Et un palace de plus à Paris : portrait robot des clients capables de payer des milliers d’euros pour une chambre d’hôtel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
La piscine de l'hôtel Peninsula à Paris.
La piscine de l'hôtel Peninsula à Paris.
©Reuters

Hôtel Le Meu-riche

Et un palace de plus à Paris : portrait robot des clients capables de payer des milliers d’euros pour une chambre d’hôtel

La France compte 13 hôtels ayant obtenu le label de palace. Leur clientèle, principalement orientale, asiatique et américaine, est constituée de millionnaires venant y séjourner pour le loisir.

Didier Arino

Didier Arino

Didier Arino est directeur de Protourisme, cabinet d'études et de conseil en tourisme.

Voir la bio »

Atlantico : L'hôtel Peninsula vient d'ouvrir ses portes vendredi et devrait obtenir le label de palace dans quelques années tandis que le Plaza Athénée, déjà labellisé palace, a rouvert après une fermeture pour travaux. En France, 13 hôtels dont 6 parisiens ont pour le moment obtenu le label de palace. Quel est le profil socio-professionnel des clients des palaces ? Que font-ils dans leur vie et sont-ils forcément tous milliardaires ou millionnaires ?

Didier Arino : Il s'agit globalement de clients fortunés qui ont bien évidemment les moyens de s'offrir un palace. 75 % des clients y viennent pour le loisir, l'agrément et la découverte d'une destination. Par ailleurs, le prix moyen d'une chambre dans un palace s'élevant à 800 €, 90 % de la clientèle est millionnaire (en dollars). Le reste est effectivement soit milliardaire, soit invité.

Qu'est-ce que recherchent les clients en venant dans ces palaces ? Est-ce plutôt des clients qui viennent se faire plaisir une nuit, ou au contraire passent-ils des séjours plus longs ? Que font-ils pendant leur séjour ?

Il ne faut pas oublier que les trois quarts de cette clientèle est habituée de ces palaces. Pour eux, ce confort de vie est leur quotidien. Certains clients vont passer une nuit dans le palace, d'autres peuvent y rester plusieurs semaines, mois, saisons. Ceux-ci ne constituent pas la majorité mais cela arrive.

La plupart des clients séjournent dans ces palaces pour faire du shopping et visiter. D'autres pour affaires bien que cela soit rare. Une fois de plus, la majorité est là pour se faire plaisir.

Combien dépensent les clients lorsqu'ils séjournent dans un palace ? Quelles sont les différences en fonction des nationalités et de l'âge ?

Concernant les dépenses, elles peuvent atteindre 2000 € par nuit en comptant la chambre ainsi que les dépenses extérieures. Mais cela varie considérablement. Certains dépensent même 20 000 €. Les montants dépensés sont sensiblement les mêmes en fonction des nationalités et de l'âge. Cependant, certains palaces ont également pu voir des clients, principalement du Moyen-Orient, débarquer avec leurs 40 Mercedes et réserver un ou deux étages, voire plus, pour l'intégralité de leur famille !

De quels pays et zones géographiques proviennent la clientèle de ces palaces ? Quelles sont les évolutions à ce sujet ?

Suivant les palaces, la typologie de la clientèle est différente. Dans l'ensemble, il s'agit principalement de clientèle américaine, asiatique (souvent dans des chaines asiatiques) ou du Moyen-Orient. Par ailleurs, chaque nationalité est curieusement répartie dans les différents palaces, malgré des tentatives de diversification. Par exemple, le Royal Monceau accueille principalement des Européens, tandis que la clientèle du Crion ou du Ritz est plutôt constituée de personnes du Moyen-Orient.

On ne retrouve très peu de Français et de moins en moins d'Européens. Ces derniers n'ont plus les moyens d'aller dans ces lieux. Les investissements aujourd'hui proviennent finalement d'Asie et du Moyen-Orient.

En fonction des palaces, les âges sont également différents. Les palaces les plus récents accueillent principalement une clientèle jeune, tandis que les palaces historiques en accueillent une plus âgée.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !