mécontents sont nombreux : les céréaliers (qui perdent sur tous les tableaux et estiment que l'on n'a pas à faire du social avec des fonds économiques), mais aussi les agriculteurs des zones intermédiaires (y compris les éleveurs, alors qu'ils étaient sensés profiter d'une forme de péréquation interne), et tous ceux qui découvrent petit à petit que la baisse globale du budget alloué à la France ne permettra rien, ou presque, tant il y aura de conditions à remplir pour espérer profiter un peu de cette fameuse péréquation.Au-delà, on peut aussi aller plus loin, avec les pouvoirs décentralisés accélérés envers les régions, et une partie plus importante du budget de la Pac accessible aux territorialités (le deuxième pilier) : même ceux qui respecteront l'esprit environnemental de la nouvelle Pac auront du mal à se rémunérer convenablement. 

Ainsi, le budget de la Pac est divisé en deux pilier : celui de la production et celui des aides aux efforts environnementaux. La Pac à venir transfère une partie de ses fonds vers le deuxième pilier. Or, des territorialités peuvent revendiquer des financements via le deuxième pilier de la Pac pour des projets environnementaux, par exemple pour faire un parc. C’est donc autant qui échappe au financement agricole.


La transhumance des moutons anti-loups

Un voile noir sera posé sur les brebis pour signifier le ras-le-bol des éleveurs devant les attaques répétées du loup. En ligne de mire, les Verts qui ont appuyé "l'espèce protégée", qui désormais dévaste des troupeaux non seulement en montagne mais également en plaine, un loup ayant même été aperçu récemment en Seine-et-Marne... Donc en région parisienne ! 

Les bergers qui vivent ces drames n’en dorment plus la nuit, toujours à surveiller les troupeaux, à craindre de découvrir des cadavres au réveil (une situation parfaitement décrite par l’un d’eux dans cette tribune). Ce voile noir sera posé pendant la visite présidentielle ce samedi, tandis qu'une transhumance à travers tout le salon aura lieu mardi.


Les mécontents qui veulent travailler

Dans cette catégorie, on peut classer les Bonnets rouges, et plusieurs autres mouvements régionaux moins célèbres, représentant ceux qui estiment qu'on leur enlève, par le fait de taxes répétées, la possibilité de travailler. On note que plusieurs manifestations de Bonnets rouges ont été sévèrement réprimées en Bretagne : à Paris, ils ne seront pas sur "leur" terrain, cela sera-t-il dissuasif ?


Ceux qui veulent empêcher de travailler

A l'inverse, un autre mouvement, qui bénéficie d'une immunité quasi totale qui rend le gouvernement complice, vise à empêcher de travailler par des envahissements sporadiques. Ce sont les "anti" : anti ferme des mille vaches, anti OGM, anti recherche semences, anti GoodYear (GoodYear est aussi un équipementier agricole)... Leurs actions se sont multipliées depuis l'été dernier, sans discernement ni message clair, autre que de dire non à tout. La prise d'otages dans les locaux de GoodYear n'a donné lieu à aucune intervention des forces de l'ordre, ni les multiples dégradations infligées à la ferme des 1000 vaches (on peut être contre, mais il existe tellement d'autres façons de l'exprimer...) ou dans les cultures Monsanto (non OGM qui plus est...). Ni l'envahissement sauvage du Gnis. De fait, les dizaines de commis des deux ou trois têtes pensantes trotskistes de ce mouvement se croient tout permis : c'est sans doute d'eux que peut venir l'action la plus violente, surtout si l'immunité se poursuit.


Les mécontents du redécoupage cantonal

Ceux-là ne devraient pas manifester violemment, mais il n'y aurait rien d'étonnant à voir une banderole se déplier au moment du passage d'une personnalité politique par exemple. Le redécoupage cantonal tel qu'il se présente constitue un danger représentatif réel pour les zones rurales en général, donc pour les zones agricoles en particulier. Plusieurs manifestations ont eu lieu dans des villes de province, pourquoi pas une dans le Salon ?

Ainsi, les agriculteurs craignent d’être sous-représentés dans les territorialités, compte-tenu du fait que seule la population sera prise en compte comme critère, ce qui signifie que les zones urbanisées auront de fait beaucoup plus d’élus que les zones rurales. Comment faire entendre sa voix dans ces conditions ? C’est la question que posait récemment Christophe Hillairet, président de la Chambre d’agriculture d’Ile-de-France (article ici).


Les mécontents politisés

Le Salon de l'agriculture est toujours l'occasion du passage des hommes politiques, et en particulier en année électorale. Certains seront sifflés, hués, d'autres viendront avec leur claque pour s'assurer des applaudissements. Le Président de la République pourrait appartenir à la première catégorie, Marine Le Pen à la seconde (elle a déjà été suivie de supporters inconditionnels les années précédentes pour donner cette impression de popularité). Il ne faudra pas en tirer des enseignements trop hâtifs sur les applaudissements pour les raisons qui viennent d'être expliquées. Pour les sifflets, à voir s'ils sont sporadiques ou inscrits dans la durée de la visite.
Attention, pour les hommes politiques, les sorties dans un salon de l'agriculture sont forcément longues, et bourrées de pièges. La foule, les services d'ordre, les photographes qui jouent des coudes, les téléphones portables des badauds branchés sur "vidéo"... Le mot de travers, le geste incongru sont de suite transmis sur les réseaux sociaux...
Toujours dans ce chapitre, il faudra voir comment auront été perçus les états généraux de l'agriculture, avec quatre ministres présents, sensés avoir entendu le message de la nécessaire compétitivité agricole...


Bref, tous mécontents ou presque

Si l'on ajoute tous les cas qui ne donneront pas lieu à manifestation, on se rend compte que cette année 2014 est peut-être celle de l'exaspération.  On pense aux cas cas individuels,  tels les expropriations foncières, ou encore les énormes difficultés recensées pour obtenir un permis de construire, comme dans le Puy-de-Dôme (lire ici), ou en Lozère (A lire sur le sujet).

Pour inverser cette tendance, la joie des visiteurs devant "leur" salon est indispensable, rien de tel que le rire des enfants pour donner le change et oublier la grisaille ambiante. En espérant que ce soit suffisant...

Article également publié sur Wikiagri

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !