Et pendant ce temps là, le Qatar et la Chine signent un énorme contrat sur la fourniture de LNG au nez et à la barbe de l’Europe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Le ministre d'État aux affaires énergétiques du Qatar et président-directeur général de QatarEnergy Saad Sherida al-Kaabi s'exprime lors d'une conférence de presse à Doha, le 21 juin 2022.
Le ministre d'État aux affaires énergétiques du Qatar et président-directeur général de QatarEnergy Saad Sherida al-Kaabi s'exprime lors d'une conférence de presse à Doha, le 21 juin 2022.
©KARIM JAAFAR /A FP

Indépendance énergétique

Et pendant ce temps là, le Qatar et la Chine signent un énorme contrat sur la fourniture de LNG au nez et à la barbe de l’Europe

L’Europe n’est pas parvenue à sécuriser son approvisionnement sur la production effectivement disponible.

Damien Ernst

Damien Ernst

Damien Ernst est professeur titulaire à l'Université de Liège et à Télécom Paris. Il dirige des recherches dédiées aux réseaux électriques intelligents. Il intervient régulièrement dans les médias sur les sujets liés à l'énergie.

Voir la bio »
Atlantico : Le Qatar et la Chine ont annoncé un contrat important de LNG (gaz naturel liquégié). De quoi s'agit-il?
Damien Ernst : Il faut savoir que le Qatar est un gros producteur de LNG et d’ici 2027, on pense qu’ils auront une capacité de 126 millions de tonnes par an,  c'est à dire plus ou moins 1800 TWh par an. Ce qu’on apportait de la Russie avant la crise représentait 1500 TWh par an et l’Europe consomme 4500 TWh annuellement. Donc le Qatar aura une capacité de production égale à 30 à 40% de la consommation européenne. Pour ce petit pays c’est très significatif.

L’Europe n’a, en fait, pas réussi à signer des contrats longs termes avec le Qatar car elle est dans le rêve de sa transition énergétique et ne veut donc pas de contrat de 27 ans comme la Chine. L’Europe est face à des objectifs irréalistes de décarbonation et ne signe que des contrats court terme qui n’intéressent pas les pays comme le Qatar qui cherche des partenaires de long terme.

Donc l'Europe reste dans son rêve de décarbonisation rapide. La Chine voit la difficulté et s’engage bien plus dans des contrats de long terme. Ils s'engagent sur l'achat de 4 millions de tonnes de LNG par an sur 27 ans.

C’est très mauvais pour l’Europe car cela signifie que toutes les nouvelles capacités de production sont déjà achetées par d’autres pays. L’Europe qui a un problème d’approvisionnement ne pourra pas bénéficier des nouvelles capacités de LNG qui sont déjà vendues sur les contrats long terme. Les nouveaux volumes sur les marchés spot resteront faibles donc l’Europe risque de payer son gaz très cher même après 2027 et va s’appauvrir. Pour assurer sa sécurité d'approvisionnement, hypothétique, elle va devoir payer le prix fort. Elle prend des grands risques.

Est-ce que l’Europe a encore des possibilités de signer des contrats long terme ?

Au niveau du Qatar cela va s’avérer difficile car le contrat chinois représente de gros volumes. Il y a toujours la possibilité de le faire malgré tout mais l'Europe ne semble pas avoir envie de s’engager là-dedans. Si elle était sensée l'Europe utiliserait des contrats de long terme, avec une forme de centrale d'achat européenne : Un pays pourrait acheter un volume longue durée puis redistribuer aux voisins européens. Mais plus l'Europe attend, plus les bons accords risquent de disparaître.

Cette décision européenne est-elle unanime ?

Lorsque l’on regarde l’ensemble on a l’impression que l’Europe garde un espoir de décarboner très rapidement son  économie et trouve inacceptable de dépendre encore 25 ans du LNG. Ils manquent de réalisme et font triompher l’espoir sur la raison en matière de politique énergétique.

Y a-t-il une voie « médiane » ?

Les personnes derrière les contrats longs terme veulent une rentabilité assurée et ne veulent pas de contrat court ou même moyen terme pour ne pas prendre de risque et c’est logique. L’Europe doit pouvoir s’engager sur la durée de vie du projet car les investisseurs veulent se sécuriser.

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !