Et si Dominique Strauss Kahn faisait un bilan professionnel ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Et si Dominique Strauss Kahn faisait un bilan professionnel ?
©

Yes he Kahn !

Et si Dominique Strauss Kahn faisait un bilan professionnel ?

A regarder le documentaire de Canal Plus diffusé ce 13 mars, on ne sait toujours pas si le Président actuel du FMI sera candidat pour devenir celui de la France. Aurait-il besoin d'un bilan professionnel pour se décider ?

Lorraine  de Hauteserre

Lorraine de Hauteserre

Ménagère de moins de 50 ans qui consacre une large part de son temps de cerveau disponible à l'observation de la vie politique française. Est proche d'un ministre en exercice.

Voir la bio »

Une question s'impose, en regardant le documentaire de Nicolas Escoulan diffusé sur Canal Plus aujourd'hui. Avant de décider de changer de job, DSK ne devrait-il pas passer par l'APEC pour un bilan avantages/ inconvénients ?

 

Comme pour tout cadre moyen ou supérieur, il se présente aujourd'hui dans la vie de Dominique Strauss Kahn des options professionnelles dont il doit soigneusement peser le pour et le contre avant de prendre une décision.

 

Voici comment se présente son avenir immédiat :

D'un coté : voitures officielles, tours du monde en first class, bureau à Washington, rang de chef d'Etat, réunions avec les grands de ce monde, virées avec les stars des années 80, notamment Anne Sinclair, Bob Geldof et Bill Clinton. Et surtout, possibilité de rempiler sans effort particulier sur un CDD de trois ans dès le mois de mai prochain. Par ailleurs, perspectives de vie personnelle épanouie: faire cuire soi-même ses steaks et taper le ballon au soccer tous les dimanches avec un tee shirt « Yes we Kahn ».

 

De l'autre coté : retour à Sarcelles, virées avec Ginette et Marcel, tour de France en avion de ligne sans possibilité d'accumuler des miles, obligation de participer à des éliminatoires et de débattre avec Martine Aubry, ou pire, avec Ségolène Royal et deux ou trois éléphanteaux du PS, coups bas, pression médiatique, nécessité d'affronter une walkyrie reine des sondages, et de critiquer le patron qui lui a trouvé son job actuel. Et surtout, malgré toutes ces épreuves, incertitude sur la possibilité de signer au bout du compte un CDD de 5 ans. Par ailleurs, perspectives de vie personnelle épiée, fouillée et éventuellement déballée, assortie d'une obligation de soutenir l'équipe de France de football.

 

Au FMI, DSK incarne une figure de gauche mettant ses convictions au service de la justice mondiale au sein d'une institution internationale. L'arrêt sur image est parfait.

Au moment même où il atterrira à Roissy, ne risque-t-il pas de devenir immédiatement le meilleur candidat de droite et d'incarner la grande bourgeoisie financière mondialisée honnie du peuple de gauche ?

 

A sa place, que choisiriez vous?

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !